Mesures de réduction des coûts chez CFF Cargo.

CFF Cargo réagit à l'évolution défavorable des affaires par un programme de réduction des coûts. L'entreprise a en effet décidé de diminuer les coûts dans les secteurs qui ne sont pas directement opérationnels et concentre, au niveau national, le réseau du trafic suisse des wagons complets sur les besoins de la clientèle. 590 postes chez CFF Cargo devront être supprimés d'ici à juin 2006, 60 autres devront l'être chez CFF Infrastructure. Il n'y aura pas de licenciement. Dans l'ensemble, CFF Cargo attend de ces mesures et d'autres encore une amélioration du résultat de 85 millions de CHF par an ainsi qu'un équilibre de ses comptes à partir de 2007.

Fin août, CFF Cargo avait fait part du recul des affaires au premier semestre et annoncé l'étude de mesures décisives [plus]. Cette situation est imputable à la chute des prix, au recul de la demande, aux efforts d'optimisation de la clientèle et à l'augmentation de productivité du trafic routier.


Erosion des prix et pertes de chiffre d'affaires

En ce qui concerne les revenus, CFF Cargo est dans une phase négative, les raisons sont à rechercher dans une érosion persistante des prix et une baisse simultanée de la demande. D'une part, ce recul de la demande et les pertes qui y sont liées sont à attribuer aux changements structurels de la clientèle et à ses efforts en matière d'optimisation. D'autre part, la pression de la concurrence entre le trafic routier et le trafic ferroviaire s'est intensifiée plus vite que prévue. Le trafic routier a considérablement augmenté sa productivité grâce à l'introduction de la nouvelle limite à 40 tonnes pour les poids lourds, productivité qui n'a été que faiblement compensée par la hausse de la RPLP. Par le passé, CFF Cargo a pu partiellement compenser cette évolution négative des prix et les pertes par un accroissement de la productivité. Les subventions de la Confédération étaient une autre forme de soutien dont bénéficiait  ce trafic. Mais celles-ci passeront de 47 millions de CHF en 2005 à zéro d'ici à 2008. Et CFF Cargo perdra ainsi une possibilité importante de compenser l'érosion des prix.


Evolution des coûts et des revenus

Dans ce contexte d'évolution défavorable du trafic suisse de marchandises par wagons complets, le niveau des coûts de CFF Cargo est trop élevé. Cela concerne aussi bien les coûts des secteurs non opérationnels que ceux qui sont liés au réseau de desserte des wagons complets. CFF Cargo s'attend par conséquent à un déficit de plusieurs dizaines de millions pour 2005, ce qui va à l'encontre de la mission du propriétaire qui est d'équilibrer les comptes annuels. Les déficits attendus mettent l'entreprise en péril. Aussi, pour atteindre l'objectif dans le contexte actuel, CFF Cargo est dans l'obligation d'améliorer rapidement et durablement la structure de ses coûts.


Mesures adoptées

  • Réduire les coûts structurels
    En restructurant les secteurs non opérationnels, CFF Cargo adapte ses coûts à la situation altérée en termes de chiffre d'affaires et de recettes. Ceci concerne les postes non opérationnels traditionnels et d'autres fonctions centrales comme la planification et la gestion de la production, le traitement des commandes et l'informatique. Des optimisations sont attendues aussi bien à la centrale de Bâle que dans le terrain. Les mesures ont été analysées sur la base d'un benchmarking avec une entreprise en plein essor, de taille identique. CFF Cargo réduit les coûts structurels de 30 millions de francs dans les secteurs analysés. Le projet «Coûts structurels» a été adopté par le Conseil d'administration CFF le 26 octobre 2005.
  • Concentrer le trafic suisse de marchandises par wagons complets («Réseau de base plus»)
    CFF Cargo doit par ailleurs réduire les coûts liés au réseau suisse de desserte des wagons complets. 50% des points de service traitent actuellement 97% du trafic. CFF Cargo adapte par conséquent le nouveau réseau aux besoins des clients du trafic marchandises, sur l'ensemble du territoire. Une étude approfondie de différentes variantes a révélé que la taille optimale du réseau de CFF Cargo serait de 323 sites environ («Réseau de base plus»). Celui-ci permettrait de traiter 95% du volume de transport actuel. Grâce à de nouveaux concepts de production tels que des trains de desserte circulaire et des trains collecteurs, il sera possible, sous certaines conditions (flexibilité des clients, quantité minimale par livraison, etc.), de desservir quelques points supplémentaires en dehors du «Réseau de base plus». Mais dans tous les cas, la rentabilité de la desserte doit être démontrée. En instaurant le «Réseau de base plus», qui entrera en vigueur le 28 mai 2006, CFF Cargo escompte une augmentation de résultat de 20 à 25 millions de francs.

