Le temps partiel à 80% convient pleinement à Beni Zepter. Il s’en explique.

Réduction de la durée annuelle du travail.

«Grâce à mon modèle de temps partiel associé à quelques congés non payés, je peux prendre plusieurs mois de vacances chaque année. Le mieux, dans cette histoire? C’est que ça convient aussi à mon équipe.»

Depuis 20 ans, Beni Zepter voyage à travers le monde. Il s’est rendu dans tous les continents: il a visité la Chine, l’Australie et plusieurs fois l’Amérique du Sud. Grâce à son modèle de temps de travail, il travaille toute l’année à 100% en tant que vendeur de voyages à la gare de Bülach, mais ne perçoit que 80% de son salaire. Pendant les périodes creuses, il récupère ensuite le temps supplémentaire ainsi accumulé. Et l’été, lorsque l’activité bat son plein, il est de nouveau entièrement disponible pour l’équipe.

À ses yeux, il est incontestable qu’un tel «modèle de temps partiel saisonnier» accroît la motivation des collaborateurs, mais aussi leur fidélité envers l’entreprise. Combien de temps peut-il s’imaginer travailler ainsi? «Jusqu’à la retraite», répond Beni Zepter sans l’ombre d’une hésitation.

Contenu complémentaire

Des spots publicitaires suivent. Ils peuvent contenir des contenus externes auxquels l'accès est bloqué.

Publicité

Des spots publicitaires suivent. Ils peuvent contenir des contenus externes auxquels l'accès est bloqué.

Publicité