Futur développement de l’offre ferroviaire: davantage de trains et amélioration des correspondances.

Dans le cadre de la vue d’ensemble, demandée par les Chambres fédérales, concernant le «futur développement des projets ferroviaires» (ZEB), un groupe de l’OFT et des CFF, chargé de la planification, a élaboré des propositions en rapport avec l’offre ferroviaire à venir. A l’aide d’investissements de 4,7 milliards de francs, l’objectif est d’accélérer et de densifier le trafic ferroviaire sur les principaux axes au cours des 20 prochaines années. Une fois la consultation des cantons terminée, l’OFT rédigera un message à l’attention des Chambres fédérales.

La Confédération a pour but d’améliorer en permanence l’offre des transports publics. Ce développement est financé par les moyens financiers résiduels du fonds FTP. Dans le cadre du ZEB, l’Office fédéral des transportsOuverture du lien dans une nouvelle fenêtre. table sur le fait que 6 à 7 milliards seront disponibles jusqu’en 2030 afin de poursuivre le développement de Rail 2000. Le montant effectif dépend de l’évolution des coûts des autres projets FTP. Afin de pouvoir réagir de manière souple, le projet est divisé en une offre de base incluant des coûts d’infrastructure de 4,7milliards de francs et des options de développement. Le groupe commun de planification approfondit actuellement ces options.

La planification de l’offre de base du trafic voyageurs et marchandises repose sur le projet Rail 2000. Elle définit les futurs investissements de l’infrastructure ferroviaire. Les extensions doivent être réalisées en fonction des goulets d’étranglement et dans les cas où le potentiel du marché est le plus fort. Par conséquent, l’offre de base prévoit des aménagements d’infrastructure uniquement là où ils sont indispensables en raison des améliorations planifiées de l’offre. Vu le rapport coût-utilité et en raison de l’enveloppe financière restreinte, il a fallu renoncer aux très grands projets individuels.


Améliorations pour toute la Suisse

L’offre de base poursuit le principe de planification de Rail 2000. Depuis décembre 2004, elle permet de meilleures correspondances dans tout le pays et, partant, des liaisons plus rapides et une offre plus dense. L’offre de base tient également compte du développement du trafic marchandises. La planification repose sur l’infrastructure ferroviaire actuelle, mais elle inclut déjà le tunnel de base du Loetschberg, dont la mise en exploitation est déjà prévue pour 2007. Elle tient également compte du tunnel de base du St-Gothard ainsi que des aménagements déjà approuvés par le Parlement et destinés à améliorer le raccordement de la Suisse au réseau ferroviaire européen à grande vitesse. Par ailleurs, elle présuppose que les nouvelles lignes prévues de Zurich–Oerlikon (ligne diamétrale, DML), Genève–Annemasse (CEVA) et Mendrisio–Varese seront mises en exploitation.


Offre de base: accélération, densification et meilleures correspondances

L’offre de base permettra les améliorations suivantes:

Trafic des voyageurs longues distances:

  • Meilleures étoiles de correspondances à: Lausanne, Bienne, Delémont, Interlaken Est, Lucerne, St-Gall (en sus des étoiles de correspondances de Berne, Bâle, Zurich et Viège, qui deviendra un nœud complet avec l’ouverture du tunnel de base du Lötschberg à la fin de 2007).
  • Davantage de trains sur les lignes suivantes: Lausanne–Fribourg–Berne–Zurich, Yverdon–Bienne–Olten–Zurich–Winterthour–St-Gall ainsi que des densifications le week-end et aux heures de pointe sur l’axe du St-Gothard et des trains supplémentaires Zurich–Bâle.
  • Trajets plus rapides entre: Lausanne–Berne, Lausanne–Viège, Bienne–Olten–Zurich, Zurich–St-Gall, Zurich–Winterthour–Kreuzlingen, Bâle/Zurich–Bellinzone–Milan.

