Les CFF doublent le nombre de mécaniciennes.

Au début novembre 2004 a débuté à Bienne la formation d'une première classe de neuf mécaniciennes de locomotives des CFF. Avec cinq autres aspirantes mécaniciennes, elles seront bientôt une trentaine de femmes en Suisse aux commandes des locomotives des CFF. Par cette classe, les CFF démontrent leurs activités en faveur de la promotion de l'égalité.

Au printemps 2004, les CFF ont lancé pour la première fois une campagne de recrutement de mécaniciennes de locomotives. Cette campagne a eu du succès : pour la seule région de Bienne, pas moins de 30 femmes ont postulé, neuf ont été engagées. Cinq autres suivent la formation dans d'autres classes. « Cette situation nous permet de doubler en une seule fois la part de femmes aux commandes de locomotives en trafic des voyageurs », a expliqué Peter Fankhauser, chef régional de la conduite des trains lors de la visite par les médias d'une classe de formation à Bienne. Cela s'est révélé positif sur le climat de travail : « La mixité plus marquée auprès du personnel d'accompagnement des trains a répondu positivement aux attentes », a constaté Peter Fankhauser.

En incluant CFF Cargo, les CFF emploient depuis l'automne dernier 31 mécaniciennes. La proportion est de l'ordre de juste un pour cent de l'ensemble du personnel des locomotives. Dans l'ensemble de l'entreprise, la proportion est actuellement de 12,5 pour cent et est en constante augmentation a expliqué Ruth Stucki, déléguée à l'égalité aux CFF. « Nous voulons continuer d'augmenter la part des femmes aux CFF par des modèles de travail modernes et favorables à la famille, ainsi que par des programmes de promotion. La formation des mécaniciennes n'est que l'un des nombreux exemples », a expliqué Ruth Stucki. L'engagement en faveur de la promotion des femmes et de leur égalité fait partie des objectifs d'entreprise importants des CFF : « Il est avéré que les teams mixtes travaillent de façon plus productive et plus motivée » a ajouté Ruth Stucki.

Lors de la visite d'une classe à Bienne, les médias ont eu l'occasion de se faire une idée concrète sur la formation des mécaniciennes de locomotives. « Cette formation ne se démarque en rien de la formation des hommes » a commenté l'instructeur de la classe Paolo Induni. « Nous voulons démontrer que les femmes aux commandes de locomotives ne sont plus une exception ».

Contenu complémentaire