Prise de position sur l’appréciation du surveillant des prix.

Le surveillant des prix, l’UTP et les CFF se sont accordés lors d’une rencontre sur les mesures tarifaires dans les transports publics. Celles-ci entreront en vigueur en décembre prochain. Comme partie d’une convention commune, les CFF renoncent pour l’instant à l’augmentation du «supplément de distance» sur certaines lignes. L’UTP et les CFF recherchent ensemble des possibilités de remaniement du système actuel de prix des transports publics.

L’augmentation des tarifs de base de 3,1 pour cent en moyenne et de l’abonnement général de 3,6 pour cent en moyenne n’ont pas été contestées par le surveillant des prix. Les mesures tarifaires décidées par les entreprises de transports publics entreront donc bien en vigueur, comme prévu, lors du changement d’horaire du 9 décembre prochain. Une nouvelle carte journalière «9 heures» valable avec l’abonnement demi-tarif sera également introduite. Pour mémoire: les prix de l’abonnement demi-tarif et de la Voie 7, de la carte Junior, de la carte Petits-enfants, l’abonnement général enfant et l’abonnement général chien n’augmentent pas. «Les transports publics dépendent de cette augmentation tarifaire», a déclaré Peter Vollmer, directeur de l’UTP: «Si nous avons moins de moyens à disposition, nous n’arriverons pas à augmenter nos prestations».

Les augmentations spécifiques pour certaines lignes du trafic grandes lignes prévues par les CFF ne pourront en revanche pas être introduites (appelées aussi suppléments de distance). Le surveillant des prix a signalé à l’UTP et aux CFF son opposition sur ce point. Les CFF ont alors décidé de renoncer à ces mesures afin de rendre possible la mise en vigueur des autres mesures tarifaires planifiées. «L’UTP ne comprend pas les objections du surveillant des prix», a insisté Peter Vollmer. «Les entreprises de transport doivent pouvoir tenir compte lors de la construction des prix, des différences de coûts, d’offre, et de développement de la demande sur certaines lignes». La position du surveillant des prix ne prend en considération les besoins des transports publics que de manière insuffisante. «Par cette décision, le trafic grandes lignes sera amputé des moyens nécessaires. Ce n’est pas un bon développement», a déclaré Paul Blumenthal, chef du trafic Voyageurs des CFF à la presse: «Si on affaiblit le trafic grandes lignes, on affaiblit aussi l’ensemble du trafic voyageurs, et, finalement, l’ensemble des CFF» Les CFF, en renonçant à l’introduction de ces mesures, s’attendent à une baisse de chiffre d’affaires  d’un montant en millions à deux chiffres. Simultanément, les CFF devront, ces prochaines années, investir près de 500 millions de francs par an pour la modernisation et la commande de nouveau matériel.

Le surveillant des prix a fondé sa position sur le fait que les CFF auraient atteint sur les lignes concernées un bénéfice convenable également sans ces mesures tarifaires supplémentaires. Les CFF sont, selon les objectifs de la Confédération, tenus de travailler de manière orientée vers le bénéfice afin de pouvoir assurer leurs investissements sur le long terme. C’est l’affaire de la Confédération, en tant que propriétaire, de fixer quel bénéfice est convenable pour les CFF et leurs activités. En outre il est clair que les coûts qui ne seront pas pris en charge par les clients seront des charges supplémentaires pour les contribuables. Paul Blumenthal:«L’exploitation ferroviaire a un coût. Et ce que le client ne paie pas est pris en charge par le contribuable. Ou alors l’exploitation ferroviaire est significativement réduite. C’est ainsi dans le monde entier, et ce n’est pas différent chez nous.». Là aussi, c’est l’affaire de la politique de décider si cet effet est désiré ou non.

La possibilité de pouvoir échafauder un système de prix qui tienne compte de l’offre et du développement du marché demeure néanmoins un besoin central des entreprises de transports publics. Les transports publics de Suisse ont besoin de tarifs appropriés. C’est pour cette raison que l’UTP et les CFF vont examiner et réformer le système de tarification actuel en trafic voyageurs, afin d’assurer par le futur l’efficacité et le succès des transports publics en Suisse, et cela dans l’intérêt de la clientèle.

» Exposés de Paul Blumenthal, directeur du trafic voyageurs et membre de la direction des CFF.


Aperçu des mesures décidées.

  • Billets ordinaires: en moyenne +3,1%
  • Cartes multicourses: en moyenne +3,1%
  • Billets de groupe: en moyenne +3,1%
  • Abonnements de parcours: en moyenne +3,0%
  • Abonnements généraux: en moyenne +3,6% (différencié)
  • Cartes journalières communes: +15%
  • Cartes journalières avec abonnement demi-tarif: +14%

Suppléments de distances sur les lignes CFF:

  • Genève Aéroport–Lausanne
  • Lausanne–Fribourg
  • Bern–Zürich
  • Zürich–Winterthur
  • Basel–Zürich
  • Bern–Luzern

  • Introduction d’une carte journalière
    «9 heures» avec l’abonnement demi-tarif
  • Prolongation de la durée de validité des
    billets ordinaires jusqu’à 5 heures le jour suivant
  • Cartes journalières Junior et Petits-enfants
    également valables avec des abonnements de parcours et Inter
  • Abonnement demi-tarif
  • Voie 7
  • Carte Junior et Petits-enfants
  • AG enfant
  • AG chien