Prochaine naissance du quartier Le Corbusier sur le site de l'ancienne gare CFF aux marchandises à La Chaux-de-Fonds.

Un nouveau quartier qui portera le nom de Le Corbusier verra le jour, ces prochaines années à La Chaux-de-Fonds, sur une vaste surface désaffectée de la gare aux marchandises. Le plan spécial de ce futur quartier sera mis à l'enquête publique cet automne après passage devant le Conseil général. Il s'agit d'une surface de près de 49 000 m2 s'étendant au sud de l'avenue Léopold-Robert, parallèlement à cette artère, sur une longueur de 700 m et une largeur d'environ 70 m, entre la place de la gare et Coop-Entilles. Le quartier sera traversé d'est en ouest par une rue «verte». Par étape, des constructions y seront implantées dans les 15 à 20 prochaines années pour un coût total de 180 millions de francs. Ces constructions abriteront des logements et des bâtiments divers: lieux de formation, de loisirs et d'activités socioculturelles, structures d'accueil industrielles et hôtelières, locaux administratifs, petits commerces et autres.

En étroite collaboration avec les CFF, la Ville de La Chaux-de-Fonds va soumettre prochainement au Conseil général puis à l'enquête publique un plan spécial pour la transformation et la réaffectation d'une partie de la gare aux marchandises. Ce plan spécial propose la création d'un nouveau quartier, d'ores et déjà nommé Quartier Le Corbusier, qui s'étendra sur une surface de près de 49 000 m2 (700/70 m) entre la place de la gare et, en ouest, le nouveau centre commercial Coop-Entilles.

Situé à proximité immédiate de la gare CFF et des transports urbains, bénéficiant d'un dégagement d'excellente qualité sur le parc des Crêtets au sud et d'un ensoleillement privilégié, ce nouveau quartier s'appuiera au nord sur le front arrière des immeubles qui longent le sud de l'avenue Léopold-Robert. Il deviendra un véritable nouveau «morceau de ville». Sur ses quelque 82 000 m2 de surfaces utilisables, il offrira toutes les activités nécessaires à un centre urbain.


Locaux d'enseignement supérieur.

Le plan spécial (en fait, un plan déterminant les règles de construction et d'aménagement et les affectations) doit permettre de développer un programme diversifié d'urbanisation dont les exigences sont multiples: tenir compte du contexte historique et urbanistique de la ville, valoriser le site, réaliser les constructions par étape, et garantir une grande flexibilité d'affectation des parcelles.

Selon les analyses économiques effectuées, on peut prévoir qu'environ 350 logements seront construits. A l'est, l'îlot de tête pourrait voir l'implantation d'une structure d'accueil comprenant un centre d'enseignement (par exemple pour les hautes écoles) et de l'hôtellerie, et à l'ouest, un centre multiplex pourrait accueillir un équipement sportif, un espace santé, des bureaux, voire de l'industrie légère ou de l'artisanat. Si des commerces de proximité verront évidemment le jour dans ce quartier, il n'y aura pas de place pour les grandes surfaces commerciales.


Verdure et ensoleillement.

Le concept choisi sur concours a été développé par le Bureau GEA Vallotton et Chanard, de Lausanne. Il intègre une succession d'îlots reliés entre eux dans le sens de la longueur par une rue «verte», sorte de zone de rencontre fortement végétalisée, et dans le sens nord-sud par une passerelle sur les voies CFF reliant le quartier au parc des Crêtets et, d'une manière générale, le nord et le sud de la ville. Les constructions au sud du site seront moins hautes que celles au nord pour que celles-ci, ainsi que la zone jardinée entre deux, bénéficie d'un ensoleillement maximal.

Le coût de la préparation et de l'équipement du site est estimé à 20 millions de francs qui seront supportés à raison de 10,7 millions par la Ville, de six millions par les CFF, et du reste par SIM SA et des tiers. L'ensemble des coûts de constructions, à charge des investisseurs, avoisinera 180 millions.

Contenu complémentaire