La Ville de Genève et les CFF concluent un accord.

La Ville de Genève et les CFF ont conclu un accord réglant le différend qui les opposait dans le secteur de la gare de Cornavin. Cette convention établit un moratoire de trois ans sur les projets immobiliers des Grottes et prévoit le retrait des recours déposés contre la rénovation de la gare, dont les travaux débuteront en janvier 2010. En parallèle, la Ville, les CFF et les autres partenaires s'engagent dans un processus de réflexion en vue d'adopter une nouvelle image directrice du périmètre touché par l'extension ferroviaire.

Afin de se réserver les terrains nécessaires à l'extension éventuelle de voies ferrées au nord de la gare, les CFF s'étaient opposés à la réalisation du plan localisé du quartier des Grottes qui prévoyait la construction d'un projet immobilier développé par la Ville de Genève en partenariat avec Implenia et d'autres acteurs privés. Ce projet comprenait notamment la réalisation de deux bâtiments de 31 logements et d'une résidence hôtelière de 138 unités.

La Ville avait fait recours contre le permis de construire autorisant les CFF à rénover la gare de Cornavin. Elle soutenait le point de vue, non partagé par les CFF, que ce projet ne tenait pas compte des aménagements futurs nécessaires pour faire face à la réalisation de nouvelles voies.

Après d'intenses négociations, toutes les parties se sont entendues pour fixer un moratoire de trois ans qui permet aux CFF de lancer des études approfondies sur le développement futur de l'infrastructure ferroviaire à Genève. Parallèlement, la Ville, les CFF et les autres partenaires s'engagent dans un processus de réflexion en vue d'adopter une nouvelle image directrice du périmètre touché par l'extension ferroviaire.

Les CFF indemnisent la Ville de Genève et les autres propriétaires pour les frais d'études du projet devenus caducs et pour le manque à gagner lié au moratoire. La Ville de Genève et les autres opposants se sont pour leur part engagés à retirer les recours contre la rénovation de la gare. Les parties se réjouissent d'avoir pu trouver une solution satisfaisante, qui prend en compte les intérêts de chacun.

Contenu complémentaire