Les CFF décident d'un paquet d'économies de plus de 70 millions de francs pour CFF Cargo.

Le Conseil d'administration des CFF a approuvé hier un large programme de restructuration pour CFF Cargo. Dans l'ensemble, 401 postes seront supprimés chez CFF Cargo. 65 sont déjà inoccupés depuis l'automne dernier. 300 postes seront supprimés dans l'overhead. Simultanément, 80 places de travail supplémentaires seront crées auprès de CFF Voyageurs à Yverdon. L'entretien principal des locomotives des CFF sera progressivement concentré à Yverdon. L'entretien des wagons marchandises à Bellinzone devrait à l'avenir être développé en partenariat avec une entreprise privée et leur volume sensiblement augmenté. La vente, le traitement des ordres ainsi que l'information à la clientèle seront concentrés à Bâle, et le Centre de service clientèle de Fribourg supprimé et intégré à la centrale de CFF Cargo. Les CFF escomptent ainsi à moyen terme une amélioration du résultat de plus de 70 millions de francs par année.

CFF Cargo a augmenté l'année dernière ses prestations de transport de 8,3% pour atteindre 13,37 milliards de tonnes-kilomètres. Simultanément, la part de CFF Cargo dans les comptes CFF 2007 enregistre, malgré une bonne conjoncture et des effets de change positifs, une perte opérative massive de 87,9 millions de francs. L'année précédente, CFF Cargo enregistrait une perte de 37,3 millions de francs. Dans le cadre des restructurations nécessaires et du repositionnement de CFF Cargo, des provisions pour un montant de 102,5 millions de francs ont dû être effectuées, pour des mesures de personnel, de redimensionnement et des amortissements spéciaux. CFF Cargo clôt l'année comptable 2007 avec une perte totale de 190,4 millions de francs.

Les CFF, au vu de la péjoration du résultat, ont mis sur pied l'été dernier une taskforce dont le but était d'analyser et de travailler des mesures possibles d'assainissement et de repositionnement de CFF Cargo. Les premières mesures (arrêt des engagements, arrêt des investissements, renégociation de contrats de prestations) ont déjà été engagées l'automne dernier. «La taskforce a travaillé de manière intensive et livré une analyse en profondeur qui a servi de base aux décision nécessaires», a déclaré Thierry Lalive d'Epinay, président du conseil d'administration.


Mesures.

Le conseil d'administration des CFF a traité hier, sur demande de la direction générale, de la situation de CFF Cargo. Auparavant, des représentants du conseil d'administration et de la direction d'entreprise ont mené de nombreuses discussions avec des représentants de la Confédération, des autorités cantonales et communales. Les commissions du personnel de l'entreprise et les syndicats ont également été informés. Après avoir pris connaissance et analysé les résultats de ces discussions, le conseil d'administration a pris hier les mesures suivantes:

  • Overhead (avant tout au siège principal de CFF Cargo à Bâle): rationalisation de la structure organisationnelle, simplification et améliorations des processus internes; Suppression de 300 postes. 65 d'entre eux sont déjà vacants depuis l'arrêt des engagements décidé en automne dernier.
  • Service Clientèle: concentration de la vente et du traitement des ordres ainsi que de l'information à la clientèle à Bâle, intégration du Centre de Service Clientèle (KSC) à la centrale, synergies avec la production, la planification, la disposition et la vente; Suppression de 51 postes à Fribourg, déplacement de 114 postes à Bâle (les 51 postes font parties des 300 postes de l'overhead).
  • Maintenance des locomotives:
    – la maintenance lourde des locomotives de l'ensemble des CFF sera conduite par CFF Voyageurs. Cela permettra des synergies au sein du groupe ainsi qu'une meilleure utilisation des ressources.
    – concentration de la maintenance lourde des locomotives à Yverdon; suppression de 126 postes à Bellinzone, transfert de 18 postes à Chiasso et d'au moins 10 postes à Yverdon.
    – repositionnement de l'atelier industriel de Bienne (renonciation à l'entretien des wagons-citernes).Transfert de 46 postes de Bienne à Yverdon et Olten.
  • Maintenance des wagons marchandises:
    Concentration et extension de la maintenance des wagons marchandises à Bellinzone; meilleure utilisation et augmentation du volume des mandats pour atteindre plus de 20 000 wagons.
    CFF Cargo a signé avec Ferriere Cattaneo SA Giubiasco et trois autres entreprises privées ainsi qu'avec Josef Meyer Transport Technology AG, Rheinfelden, des lettres d'intention sur le maintien et le renforcement du site de Bellinzone pour les prestations d'entretien des wagons marchandises. Les détails seront éclaircis d'ici l'été. L'objectif est de constituer et d'exploiter le plus vite possible un atelier de 200 places de travail concurrentiel vis-à-vis de l'étranger. Nicolas Perrin, chef de CFF Cargo: «Nous avons réussi à gagner des partenaires suisses renommés pour ce projet. C'est une chance pour Bellinzone».
  • Domaine d'activité international: augmentations de prix ciblées, réduction des prestations externes, économies lors des achats, concept de traction simplifié, meilleure utilisation des plateformes internationales, partenariat opératif avec d'autres partenaires et chemins de fer.
  • Domaine d'activité Suisse: augmentations de prix ciblées, recherche de potentiels supplémentaires sur le marché et amélioration des volumes dans l'import-export en particulier par une meilleure utilisation du système de voies de raccordement en collaboration avec les clients, optimisation de la productivité par une meilleure utilisation des sillions et une planification à long terme. Le réseau de desserte par wagons complets n'est pas touché par ces mesures.
  • Autres mesures: meilleure utilisation du parc de wagons, optimisation de l'achat de prestations, économies lors des achats d'énergie de traction, économies dans la location de wagons, réduction des frais de choses.

