Changement en trafic marchandises nord-sud de CFF Cargo.

La situation dans le domaine du trafic en coopération évolue. La Deutsche Bahn, partenaire jusqu'ici, résilie unilatéralement et à court terme sa collaboration avec CFF Cargo, pour le trafic en direction de l'Italie via la Suisse. CFF Cargo saisit cette occasion pour renforcer ses activités déjà planifiées et son offensive sur le marché auprès de ses clients allemands et italiens.

Malgré une perte financière importante, due en grande partie au trafic intérieur, CFF Cargo a réussi à accroître considérablement ses prestations en 2005. En trafic international nord-sud, l'entreprise a pu augmenter les quantités transportées, passant de 6,15 à 7,59 milliards de tonnes-kilomètres nettes. En comparaison avec l'année précédente, cela représente une croissance de 23,3 pour cent. En Allemagne, CFF Cargo a fait circuler 360 trains hebdomadaires vers la fin de l'année (année précédente: 320 trains) et en Italie, 260 trains par semaine (année précédente: 210 trains). Près d'un tiers des trains marchandises reliant Mannheim à Bâle circulent désormais sous le régime de CFF Cargo.

La résiliation à court terme de la collaboration en trafic de coopération entraîne, dès le 3 avril 2006, la suppression pour CFF Cargo de sept paires de trains quotidiens sur la ligne du Gothard. CFF Cargo veut remplacer ces trains par le lancement d'offensives sur les marchés allemands et italiens. Cela n'est pas possible à court terme, mais seulement dans le courant de l'année. En attendant, cette situation crée un problème d'occupation pour le personnel des locomotives dans les dépôts de Bâle, Erstfeld ainsi que, partiellement, au Tessin. L'entreprise examine les mesures organisationnelles à prendre sur place. En outre, elle envisage l'introduction momentanée du chômage partiel au dépôt de Bâle. CFF Cargo entamera les démarches nécessaires et établira les détails avec les partenaires sociaux.


Trafic en coopération

Le trafic en coopération désigne l'ancien modèle de collaboration, qui stipule que chaque chemin de fer assume la responsabilité sur son réseau et remet les trains au chemin de fer voisin à la frontière. Le client a donc plusieurs partenaires, dont aucun n'assume la responsabilité globale. Grâce à la libéralisation, ce modèle sera de plus en plus remplacé par un modèle où une entreprise ferroviaire assume la responsabilité globale et s'occupe du train sur tout le parcours. Ainsi, le client n'a plus qu'un seul partenaire. Sur l'axe nord-sud, CFF Cargo fournit ses prestations en collaboration avec ses filiales en Allemagne et en Italie d'après ce modèle.

Contenu complémentaire