L’UTP et les CFF renoncent à la hausse des prix.

L’offre suisse en matière de transports publics augmente constamment. De nombreuses entreprises de transport sont confrontées à une augmentation massive des coûts et à d’importants besoins en investissements. Les responsables de l’UTP et des CFF ont cependant décidé de renoncer à augmenter les prix en décembre 2009. Les transports publics suisses prennent ainsi en compte la situation conjoncturelle difficile et assument leurs responsabilités devant la situation économique de la Suisse.

Lors de sa séance de ce matin, la commission responsable de l’UTP a tranché: les augmentations de prix prévues initialement pour décembre 2009 n’auront pas lieu. Les transports publics renoncent à cette augmentation, malgré l’amélioration constante des prestations et les importants besoins en investissements dans le nouveau matériel roulant. Des coûts supplémentaires viennent s’y ajouter, comme par exemple pour l’électricité, les salaires et les matières premières. Les CFF vont à eux seuls investir 20 milliards de francs dans du nouveau matériel roulant jusqu’en 2030. Les entreprises de transport public estiment qu’il sera ainsi inévitable d’augmenter les prix en décembre 2010.

Peter Vollmer, directeur de l’UTP et Andreas Meyer, directeur des CFF, ont expliqué les raisons de cette décision unanime prise par les CFF et les autres entreprises de transport. En effet, devant la situation économique difficile dans laquelle se trouve la Suisse, les transports publics sont conscients de leur responsabilité.

«Les transports publics suisses veulent ainsi contribuer de manière significative à la préservation du pouvoir d’achat de la population. La comparaison entre les besoins et la responsabilité économique n’est pas facile pour les entreprises, mais nous voulons donner un signal clair en renonçant aux hausses de prix» a affirmé Peter Vollmer. «Le directeur des CFF a fait cette demande à l’UTP.»

Andreas Meyer, directeur des CFF, a expliqué: «En fait, nous avons besoin de prix plus élevés. Nous avons augmenté l’offre et les prestations. Mais au vu de la situation économique, nous ne voulons pas accabler nos clients. C’est pourquoi nous avons décidé de reporter la demande d’augmentation des prix d’une année.» Le directeur des CFF a affirmé devant les médias qu’en ce qui concerne les grandes lignes, les CFF se portent bien. La situation semble plus difficile pour toutes les entreprises de transport du trafic régional. «D’une part, les exigences des clients par rapport au matériel roulant augmentent, ce qui est compréhensible. D’autre part, les taux de couverture des coûts diminuent sur le long terme» a déclaré Andreas Meyer. «Les défis augmentent avec la forte croissance pendant les heures de pointe. Les CFF investissent massivement dans du nouveau matériel roulant, afin de mettre plus de places assises à disposition de la clientèle. Cela génère des coûts que les entreprises doivent couvrir. Toutes les entreprises de transport public sont d’accord sur ce point.»

Les CFF poursuivent par ailleurs leur objectif de rendre plus attractifs les trajets en dehors des heures de pointe. Ils vont donc proposer cette année encore à l’UTP l’introduction d’un «Abonnement général dès 9 heures». «Nous tenons ainsi notre promesse. Au moyen d’offres avantageuses, nous voulons récompenser les clients qui voyagent plus tard et qui peuvent ainsi libérer de la place pour nos pendulaires.», a déclaré Andreas Meyer. Les CFF vont en outre développer leur offre «Click&Rail» en été déjà, avec des billets au tarif réduit. Sur internet, des contingents de billets à prix réduits sont offerts pour les trains peu fréquentés. Les clients profitent ainsi de rabais jusqu’à 70% par rapport au prix normal.