Nette amélioration du résultat consolidé des CFF. Mais les investissements augmentent la dette.

En 2008, le résultat consolidé des CFF a nettement augmenté grâce aux résultats des segments Voyageurs et Immobilier, pour atteindre 345 millions de francs. Le nombre de passagers a de nouveau augmenté, avec une croissance de 5,2 % en trafic voyageurs. Les prestations de transport du trafic marchandises ont diminué, mais le résultat de ce segment s’est considérablement amélioré. En 2008, Immobilier a effectué des versements substantiels à l’infrastructure et a fortement accru ses contributions à l’assainissement de la Caisse de pensions CFF. Le réseau CFF est utilisé toujours plus intensivement, des investissements pour augmenter les capacités sont donc nécessaires et urgents. Les investissements n’ont pas pu être entièrement financés par les fonds propres; ils ont creusé l’endettement des CFF.

Les CFF ont nettement amélioré leur résultat annuel en comparaison avec l’année précédente: 345 millions de francs en 2008 contre 80,4 millions en 2007. Ce développement positif a pu être réalisé grâce aux bons résultats des segments Voyageurs et Immobilier ainsi qu’aux progrès dans le trafic marchandises.

Les  forts besoins d’investissement de l’entreprise ont engendré en 2008 une sortie nette de 505,6millions de francs, soit une hausse de 75,8 millions par rapport à 2007, car cette année encore, le volume des investissements s’avérait nettement supérieur aux apports générés par l’activité d’exploitation. Les investissements nécessaires à l’avenir vont encore fortement augmenter l’endettement des CFF. Les CFF ont besoin de conditions-cadres qui leur permettent de libérer les fonds nécessaires pour un développement constant, dans l’intérêt des clients.

En trafic voyageurs, le nombre de passagers transportés a de nouveau augmenté, de 5,2 % pour atteindre 322,6 millions. Le nombre de voyageurs-kilomètres parcourus s’est accru de 6,7 % et s’élève à 16,14 milliards. La demande lors des heures de pointe a considérablement augmenté (8 % en 2008) et place les CFF devant des défis financiers et qualitatifs importants. Le résultat de ce segment s’est amélioré de 83,8 à 276,8 millions de francs.

L’assainissement et le positionnement nécessaires de CFF Cargo ont progressé l’an dernier. CFF Cargo a clôturé l’exercice 2008 avec un résultat négatif de -29,9 millions de francs; l’année précédente, le déficit se montait au total à -190,4 millions, y compris les provisions à hauteur de 102,5 millions. Les mesures d’assainissement ont eu des effets particulièrement positifs sur le résultat. En 2008, CFF Cargo a réduit ses prestations de transport de 6,3 %, pour atteindre 12,53 milliards de tonnes-kilomètres nettes. Ce recul est dû d’une part à l’abandon de transports peu rentables en trafic international et d’autre part aux conséquences négatives de la situation économique.

Infrastructure a terminé l’exercice avec un résultat de 30,4 millions de francs (2007: 32,2 millions). Les CFF utilisent leur réseau ferroviaire de manière intensive, plus intensive qu’aucun autre chemin de fer dans le monde. Le nombre de sillons-kilomètres parcourus sur le réseau CFF a de nouveau augmenté, de 2,5 % en 2008. L’utilisation intense de l’infrastructure a entraîné des coûts d’entretien du réseau nettement plus élevés. Elle a sensiblement affecté le résultat annuel de l’unité Réseau, qui est négatif: -10,1 millions de francs (2007: -15 millions). Il manque des moyens supplémentaires pour les besoins accrus de l’entretien, et les programmes d’amélioration de l’efficience ne peuvent pas être réalisés.

Les gares prennent de plus en plus d’importance en tant que centres d’offres complètes de services, dans le cadre d’une mobilité intégrée. Les magasins et les locaux des 31 plus grandes gares CFF ont à nouveau augmenté leur chiffre d’affaires, de 6,1 % en 2008. CFF Immobilier a amélioré son résultat d’exploitation de 7,6 % à 291,6 millions de francs en 2008; après versement des indemnités compensatoires pour l’infrastructure (69,0 millions de francs) et le remboursement du prêt et des intérêts pour la Caisse de pensions des CFF (132,1 millions de francs), le résultat du segment s’est réduit de 29,3 à 3,3 millions de francs.

