L'offre TGV redimensionnée dès 2010.

Depuis l'ouverture de la ligne à grande vitesse entre Bâle et Paris, l'offre TGV Lyria au départ de Berne via Neuchâtel est soumise à rude concurrence. L'un des allers-retours quotidiens est particulièrement touché. Dans ce contexte, la société Lyria a décidé de redimensionner son offre en supprimant l'une des deux liaisons, dès le prochain changement d'horaire. Une paire de trains continue toutefois à relier chaque jour la Capitale fédérale à la Ville lumière.

Depuis l'ouverture, en 2007, de la ligne à grande vitesse entre Bâle et Paris, via Strasbourg, la société TGV Lyria enregistre une baisse de fréquentation sur les relations directes Berne–Paris via Neuchâtel. L'un des deux allers-retours quotidiens est particulièrement touché avec un taux d'occupation international oscillant entre 29 et 32%. Actuellement, plus de 11% des passagers TGV montant ou descendant à Bâle ont pour origine/destination le canton de Berne. Cette tendance va encore s'accélérer avec l'augmentation des fréquences entre Bâle et Paris (5 TGV dès décembre 2009) et avec l'accélération du temps de parcours entre ces deux villes (décembre 2011).

La société Lyria a lancé diverses mesures de marketing pour tenter d'inverser la tendance sur la liaison Berne–Neuchâtel–Paris. Malgré cela, le trafic a encore diminué, en 2008, de 5% au départ de Berne et de 1% au départ de Neuchâtel. La mise en service de deux vols quotidiens entre Paris et Berne-Belp péjore encore cette situation.

Au changement d'horaire du 13 décembre 2009, les TGV partant à 17h23 de Berne et à 7h58 de Paris-Gare de Lyon seront supprimés. Par contre, Lyria s'engage à maintenir l'autre paire de TGV quittant la Ville fédérale le matin et la Ville lumière en fin d'après-midi.

Contenu complémentaire