    Les prix pratiqués par les compagnies de chemins de fer privées (ETC) constituent un autre facteur de pression sur les prix. CFF Cargo propose actuellement aux clients des prestations globales incluant également des parts de lignes des ETC, que l'entreprise doit acheter. Les prix d'achat dans ce domaine sont en moyenne supérieurs d'un cinquième aux prix de CFF Cargo. Un modèle de collaboration future a déjà été défini avec les Chemins de fer rhétiques (RhB). Les deux compagnies pourront ainsi proposer chacune une offre individuelle à leurs clients respectifs. CFF Cargo poursuivra ses négociations avec les autres ETC.

    En ce qui concerne le chargement sur les voies de débord, CFF Cargo est également en tractation avec l'industrie du bois et le secteur de la sylviculture pour élaborer une solution optimale.

    La concentration au niveau national a fait l'objet d'une étude, en étroite concertation avec les clients concernés. CFF Cargo a consulté quelque 500 des 3500 clients. Ils représentent plus de 80% du chiffre d'affaires du trafic suisse de marchandises par wagons complets. Les discussions se poursuivent, afin de trouver une solution de transport optimale pour un maximum de clients.

    Le Conseil d'administration a adopté la variante «Réseau de base plus» du projet «Concentration du trafic de marchandises par wagons complets» et a mandaté CFF Cargo pour la mettre en oeuvre à partir de janvier 2006. Le Conseil d'administration a également pris connaissance du fait que le maintien du statu quo pour le réseau actuel nécessiterait un subventionnement de 90 millions par an, ce qui signifie qu'il ne serait plus question de réduire les subventions de 47 millions de CHF et que des subventions supplémentaires d'un montant de 43 millions de CHF devraient être allouées. En fixant le début de la mise en œuvre à janvier 2006, le Conseil d'administration réserve la possibilité à la Confédération d'envisager une commande éventuelle du trafic de marchandises par wagons complets (maintien du statu quo).
  • Repositionner le Service matériel roulant
    Dans le but d'améliorer la structure de ses coûts, CFF Cargo étudie l'orientation du Service Matériel roulant. Les travaux pour le positionnement futur sont en cours. Les décisions sont attendues au printemps 2006.
  • Développer le trafic international Nord-Sud
    Sur le plan international, CFF Cargo poursuit sa croissance sur l'axe Nord-Sud et continue de développer ses trafics internationaux. Elle attend un taux de croissance élevé et durable dans le trafic de l'axe Nord-Sud (22,2% au premier semestre 2005). CFF Cargo renforce ses capacités de distribution en Allemagne et en Italie, et poursuit son optimisation de la production dans le trafic international.


Répercussions des mesures

La mise en oeuvre des mesures dans le domaine des coûts structurels conduit à une suppression de 230 postes dont 100 à la centrale de Bâle et 50 au Centre Service Clientèle (KSC) de Fribourg. La concentration du trafic de marchandises par wagons complets au niveau national entraînera la suppression de 360 postes. 590 postes seront donc supprimés chez CFF Cargo et 60 autres chez CFF Infrastructure, le site de Bienne étant le plus touché. Les répercussions du projet Service Matériel roulant sur le personnel ne peuvent pas être évaluées pour l'instant.

Ces suppressions de postes chez CFF Cargo et Infrastructure n'impliqueront toutefois aucun licenciement. Les collaborateurs concernés seront activement soutenus par les services spécialisés compétents des CFF. Cette assistance englobe notamment l'accompagnement des collaborateurs dans le processus de postulation ainsi que le conseil et l'assistance lors de la réorientation professionnelle. Lorsque c'est possible, CFF Cargo propose la retraite anticipée aux collaborateurs concernés. Lors de la mise en œuvre, CFF Cargo travaillera en étroite collaboration avec la commission du personnel. Des provisions d'un montant de 78 millions de CHF seront constituées pour la réorientation des collaborateurs concernés et les départs en retraite anticipés.

L'introduction du «Réseau de base plus» a également des répercussions sur l'infrastructure. Le système de triage du trafic interne peut être optimisé et les manœuvres pourront être réduites dans certaines gares de triage. CFF Infrastructure pourra réaliser ainsi des économies d'un montant de six millions de CHF par an.


Perspectives

Le trafic de marchandises par wagons complets est le pilier du trafic ferroviaire de marchandises pour les clients du trafic marchandises en Suisse et il représentera, à l'avenir aussi, 40% du chiffre d'affaires de CFF Cargo. Dans l'ensemble, ces mesures devraient permettre à CFF Cargo d'augmenter son résultat de 85 millions de CHF par an et d'équilibrer ses comptes à partir de 2007. Avec le «Réseau de base plus», CFF Cargo peut exploiter le trafic de marchandises par wagons complets en toute autonomie et sans subventions de l'Etat, tant que les conditions cadres actuelles (interdiction de rouler la nuit, limite à 40 tonnes pour les poids lourds, RPLP) seront maintenues.

La documentation intégrale de la conférence de presse est à votre disposition sur le site Internet de CFF Cargo [plusOuverture du lien dans une nouvelle fenêtre.].

Contenu complémentaire