Dialogue constructif et ouvert sur CFF Cargo.

Andreas Meyer, CEO CFF, a informé ersonnellement cet après-midi les groupes parlementaires du Palais fédéral des décisions concernant CFF Cargo et répondu aux questions des parlementaires. «Ce furent des discussions constructives et ouvertes», a déclaré Andreas Meyer. Le grand intérêt porté à CFF Cargo démontre le fort lien entretenu avec les CFF et représente «une grande chance pour CFF Cargo et pour le trafic ferroviaire en Suisse». Le CEO CFF s’est montré préoccupé par les développements de la situation au Tessin.

Andreas Meyer, CEO CFF, a présenté aujourd’hui aux groupes parlementaires la situation de CFF Cargo et les décisions du conseil d’administration de jeudi dernier :

  • CFF Cargo a augmenté l’année dernière ses prestations de transport de 8,3%, pour atteindre 13,37 milliards de tonnes-kilomètres. Simultanément, le domaine marchandises des CFF a enregistré en 2007 une perte opérative de 87,9 millions de francs, et cela malgré une bonne conjoncture et des effets de change positifs. S’ajoutent à ce montant des provisions pour les restructurations et pour le repositionnement de CFF Cargo pour 102,5 millions de francs. La perte totale de CFF Cargo pour 2007 est de 190,4 millions de francs.
  • Le conseil d’administration des CFF a décidé la semaine dernière d’un paquet de mesures pour CFF Cargo, qui permettront à moyen terme d’améliorer le résultat financier de 70 millions de francs par an. 401 postes de travail seront supprimés, dont la plus grande partie dans l’«overhead». En outre, les synergies seront mieux exploitées à l’avenir dans le domaine de la maintenance, et les ressources mieux utilisées en concentrant les sites. L’entretien lourd des locomotives pour l’ensemble des CFF sera conduit par CFF Voyageurs et concentré à Yverdon. L’entretien des wagons marchandises sera effectué à Bellinzone et développé dans le cadre d’une joint venture avec des entreprises privées.
  • Les collaborateurs qui, suite à ces mesures, perdent leur poste, continuent d’être employés par les CFF aux mêmes conditions salariales et sont pris en charge entre autres par le programme « Nouvelle orientation professionnelle » (NOA) afin de retrouver activement une nouvelle place de travail.
  • La stratégie de CFF Cargo sera analysée et développée. Le marché suisse revêt une importance centrale pour CFF Cargo. Les CFF sont fortement ancrés sur ce marché et veulent poursuivre sur cette voie. En trafic international, l’offre de production transfrontalière intégrée de CFF Cargo sur l’axe Nord-Sud garde toute sa valeur et sera encore développée. Dans le marché européen du transport de marchandises par le rail qui est en train de se consolider, CFF Cargo a besoin de trouver des collaborations avec des partenaires ou des groupes de plusieurs chemins de fer partenaires, afin de se maintenir à long terme sur le marché. CFF Cargo est un partenaire attractif. Il est du devoir des CFF d’examiner calmement toutes les offres. Les différentes offres seront évaluées, afin de déterminer si elles apportent une contribution supplémentaire à notre position stratégique, si les risques entrepreneuriaux apporteront des résultats sensibles et si elles permettent d’optimiser le résultat de l’entreprise. Des coopérations sans vente partielle sont aussi envisageables. Une vente totale n’entre pas en ligne de compte.

Andreas Meyer a répondu aux questions des parlementaires. Les discussions ont été « constructives et ouvertes ». Andreas Meyer a remercié les parlementaires pour leur grand intérêt envers les CFF. C’est, pour lui, «une grande chance pour CFF Cargo et pour le trafic ferroviaire en Suisse». Andreas Meyer a exprimé sa préoccupation sur les développements de la situation au Tessin : «Nous avons besoin de toute part de réfléchir avec prudence, afin d’éviter des dommages durables.»

Dans la discussion, le CEO CFF a également averti qu’il ne fallait pas mésestimer la chance pour Bellinzone que représente la collaboration mise sur pied à grands efforts avec des partenaires privés; si ceux-ci abandonnaient cette solution en raison des résistances rencontrées à Bellinzone, cela représenterait un «sérieux revers» pour la commune, le canton et les CFF. En outre, les CFF, en raison de la grève actuelle à Bellinzone, ont été contraints d’organiser différemment l’entretien lourd des locomotives. Dans le cas d’un conflit de travail plus long à Bellinzone, un retour en arrière deviendrait difficile. Andreas Meyer a également rappelé comment la CCT réglait les dispositions en matière de nouvelle orientation professionnelle: les collaboratrices et les collaborateurs qui perdent leur poste suite à un projet de réorganisation ou de restructuration sont incorporés dans l’organisation interne des CFF appelée «Nouvelle orientation professionnelle». L’objectif est que les personnes concernées puissent retrouver dans les deux ans une nouvelle place de travail aux CFF ou trouvent une nouvelle activité à l’extérieur des CFF. Durant cette période, les collaborateurs touchent leur salaire complet. «Il n’y a pas de licenciements. Nous nous préoccupons aussi de nos collaborateurs dans cette situation difficile», a ajouté Andeas Meyer.

Les CFF souhaitent que la situation à Bellinzone puisse s’apaiser et se normaliser le plus vite possible, a déclaré Andreas Meyer : « L’entreprise et nos clients attendent que leurs mandats soient le plus rapidement possible à nouveau effectués de manière fiable à l’atelier de Bellinzone ».

Contenu complémentaire