CFF Cargo améliore le bilan CO2.

Grâce au trafic ferroviaire des marchandises, la compagnie de chemin de fer suisse soulage l'environnement de près de 1,3 millions de tonnes de CO2 par an et soutient désormais la démarche de ses clients en leur fournissant un rapport individuel d'émissions.

C'est incontestable: le transport de marchandises par le rail est plus écologique que le trafic par poids lourds sur les autoroutes. C'est particulièrement vrai en Suisse où le réseau ferroviaire est presque entièrement électrifié et où plus de 70 pour cent du courant électrique utilisé par le train provient de l'énergie hydraulique propre. «Si, en 2008, nos transports avaient été effectués par la route et non par le rail, cela aurait représenté une pollution supplémentaire de l'environnement de l’ordre de 1,3 millions de tonnes de CO2.», calcule Nicolas Perrin, Directeur de CFF Cargo, avec EcoTransIT, le calculateur des émissions polluantes. Cela correspond aux rejets annuels de CO2 d'environ 250 000 personnes en Suisse.


Nouveau rapport d'émissions pour les clients

Afin que les clients de CFF Cargo puissent aussi tirer profit de cet avantage écologique et l'exploiter pour leur propre gestion environnementale, la compagnie ferroviaire suisse établit pour la première fois un rapport individuel d'émissions pour les clients. «Ce comparatif des émissions entre tous les transports que nous effectuons est facile à intégrer dans les systèmes de gestion de l'environnement des entreprises et à présenter dans les bilans écologiques», souligne Nicolas Perrin.

Les données sont calculées d'après la méthodologie d'EcoTransIT, lequel a été conjointement développé par CFF Cargo et cinq autres sociétés ferroviaires européennes, l'Université de Hanovre, ainsi que «l'Institut für Energie-und Umweltforschung» (ifeu) indépendant de Heidelberg, en coopération avec l'Union internationale des chemins de fer. Ce système calcule avec précision l'impact environnemental des transports de marchandises au sein de l'Europe, tous modes de transport confondus, en comparant de manière très détaillée la consommation d'énergie et les émissions nocives des transports par train, camion, bateau et avion, et aide ainsi les utilisateurs à optimiser leur propre bilan énergétique.

«De plus en plus d'entreprises veulent une logistique à un bilan écologique positif», constate Nicolas Perrin. «Grâce au rapport d'émissions détaillé pour tous les transports ferroviaires, nous soutenons cette tendance et offrons à nos clients un avantage concurrentiel immédiat».

Plus d’information: www.cffcargo.com/ecotransitOuverture du lien dans une nouvelle fenêtre..

Contenu complémentaire