Les CFF participent activement à la protection du climat.

Les CFF se sont fixés pour objectif, malgré l’augmentation de l’offre, d’économiser dix pour cent d’énergie d’ici à 2015 et de contribuer encore davantage à la réduction des gaz à effet de serre. Le plus grand potentiel d’économie est réalisable au sein même de l’exploitation ferroviaire. Un important catalogue de mesures en constitue le fondement.

Les trains circulent toujours plus rapidement et les améliorations en matière de confort, telles que les climatisations, accroissent l’attractivité des voyages en train. Parallèlement à l’augmentation prévisible du trafic ferroviaire, ces facteurs sont donc sources d’une consommation accrue d’énergie. Les CFF estiment que cette dernière sera de quelque 15 pour cent d’ici à 2030. Les CFF veulent continuer à améliorer leur bilan énergétique par différentes mesures et ainsi soutenir la Confédération dans ses efforts de protection du climat.

Le fondement du catalogue de mesures est une étude réalisée en 2007 par l’Office fédéral de l’énergie. Il ressort de celle-ci que – malgré une offre qui va continuer à se développer à l’avenir – les CFF vont économiser quelque dix pour cent d’énergie d’ici à 2015, par rapport aux valeurs de consommation annuelles prévues, et qu’ils vont pouvoir contribuer à la réduction du CO². Cela correspond à une quantité d’énergie d’environ 230 GWh par année ou à la consommation de quelque 58 000 ménages.


Economiser l’énergie et réduire le CO².

Les CFF réalisent les mesures d’économie d’énergie dans trois secteurs: auprès d’Immobilier, dans le matériel roulant ainsi que dans le déroulement de l’exploitation. Dans le secteur Immobilier, les CFF ont conclu avec l’Agence de l’énergie pour l’économie (AEnEC) des conventions volontaires sur 15 grands bâtiments des CFF. Ainsi, les CFF veulent économiser de l’énergie dans des grandes gares, des ateliers et des bâtiments administratifs et contribuer encore plus fortement à la réduction du CO². La création d’une comptabilité énergétique centralisée permet ainsi un management actif des coûts et de la consommation.

Pour le matériel roulant, les CFF veulent réaliser des économies grâce à des optimisations techniques continues sur les véhicules existants. Lors de la commande de nouveaux trains, des critères d’efficacité accrus seront pris en compte.

Le plus grand potentiel d’économie se situe dans le déroulement de l’exploitation ferroviaire où il y a lieu de faire particulièrement attention au déroulement fluide du trafic ferroviaire, ce qui permet de rouler de manière économique. En outre, l’utilisation conséquente des freins électriques permet un emploi optimal de ce que l’on appelle l’énergie mobile du train. C’est surtout aux vitesses élevées que l’on peut renvoyer davantage d’énergie électrique au réseau. De cette façon, les CFF épargnent non seulement de l’énergie mais ils réduisent aussi l’usure des freins.

Avec le programme d’économie d’énergie, les CFF s’engagent en faveur d’une mobilité soucieuse de l’environnement. Aujourd’hui déjà, le rail décharge le bilan d’émission suisse de plus de 4 millions de tonnes de CO² par année. Celui qui opte pour le chemin de fer en tant que moyen de transport, fournit automatiquement une contribution active à la protection du climat.

Contenu complémentaire