Le matériel roulant de CFF Voyageurs.

Comment la flotte CFF Voyageurs est-elle appelée à évoluer?

La flotte de CFF Voyageurs doit être réduite pour passer à six ou sept types de véhicules au lieu des 20 actuels. L’objectif est d’établir une distinction plus nette entre les différents trains du trafic voyageurs et de diminuer la complexité et les coûts. Les capacités de transport continueront d’être augmentées par l’introduction de matériel roulant à un et deux niveaux sur les lignes fortement fréquentées. Les accès à niveau répondent aux attentes des personnes à mobilité réduite, mais aussi de tous les autres voyageurs. Les flottes à venir donneront la priorité à la plus-value pour les clients et favoriseront une orientation services systématique.

Quel est le matériel roulant exploité par les CFF?

EuroCity

InterCity

InterRegio

RER

International National Interrégional Régional
Ne donne pas droit aux indemnités
(trafic grandes lignes)
Ne donne pas droit aux indemnités
(trafic grandes lignes)
Ne donne pas droit aux indemnités
(trafic grandes lignes)
Donne droit aux indemnités
(trafic régional)
> 2h (Ø temps de parcours)
~ 40 min
~ 25 min
~ 20 min
≥ toutes les heures (offre) 30 à 60 min (à long terme 15 à 60 min) 30 à 60 min 7,5 min - 30/60 min
Confort Confort et capacité Capacité Capacité

Caractéristiques de la flotte.

EuroCity InterCity InterRegio
RER
- Matériel roulant à un niveau
- À l’étranger jusqu’à 250 km/h
- Concept de zones orientées clients
- Matériel roulant à deux niveaux à grandes capacités
- Homologation 200 km/h
- InterCity avec restauration, espaces silence et famille
- Matériel roulant à deux niveaux rapide et à grandes capacités
- Homologation 160 km/h
- Sans accompagnement
- Matériel roulant à un et à deux niveaux rapide et à grandes capacités
- Espaces debout bien aménagés
- Standard 160 km/h
- Sans accompagnement

Exemples: ETR 610, Giruno, mais aussi matériel roulant international d’entreprises étrangères

Exemples: duplex TGL, IC 2000 Exemples: duplex TGL IR; IC 2000 IR, duplex TR Exemples: Flirt, duplex Regio
slider.navigation Photo $0 de $1 s'affiche.

Quels sont les défis à relever?

Le niveau d’exigences des passagers et des commanditaires (cantons et régions) concernant le confort et les services ne cesse d’augmenter. Ce qui suscitait hier encore l’enthousiasme est aujourd’hui considéré comme normal (prises électriques, climatisation, écrans d’information à la clientèle, réception pour la téléphonie mobile, etc.). Des exigences plus élevées et des normes plus sévères renforcent la tendance à la complexité du matériel roulant. Pour y répondre, de nouvelles approches et des investissements importants dans les installations correspondantes sont nécessaires pour assurer la maintenance. Pour l’acquisition de nouveau matériel roulant, les CFF doivent composer avec un marché de fournisseurs restreint et des risques de retard de livraison. Simultanément, la pression sur les coûts augmente et le financement devient plus difficile. Avec une stratégie adéquate, les CFF font en sorte que les besoins de la clientèle, la rentabilité et les impératifs de production ferroviaire et de maintenance correspondent aux nécessités.

Pourquoi les capacités atteignent-elles toujours leurs limites aux heures de grande affluence?

Les CFF disposent d’une réserve de matériel roulant qui leur permet de compléter les compositions de base aux heures de grande affluence. Comme les rames automotrices modernes ne peuvent pas être séparées et prolongées à l’aide de véhicules supplémentaires, celles-ci circulent en traction simple durant la journée et en traction double aux heures de grande affluence. En trafic grandes lignes, certains trains sont complétés par des groupes de voitures supplémentaires aux heures de grande affluence. De tels renforts sont cependant limités par la longueur des quais et par d’autres installations d’infrastructures (distances entre les aiguillages ou les signaux).

Les investissements dans du nouveau matériel roulant entraînent-ils une augmentation du prix des billets?

Les achats de remplacement sont financés par les recettes émanant des affaires courantes. Les investissements pour le développement des capacités ou de l’offre sont dimensionnés de façon à être couverts par la demande attendue. Ces dernières années, d’autres facteurs se sont montrés responsable de l’augmentation du prix des titres de transports (p. ex. augmentation du prix des sillons).

Comment les CFF appliquent-ils la loi sur l’égalité pour les handicapés dans le matériel roulant?

Les CFF mettent en œuvre la loi de 2004 sur l’élimination des inégalités frappant les personnes handicapées. Ils apportent une série d’adaptations au matériel roulant. Les personnes à mobilité réduite trouveront des conditions d’accès aux trains optimisées d’ici à l’échéance du délai d’adaptation, en 2023: accès à plancher surbaissé, espace optimisé pour les personnes en fauteuil roulant dans les zones d’accès et aux places qui leur sont destinées, annonces par haut-parleur pour les aveugles et les malvoyants, moniteurs d’information pour les malentendants, toilettes répondant aux attentes de toutes les clientes et de tous les clients. Dans la mesure du possible, les gares seront aussi réaménagées afin de permettre un accès sans obstacles aux trains.

Quelle est l’efficacité énergétique du matériel roulant des CFF?

Les CFF accordent une très grande importance aux économies d’énergie. Le nouveau matériel roulant doit répondre à des exigences strictes en matière de consommation d’énergie. En cas de modernisation du matériel roulant existant, des mesures sont prises pour réduire la consommation énergétique partout où c’est possible. Mais l’énergie est aussi économisée durant l’exploitation, par exemple en adoptant une conduite selon le principe de l’efficacité énergétique: les mécaniciens sont assistés par une solution informatique qui leur permet d’éviter les freinages et les accélérations inutiles.

D’ici à 2025, les CFF entendent parvenir à économiser jusqu’à 600 gigawattheures d’énergie électrique et fossile par an. Ce chiffre correspond à la consommation d’environ 150 000 ménages. Grâce à ces économies, les CFF n’utiliseront plus que des énergies renouvelables et pourront renoncer au nucléaire pour leurs transports.

Contenu complémentaire