Les CFF enregistrent un premier semestre réjouissant – malgré une conjoncture difficile.

Grâce à des circonstances particulières, les CFF ont amélioré le résultat du groupe de 26,8% à 132,8 millions de francs durant le premier semestre 2009 par rapport à la même période de l’année dernière. Les mesures prises dans tous les domaines pour contrer la crise montrent leurs effets. Ainsi, financièrement, la forte baisse de la demande en trafic marchandises a pu être en partie amortie. En trafic voyageurs, la croissance persiste. Le nombre de voyageurs qui optent pour le train continue d’augmenter. Parallèlement, les CFF constatent une plus forte prise en compte des coûts chez leurs clients. 88,2% des clients (en 2008 : 86,2%) ont atteint leur destination avec moins de 3 minutes de retard. De gros investissements sont nécessaires, notamment, dans le nouveau matériel roulant, dans l’entretien de l’infrastructure et dans la perspective d’une contribution des CFF à l’assainissement de la Caisse de pensions. Les CFF ont donc besoin de moyens financiers supplémentaires.

Malgré un contexte économique difficile, les CFF enregistrent un bon résultat pour le premier semestre 2009. Les conséquences de la crise ont pu être atténuées grâce à diverses mesures telles que l’arrêt des embauches et des dépenses. En comparaison avec la même période de l’année dernière, le résultat du groupe s’est amélioré de 26,8%, passant de 104,7 à 132,8 millions de francs, principalement grâce à des circonstances particulières et uniques. Ainsi, après déduction des corrections de valeur et des provisions non utilisées, d’un montant de 27 millions de francs, le résultat se situe au niveau de l’année précédente. Les charges d’exploitation ont pu être fortement réduites (- 201,2 millions de francs). Si les résultats des segments Voyageurs et Immobilier ont eu des effets positifs, le recul de la demande, conditionné par l’économie, a pesé sur le résultat de CFF Cargo. Le résultat négatif de CFF Infrastructure est dû à une baisse des revenus des sillons et à des besoins accrus de moyens pour l’entretien. C’est seulement en investissant continuellement dans l’entretien du réseau que le niveau actuel de qualité pourra être maintenu.

Jusqu’ici, les CFF n’ont dû procéder à aucune suppression de poste suite à la crise économique. L’effectif moyen du personnel des CFF et de leurs filiales est de 27'910 postes à plein-temps, soit 215 de plus qu’à la même période de l’année précédente. Grâce à l’augmentation de l’offre, les CFF ont ainsi créé des postes supplémentaires auprès du personnel de conduite et des trains, ainsi que dans la police ferroviaire. Les CFF ont signé un accord avec les syndicats afin de renforcer le partenariat social. Il permet de régler l’information et la consultation des associations lors de réorganisations importantes. Les polémiques devraient être évitées à l’avenir grâce à des règles obligatoires et à la prise en compte suffisamment tôt des partenaires sociaux.

Croissance continue en trafic voyageurs, vent contraire en trafic marchandises

Contrairement au trafic voyageurs, le domaine marchandises ressent massivement le vent contraire que souffle la crise économique. Comme toutes les entreprises ferroviaires européennes de transport de marchandises, CFF Cargo enregistre une forte baisse du volume de transport. Les conséquences de la crise ont pu être contenues grâce à des mesures efficaces prises à temps, notamment en comparaison avec la concurrence. En outre, la dissolution de provisions non utilisées d’un montant de 16 millions de francs a également amélioré le résultat de Cargo. CFF Cargo a rapidement adapté à la demande ses capacités de transport en trafics de transit et intérieur. Au total, les revenus du transport de CFF Cargo ont baissé de 16,2% à 435 millions de francs. La demande a baissé particulièrement fortement dans les transports d’acier et de métal, mais aussi dans les domaines du bois/papier et de la chimie. Le trafic de transit a baissé de 23% alors que le trafic intérieur enregistre une diminution de 5%.

Augmentation des besoins financiers chez CFF Infrastructure, CFF Immobilier poursuit sur la voie du succès

L’augmentation de l’attractivité des gares est bénéfique à CFF Immobilier. Malgré certains travaux de transformation en cours et une conjoncture négative, le chiffre d’affaires des 31 plus grandes gares (RailCity et «Gare et plus») a augmenté de 1,3% pour atteindre 718 millions de francs. Le premier coup de pioche de la haute école pédagogique de Zurich à l’Europaalle, la pose de la première pierre du Südpark à Bâle et de TransEurope à Neuchâtel ainsi que le projet du poste directeur de Winterthour contribuent à rendre les grandes gares et leurs environs encore plus modernes et attractifs.

Importants défis financiers ces prochaines années


Contenu complémentaire

Téléchargements.