Des solutions de préfinancement doivent être trouvées rapidement afin que les projets urgents de l’offre de base ZEB (Futur développement de l’infrastructure ferroviaire) soient disponibles à temps. Simultanément, le développement de l’infrastructure ferroviaire dans le cadre de «Rail 2030» doit aussi progresser rapidement. Les moyens financiers limités des pouvoirs publics nécessitent une priorisation des investissements dans les projets de gares et d’infrastructures de transport selon des critères économiques, socio-économiques, ainsi que des critères d’exploitation et de temps. L’objectif est une utilité maximale pour le plus possible de clients. Le programme conjoncturel de la Confédération offre une chance d’effectuer des mesures de rationalisation avantageuses et de rattraper les retards actuels dans le domaine de l’entretien.

La mauvaise conjoncture affecte fortement le secteur marchandises et diminue les effets des efforts d’assainissement de CFF Cargo. L’entreprise doit réagir à temps face à la baisse des affaires en trafic marchandises. Certaines unités de l’entreprise se sont préparées à réagir, en cas de besoin, aux changements des conditions de marché.

En été 2008, les CFF ont lancé un appel d’offres pour la recherche de partenaires en vue d’un positionnement dans le domaine international. Simultanément, il a été décidé d’examiner, durant ce processus, des partenariats pour le domaine suisse. L’objectif consiste à orienter le trafic marchandises des CFF sur le long terme et à améliorer durablement les ressources et la rentabilité de CFF Cargo. Le rail devrait ainsi gagner en attrait par rapport à la route et par la même occasion la promotion du report modal des marchandises sur le train en serait renforcée.

L’entreprise et la politique mises au défi

Depuis le lancement de l’entreprise en tant que société anonyme de droit spécial en 1999, les CFF ont réalisé un Free Cash Flow négatif lors de chaque exercice annuel. Cette situation affaiblit l’entreprise et affecte les perspectives des CFF de relever les défis futurs avec succès. Les conditions-cadres financières et juridiques des CFF doivent être revues afin, au moins, de stabiliser l’endettement. Dans le cas contraire, il manquera aux CFF, à l’avenir, les moyens financiers nécessaires pour investir dans de nouveaux trains et développer constamment l’offre dans l’intérêt des clients. Il faut s’assurer que les CFF puissent générer et utiliser suffisamment de moyens dans toutes les unités d’affaires, pour pouvoir financer le développement d’une exploitation normale et supporter d’éventuels coûts particuliers.

Enfin, l’entreprise et la politique sont mis au défi par l’assainissement de la Caisse de pensions CFF, dont le taux de couverture est tombé à 79,2 % fin 2008 à cause de la crise. L’assainissement des conséquences de la crise financière actuelle sur la CP CFF doit être supporté conjointement par les CFF et les collaborateurs. L’Office fédéral des assurances sociales a prié le conseil de fondation de la Caisse de pensions de préparer des mesures d’assainissement jusqu’à mi-2009. En revanche, une partie du découvert provient du financement insuffisant de la CP CFF par la Confédération en 1999. Pour cette partie, les CFF attendent une contribution d’assainissement de la part de la Confédération qui permette de combler les lacunes de couverture de la partie des retraités dans la Caisse. Les CFF ont eux-mêmes déjà assaini la partie des actifs de la Caisse au 1er janvier 2007 via un versement de 1,5 milliard de francs.

En 2008, le Conseil fédéral a mis en consultation quatre variantes d’assainissement de la CP CFF. Il prépare actuellement un message pour le Parlement sur la base des résultats de la procédure de consultation. Le message sera disponible courant 2009.

Si la Confédération ne comble pas le trou de couverture de la CP CFF, il faudrait alors une solution qui soit supportée par l’entreprise et les collaborateurs. Pour pouvoir accomplir cette tâche, les CFF ont besoin d’une marge de manœuvre entrepreneuriale qui leur permette de générer les moyens nécessaires. Pour l’instant, cette marge de manœuvre n’existe pas.

En revanche, si les CFF sont autorisés à réaliser un bénéfice suffisant, ils pourraient naturellement contribuer substantiellement à l’assainissement de la CP CFF.

Contenu complémentaire

Téléchargements.