Trafic marchandises:

  • Augmentation des capacités sur l’axe nord-sud, amélioration de la qualité afin de garantir la compétitivité dans le trafic intérieur.
  • Accélération des sillons marchandises est-ouest (Lausanne Triage–gare de triage Limmattal).
  • 260 sillons marchandises via le tunnel de base du St-Gothard. Vu la demande réduite le week-end en ce qui concerne les sillons du trafic de transit des marchandises, ce moindre besoin pourra être utilisé au profit d’une densification de l’offre de trafic longues distances.
  • Augmentation des capacités d’import-export (de Bâle à la gare de triage Limmattal).


Offre de base comme appui pour le développement des systèmes de RER

Il est urgent de poser le développement des systèmes de RER sur une base de planification stable en ce qui concerne le trafic des voyageurs longues distances. Actuellement, la planification des extensions de RER est freinée, puisqu’il leur manque cette base. L’offre de base crée cet appui pour la planification afin de faire avancer les systèmes de RER en étroite collaboration avec les cantons.


Investissements dans toutes les régions du pays

Les aménagements nécessaires à la réalisation de l’offre de base se chiffrent à 4,7 milliards de francs. L’OFT et les CFF tendent vers une utilité maximale des aménagements pour un coût minimal. Le fait de supprimer certains aménagements remettrait en question l’ensemble de ce programme complexe.

Des aménagements pour une somme de 500 millions de francs sont prévus dans le triangle Lausanne–Bienne–Berne: aménagement des plans des voies dans les gares de Lausanne et de Berne, aménagement de tronçons entre Lausanne et Renens ainsi qu’entre Lausanne et Berne. En Valais, il est prévu d’investir 100 millions de francs afin d’augmenter la vitesse de circulation.

Des investissements de 2 milliards de francs sont planifiés dans le corridor Olten–Zurich/Bâle. Les plus grands ouvrages individuels prévus sont une nouvelle ligne, essentiellement souterraine, entre Rupperswil et Gruemet (NT Chestenberg) ainsi qu’un nouveau tunnel entre Däniken et Schönenwerd (NT Eppenberg). En outre, des améliorations seront apportées à l’entrée et à la sortie du tunnel de l’Adler à Liestal ainsi qu’aux accès dans la région d’Olten.

A l’est de Zurich, les aménagements d’infrastructure, d’un montant de 600 millions de francs, serviront à adapter la capacité de la ligne vers Winterthour, surchargée actuellement avec plus de 400 trains par jour. A l’est de Winterthour, 200 millions seront injectés dans l’infrastructure pour diminuer les temps de parcours ainsi que dans des aménagements de la voie afin de mieux intégrer le trafic marchandises.

Les investissements prévus sur l’axe nord-sud, d’un montant de 700 millions (y c. les accès à la NLFA), permettront l’exploitation optimale du tunnel de base du St-Gothard. L’OFT et les CFF ont pour objectif d’améliorer la capacité de la ligne entre la frontière suisse et le portail nord du tunnel de base. Au Tessin, l’axe de Luino sera aménagé pour relier les grands terminaux du trafic marchandises au nord de Milan. De plus, il faudra prolonger les quais dans les gares importantes.


Renonciation à de grands projets

La planification actuelle prévoit des investissements individuels (10 millions à 1 milliard de francs) à environ 50 endroits du réseau CFF. La précision des coûts estimés pour les aménagements définis à ce jour fait l’objet d’examens approfondis. Les nouveaux tronçons en tunnel examinés dans le cadre des études, à savoir Gléresse–Douanne, Liestal–Olten (Wisenberg), Gruemet–Killwangen-Spreitenbach (Heitersberg II), Zurich aéroport–Winterthour (Brüttener) et Thalwil–Baar (Zimmerberg II), ne font pas partie de l’offre de base. De plus, celle-ci n’inclut ni les investissements dans l’infrastructure d’autres chemins de fer que les CFF, ni les coûts des voies de garage, ni l’alimentation en courant.

  • Exposé de M. Max Friedli, directeur de l’OFT, et de M. Benedikt Weibel, président de la direction des CFF

Contenu complémentaire