Les CFF réorganisent les processus dans les gares de triage et suppriment 50 postes.

Les CFF améliorent les processus de production dans leurs gares de triage et tiennent compte du développement conjoncturel négatif en trafic marchandises. Dans le cadre de ces mesures, 54 des 750 postes que comptent les gares de triage seront supprimés. Il n’y aura aucun licenciement.

La Conduite de l’exploitation des CFF analyse et améliore continuellement son organisation  et ses processus de travail dans les gares de triage. Les analyses effectuées ces derniers mois ont démontré que des postes de travail pouvaient être économisés dans les gares de triage grâce à une optimisation des processus de production. Le recul de la demande dû à la conjoncture renforce cette situation dans les gares de triage.

D’ici décembre 2009, les CFF supprimeront 54 postes de travail sur les 750 que comptent les gares de triage. Aucun licenciement n’est prévu. Une petite partie de ces suppressions sera absorbée par les fluctuations naturelles.

Les CFF et leurs partenaires sociaux ont trouvé ensemble des solutions pour les collaborateurs concernés: Securitrans SAOuverture du lien dans une nouvelle fenêtre., la filiale des CFF active dans la sécurité ferroviaire, offre à ces collaborateurs de nouvelles perspectives professionnelles en tant que protecteurs de chantiers.

Les collaborateurs touchés par ces mesures se trouvent dans les gares de triage de Limmattal, Bâle, Chiasso, Buchs SG et Lausanne. Ces mesures ne concernent pas les gares de triage de Däniken, qui s’attend, grâce au nouveau réseau Express de CFF Cargo, à une hausse des transports, et de Bienne, qui changera d’affectation au prochain changement d’horaire.

Contenu complémentaire