Mélia Stern partira en voyage grâce au temps qu’elle aura épargné.

Mélia Stern (29 ans), spécialiste au HR-SSC à Fribourg, rêvedepuis longtemps d’un grand voyage aux États-Unis. Maisavec cinq semaines de vacances par an, son voeu s’avère difficileà réaliser. Mélia est donc l’une des premières au sein desCFF à avoir choisi Flexa, un modèle de durée de la vie activequi permet de cumuler temps (heures supplémentaires,prime de fidélité) et argent (13e mois, part du salaire annuel).Cette épargne permet ensuite de prendre un congé sabbatiqueou de réduire son taux d’occupation tout en continuantà percevoir son salaire. «J’ai toujours voulu faire un voyageaux États-Unis et je pense le faire dans cinq ans. Pour l’instantrien n’est fixé, ni quand, ni comment, ni où, mais je veuxpartir à l’aventure. Flexa me permettrait de garder mon salaireen même temps, ce que peu d’entreprises permettent»,explique Mélia. Elle est formelle: sans ce modèle, son projetn’existerait pas, car cela voudrait dire quitter son appartement,sans compter que financièrement elle ne pourrait pasvivre trois mois sans toucher de salaire.Pour alimenter son compte Flexa, Mélia privilégie la possibilitéde mettre de l’argent de côté: «N’ayant pas d’horairesirréguliers, je prélève une partie de mon 13e mois et je prendssur ma prime de fidélité. Je pense aussi épargner sur monsalaire les mois où je n’aurai pas trop de dépenses. Cela neme gêne pas puisque je sais quej’en bénéficierai plus tard.»

Contenu complémentaire