Le conseil d'administration escompte à moyen terme avec la mise en application de ces mesures une amélioration annuelle du résultat de plus de 70 millions de francs. Selon les estimations du conseil d'administration, il faut compter au moins deux ans avant l'assainissement complet de CFF Cargo. Les mesures devraient être effectives dès 2009. La suppression de postes se fera en plusieurs étapes. Les coûts résultant des restructurations chargent les résultats de 2007 et 2008. Dans le courant de l'année, la contribution de la Confédération pour le trafic de wagons complets passera comme prévu de 17 millions à zéro. Andreas Meyer, CEO CFF: «Ce paquet de mesures revêt une importance centrale pour les CFF. C'est l'overhead qui le plus fortement touché. Ces mesures ne doivent pas avoir d'effets négatifs pour nos clients."


Pas de licenciements dans le cadre de la CCT.

Le conseil d'administration et la direction des CFF sont conscients que les mesures prises auront des conséquences importantes pour les collaboratrices et les collaborateurs concernés. Mais la situation ne permettait pas d'autre solution et le conseil d'administration assure les personnes concernées que la suppression de postes se fera selon le contrat social.

La convention collective de travail des CFF prévoit que les employés qui y sont soumis et qui sont touchés par des mesures de restructuration ne sont pas licenciés. Les CFF les encadrent  entre autres au sein du programme de nouvelle organisation professionnelle (NOA), avant et après la perte de leur poste. Dès la perte du poste de travail, les personnes concernées conservent leur salaire et rejoignent le programme NOA, dans lequel les CFF les aident à acquérir des qualifications supplémentaires ainsi qu'à la recherche d'une nouvelle orientation et d'une nouvelle place de travail, à l'intérieur ou à l'extérieur de l'entreprise. L'objectif est que les personnes touchées puissent retrouver le plus vite possible, mais au plus tard dans les deux ans, une nouvelle place de travail. «Il en va de notre responsabilité», a déclaré Andreas Meyer.


Historique.

La libéralisation du transport ferroviaire de marchandises en Europe a ouvert des perspectives de croissance pour les compagnies ferroviaires de transport de marchandises et permis  d'augmenter considérablement la qualité des prestations pour les clients. En Suisse, l'"open access" est apparu de manière rapide et illimitée.

En comparaison européenne, le marché intérieur de CFF Cargo est petit et peu attractif. Avec ses 200 kilomètres du Sud au Nord et ses 250 kilomètres d'Ouest en Est, le chemin de fer, traditionnellement fort sur les longues distances, ne peut pas pleinement concurrencer la route. Afin de davantage mettre en valeur nos forces et afin d'être prêts à compenser les pertes enregistrées sur le marché intérieur avec l'ouverture de celui-ci à la concurrence, les CFF ont décidé de faire leur entrée sur les marchés allemand et italien. Thierry Lalive d'Epinay: «Avec l'ouverture précoce du marché suisse, j'ai vu les CFF confrontés sur leur propre marché plus rapidement à la perte de parts de marché que leurs concurrents à l'étranger. Nous avons compensé ces pertes en Allemagne et en Italie.»

CFF Cargo s'est donc positionné très tôt sur l'axe Nord Sud européen en tant que prestataire de qualité («toutes les opérations en main»), en concurrence avec les autres chemins de fer. Avec cette stratégie, CFF Cargo a pu augmenter chaque année de manière sensible les quantités transportées et son chiffre d'affaires dans le domaine international.

