L‘ensemble des Transports Publics non-fumeur.

Dès dimanche prochain, tous les trains, ainsi que les espaces fermés et les espaces désignés comme tels dans les gares seront non-fumeur. Les transports publics rendent ainsi justice au besoin explicite des clients d’un meilleur confort et d’une protection contre la fumée passive. Une campagne commune des 19 entreprises ferroviaires concernées attirera l’attention sur cette nouveauté.

En abandonnant les compartiments fumeur, les entreprises ferroviaires adoptent une réglementation qui constitue depuis longtemps une évidence dans les trams, les bus et les avions. Les entreprises ferroviaires qui ont opéré ce changement ces dernières années ont fait l’expérience d’une adoption très positive et sans problèmes par la clientèle. Si la situation devait l’exiger, les transports publics agiront selon les règles en vigueur à l’heure actuelle: ils pourront affliger aux contrevenants une taxe de 25.– francs, dite de «souillure sans dommage».

Dans les gares, les espaces accessibles au public mais fermés, les surfaces de circulation ainsi que les gares souterraines en général deviendront non-fumeur. Les zones non-fumeur seront à chaque fois indiquées. Il sera cependant possible de continuer à fumer, par exemple sur les quais ouverts. Le changement entrera en vigueur dans les 7 RailCity de Genève, Lausanne, Berne, Bâle, Lucerne, Zurich et Winterthur le 11 décembre.

Le changement entraînera des coûts totaux d’environ 11 millions de francs. Sur ce montant, la plus grande partie (8,5 millions de francs) servira à la transformation des wagons. Les cendriers seront supprimés, alors que les compartiments très utilisés devront faire l’objet d’une remise à neuf. Les travaux sont déjà en cours. Les CFF auront terminé les transformations en juin 2006. Le fonds de prévention du tabagisme de la Confédération soutiendra les mesures de marketing et d’accompagnement à hauteur d’un million de francs.

La campagne d’information commune des entreprises ferroviaires rendra attentif à la nouvelle réglementation par un clin d’œil: le cowboy sur sa selle et son dromadaire jetteront dans une gare un regard au train qui part sans eux. Les personnes qui regrettent les cendriers dans les trains pourront acquérir ce témoin d’une époque révolue au prix de 20.– francs.

Contenu complémentaire