Le temps partiel à 80% convient pleinement à Beni Zepter. Il s’en explique.

Réduction de la durée annuelle du travail.

«Grâce à mon modèle de temps partiel associé à quelques congés non payés, je peux prendre plusieurs mois de vacances chaque année. Le mieux, dans cette histoire? C’est que ça convient aussi à mon équipe.»

Depuis 20 ans, Beni Zepter voyage à travers le monde. Il s’est rendu dans tous les continents: il a visité la Chine, l’Australie et plusieurs fois l’Amérique du Sud. Grâce à son modèle de temps de travail, il travaille toute l’année à 100% en tant que vendeur de voyages à la gare de Bülach, mais ne perçoit que 80% de son salaire. Pendant les périodes creuses, il récupère ensuite le temps supplémentaire ainsi accumulé. Et l’été, lorsque l’activité bat son plein, il est de nouveau entièrement disponible pour l’équipe.

À ses yeux, il est incontestable qu’un tel «modèle de temps partiel saisonnier» accroît la motivation des collaborateurs, mais aussi leur fidélité envers l’entreprise. Combien de temps peut-il s’imaginer travailler ainsi? «Jusqu’à la retraite», répond Beni Zepter sans l’ombre d’une hésitation.

Contenu complémentaire