L'entrée sur les marchés allemands et italiens a été liée à des investissements élevés et à des couts de mise en place importants. La concurrence intensive sur l'axe Nord-Sud a entraîné une forte pression sur les prix. CFF Cargo n'a pas pu atteindre les prix voulus pour les prestations fournies.

La perte de trafics de transit, lucratifs lors de l'époque du monopole, s'est produite plus rapidement que prévu et a entraîné des coûts élevés qui n'ont pas pu être réduits assez rapidement.


Constatations.

Dans aucun autre pays ouest-européen le chemin de fer «national» n'a perdu autant de parts de son marché intérieur aussi vite que les CFF sur l'axe Nord-Sud du Gothard.

Les produits enregistrés en trafic interne suisse sur des courtes distances n'ont pas permis à CFF Cargo de financer son extension nécessaire à l'étranger.

En trafic interne, CFF Cargo a lancé depuis 2002 plusieurs chantiers dans le but d'augmenter la productivité. Ainsi, la suppression des contributions de la Confédération pour le trafic par wagons isolés a-t-elle pu être en partie compensée. Le réseau de desserte des CFF avec ses 323 points de chargement et ses 200 solutions pour les clients est maintenu. Les investissements des possesseurs de voies de raccordement, depuis longtemps clients du rail doivent en valoir la peine.

Les investissements à moyen et à long terme pour les voies de raccordement et le remplacement du matériel roulant ancien n'ont pas pu être financés par l'exploitation courante. En trafic interne également, des mesures supplémentaires sont nécessaires afin d'améliorer le résultat. Afin d'améliorer la satisfaction de la clientèle, les CFF ont mis sur pied un reporting clientèle, ce qui s'est avéré positif. " L'une des premières mesures importantes a été de chercher dès l'été dernier le dialogue, en particulier avec nos clients suisses. Les contacts réguliers nous aident à développer notre entreprise", a déclaré Andreas Meyer.

Les ateliers industriels des CFF sont en surcapacité. CFF Cargo n'obtient pas des prix compétitifs dans ses propres ateliers d'entretien pour son matériel roulant. Pour l'entretien de la flotte de CFF Cargo, les capacités d'entretien du trafic Voyageurs seront davantage utilisées, afin de trouver des synergies complémentaires.

Les instruments de conduite de l'entreprise pour une différenciation précise des coûts et des produits n'ont pas pu être mis sur pied lors des différentes restructurations et lors de la nouvelle orientation, et sont encore insuffisants. Les mesures engagées sont complexes et seront mises en place par étapes d'ici une année et demie à deux ans.


Stratégie.

La stratégie de CFF Cargo sera réévaluée et développée. Le marché suisse revêt une importance centrale pour CFF Cargo. Les CFF sont fortement ancrés sur ce marché et veulent poursuivre sur cette voie. En trafic international, l'offre de production transfrontalière intégrée de CFF Cargo sur l'axe Nord-Sud garde toute sa valeur et sera encore développée. Dans le marché européen du transport de marchandises par le rail qui est en train de se consolider, CFF Cargo a besoin de trouver des collaborations avec des partenaires ou des groupes de plusieurs chemins de fer partenaires, afin de se maintenir à long terme sur le marché. Pour les transporteurs européens de marchandises, il est indispensable et important de collaborer étroitement à l'avenir, afin de consolider la position du chemin de fer dans la concurrence intermodale. Les CFF recherchent actuellement plusieurs espaces de coopération.

CFF Cargo est un partenaire de coopération attractif. Les différentes offres seront examinées, afin de déterminer si elles apportent une contribution supplémentaire à notre position stratégique, si les risques entrepreneuriaux apporteront des résultats sensibles et si elles permettent d'optimiser le résultat de l'entreprise. Une vente totale de l'entreprise n'entre pas en ligne de compte.

CFF Cargo appartient au groupe CFF. Le transport de marchandises par rail revêt une grande importance pour la Suisse. Les CFF veulent améliorer les conditions cadres pour ce trafic, en collaboration avec l'Office fédéral des transports, dans le cadre du système global de transport  en Suisse et le développement des prix des sillions.


Mandat du propriétaire.

CFF Cargo a le mandat de desservir en Suisse un réseau couvrant l'ensemble du territoire de manière rentable, et d'offrir un produit de qualité en transit, afin de contribuer de manière importante au transfert de la route au rail. Les mesures prises par le conseil d'administration répondent à ces attentes.

Contenu complémentaire