«Dès le début, je me suis senti à l’aise dans mon environnement de travail.».

Alessandro Poidomani, chef circulation des trains au Centre d’exploitation Sud.

Comment avez-vous eu connaissance de la formation de chef-fe circulation des trains?

Un de mes amis qui travaille aux CFF depuis plus de trente ans m’a recommandé ce travail. Au début, je ne savais absolument pas en quoi consistait la fonction de chef-fe circulation des trains. Je me réjouis aujourd’hui d’avoir osé franchir le pas car je suis plus convaincu que jamais d’avoir choisi le métier qui me correspond.

Que pensez-vous de la formation?

La formation était bien organisée et l’atmosphère de travail et d’étude était agréable. La période d’instruction a été très intense, mais toute personne qui entend entreprendre cette carrière doit être consciente du fait qu’on ne cesse jamais d’apprendre et que chaque jour est unique.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail?

Le métier de chef circulation des trains est une profession intéressante en tant que telle. En commençant un tour, on ne sait jamais ce que nous réservera la journée de travail. La sécurité des voyageurs est à la base de nos préoccupations, et avec les imprévus qui peuvent survenir chaque jour, faire en sorte que les trains arrivent à l’heure représente un défi passionnant.

Que vous offrent les CFF? Quelles sont vos perspectives professionnelles?

Il y a quelque temps, j’ai décidé de quitter le Tessin pour m’installer dans le nord-est de la Suisse. Je quitterai le Centre d’exploitation Sud pour travailler à Zurich Aéroport au Centre d’exploitation Est. J’ai pu profiter de cette opportunité grâce à bonnes possibilités de développement offertes par les CFF. Pour moi, ce changement est positif tant sur le plan privé que professionnel.

Sur le plan professionnel, l’avantage consiste notamment dans le fait que je pourrai utiliser et perfectionner mes connaissances linguistiques, connaître de nouveaux tronçons et élargir mes connaissances techniques. Même si je me réjouis de relever ce nouveau défi, cela me serre le cœur de devoir dire un affectueux «arrivederci» à ma super équipe du Centre d’exploitation Sud.

Contenu complémentaire