La méthode de Gustav pour rapprocher Alémaniques et Romands.

Le Röstigraben sépare les deux grandes régions linguistiques et culturelles de Suisse. Ceci n’a pourtant pas lieu d’être, insiste Gustav, musicien.

«Je franchis le Röstigraben chaque semaine», raconte Gustav. Ce musicien prend le train de Fribourg à Berne ou à Zurich et traverse la Sarine par le viaduc de Grandfey. Il s’agit du plus haut pont de l’axe est-ouest (82 mètres de hauteur). Gustav se déplace pour le compte de la Gustav Académie, où des musiciens de talent jouent, écrivent et se produisent ensemble. Ici, chaque groupe se compose de Suisses alémaniques et romands. «Cela éveille l’intérêt pour l’autre culture et les liens d’amitié se nouent au-delà de la frontière linguistique», décrit Gustav.

Parallèlement, Gustav se rend dans des écoles alémaniques pour chanter en français avec les enfants. C’est pourquoi le train est son mode de transport préféré. «Dans le train, je peux me reposer en visionnant un film, par exemple», explique-t-il.

Gustav, qui interprète ses chansons en dialecte et en français, est-il un trait d’union entre la Suisse alémanique et la Suisse romande, à l’image du viaduc de Grandfey? Il esquisse un sourire avant d’ajouter: «Je ne m’attribuerais pas ce titre. J’ai simplement remarqué que les Suisses romands et alémaniques souhaitaient être à leur aise dans les deux cultures, et j’adhère entièrement à cette idée.»

Les déplacements de Gustav.

  • Trajet: Fribourg–Berne
  • Ligne: IC1
  • Motif du voyage_ Projets musicaux
  • Fréquence: 2 à 3 fois par semaine
  • Place: 2e classe, juste à côté de l’escalier
  • Plus belle vue: Le lac de Schiffenen depuis le viaduc de Grandfey
  • Ne voyage jamais sans: Son ordinateur portable
  • Musique: En tant que musicien, j’apprécie le calme
En savoir plus sur Gustav Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre.

Contenu complémentaire