1400 filles vivront les CFF en direct.

Jeudi prochain, les CFF seront aux mains de la jeunesse. En effet, quelque 1400 jeunes filles de 10 à 15 ans accompagneront leurs parents sur leur place de travail ferroviaire à l’occasion de la journée nationale des filles. Un engagement positif, autant pour les pères, les mères et les enfants que pour les CFF.

Vivre le chemin de fer de près: c’est ce que feront quelque 1400 jeunes filles de 10 à 15 ans le 11 novembre. Ce jour-là, elles regarderont par-dessus les épaules de leur père ou de leur mère qui travaillent aux CFF. Après le succès rencontré lors des journées des filles de 2002 et de 2003, les CFF s’engagent à nouveau cette année pour qu’elles et leurs parents puissent vivre de près une journée ferroviaire. Souvent, ce sont les professions typiquement masculines qui rencontrent un intérêt particulier et une curiosité marquée auprès des filles.

Au cours de ces dernières années, les CFF ont pu augmenter sans cesse la proportion de femmes à plus de douze pour cent. Ces efforts se poursuivent : le but déclaré de l’entreprise est d’augmenter encore la proportion de collaboratrices. « En cela, la journée des filles constitue une excellente tribune », explique Ruth Stucki, déléguée des CFF aux questions d’égalité. Elle se réjouit donc de constater que les inscriptions aient atteint un nouveau record cette année. « Les jeunes filles n’apprennent pas seulement à connaître le contexte de travail de leurs parents, mais elle ont également l’occasion de sentir le monde du travail au chemin de fer. » C’est pourquoi, à long terme, l’engagement des CFF lors de la journée des filles s’avère positif sur la proportion des femmes dans l’entreprise, souligne Ruth Stucki. « Les CFF proposent de nombreuses professions techniques attractives qui sont encore trop peu connues des jeunes femmes. »

Contenu complémentaire