Poursuite de l’optimisation de la production ferroviaire.

Les CFF adaptent la conduite de leur exploitation aux contraintes croissantes de la production ferroviaire. La conduite de l’exploitation se concentre dorénavant sur l’activité de base de la gestion du trafic, d’intervention, d’information à la clientèle et de logistique du trafic marchandises. L’organisation des domaines spécialisés est simplifiée. Ce qui permet une réduction de 60 unités du nombre de postes à l’échelle nationale. Il n’y aura pas de licenciements; les CFF recherchent des solutions d’emploi pour tous les collaborateurs concernés.

La conduite de l’exploitation CFF règle quotidiennement la circulation de 7000 trains  voyageurs et de 2000 trains marchandises sur le réseau le plus densément utilisé au monde. On estime qu’au cours des cinq prochaines années, le trafic ferroviaire augmentera encore de près de 10 pour cent. Afin d’être munie en adéquation, la conduite de l’exploitation se concentre dorénavant en priorité sur ses activités de base. Lors de sa dernière séance, le Conseil d’administration des CFF a approuvé cette optimisation.

A mi-2009, la gestion du réseau, en tant qu’organe central de commande de la production sur l’ensemble du réseau, sera en activité 24 heures sur 24. Les gares de triage ne seront plus dirigées de façon centrale mais intégrées dans les conduites d’exploitation régionales. La défense d’entreprise sera fusionnée avec la seconde unité d’intervention de la conduite d’exploitation, soit les teams d’exploitation de lignes et de nœuds, compétents pour l’engagement sur place en cas de perturbation. Finalement, le soutien aux domaines spécialisés sera simplifié par des adaptations organisationnelles. Sont concernés, par exemple, l’élaboration de standards de qualité et de programmes de formation qui seront élaborés de façon centrale et réalisés dans les services. Les structures actuelles en seront simplifiées.

Ces mesures d’optimisation permettent des synergies qui conduisent à la réduction de près de 60 places de travail aux niveaux moyens et supérieurs, ce qui correspond presque à deux pour cent des quelque 3100 places que compte la Conduite d’exploitation. Ces 60 postes de travail sont répartis dans toute la Suisse, mais environ 30 d’entre eux sont localisés à Berne. Au cours de ces dernières années, les CFF ont reporté plus de 250 places dans la ville fédérale. Les adaptations citées ci-dessus ne concernent pas les domaines opérationnels de la conduite de l’exploitation tels que centrales de gestion du trafic ou postes d’enclenchement.

Les CFF ont informé tôt déjà les partenaires sociaux sur les mesures prévues et entreprennent la recherche de nouvelles places de travail en collaboration avec les collaborateurs concernés. Comme la Convention collective de travail le prévoit, il n’y a pas de licenciements.

La gare de triage de Bienne deviendra une gare team Cargo à fin 2009. Comme annoncé en juin 2008 déjà, les CFF reconvertissent la gare de triage de Bienne à fin 2009. A l’avenir, elle servira de gare team CFF Cargo pour y manœuvrer les wagons de marchandises destinés à la clientèle de la région biennoise. Des 52 places de travail actuelles, 39 seront probablement supprimées. Quelques collaborateurs pourront être engagés par CFF Cargo.

Depuis longtemps déjà se dessinait le fait que la gare de triage de Bienne ne pourrait plus rester en exploitation. Conformément à la Convention de prestations passée avec la Confédération et actuellement en vigueur, les CFF doivent examiner si le nombre de gares de triage peut être réduit de huit à six. En effet, les gares de triage existantes souffrent d’importants découverts en coûts d’exploitation et sont, indépendamment de la situation conjoncturelle, insuffisamment utilisées. La gare de triage de Bienne nécessiterait des investissements d’un nombre à trois chiffres en millions de francs pour sa modernisation.

Les CFF travaillent en étroite collaboration avec la commission du personnel, également en ce qui concerne la reconversion de la gare de triage de Bienne. Ici aussi, en conformité avec la CCT, aucun licenciement n’aura lieu; les CFF entreprennent la recherche de nouvelles places de travail en collaboration avec les collaborateurs concernés. Ce processus a fait ses preuves. Lors de la reconversion de la gare de triage d’Olten et la concentration des tâches de manœuvre sur Däniken à fin 2008, tous les collaborateurs ont trouvé un nouvel emploi avant la reconversion.

Contenu complémentaire