Accord de principe en vue d’une nouvelle concession d’exploitation des eaux aux installations de Ritom.

Les CFF, le canton du Tessin et l’Azienda elettrica ticinese (AET) ont passé un accord de principe en vue de l’exploitation commune, à des fins hydroélectriques, des eaux actuellement utilisées par les installations de Ritom. L’accord a été approuvé par le Conseil d’administration des CFF. Le Conseil d’Etat tessinois l’avait approuvé mardi, à la suite du Conseil d’administration d’AET.

Les CFF et le canton du Tessin ont passé un accord de principe en vue de l’exploitation des eaux aux installations de Ritom. Jusqu’à présent, la gestion des eaux de Ritom relevait de la seule compétence des CFF. La solution prévue par cet accord de principe inclut la création d’une société commune à capital mixte pour la gestion des installations hydroélectriques qui exploiteront les eaux de Ritom, tessinoises, mais aussi uranaises et grisonnes. La future société «Ritom SA», à laquelle les CFF participeront à hauteur de 75% et le canton du Tessin à hauteur de 25%, permettra aux partenaires d’obtenir un bénéfice à long terme, sur la base d’une demande de concession portant sur 80 ans.

Les CFF demanderont à l’autorité fédérale compétente la suspension de la procédure d’appropriation des eaux qu’ils acheminent, avant de retirer leur demande une fois que Ritom SA aura obtenu la concession. Les CFF remettront d’ici au printemps 2011 au canton du Tessin la demande définitive de concession pour l’entreprise «Ritom SA». L’octroi de la concession est de la compétence du Parlement du canton du Tessin.

L’accord de principe a permis d’élaborer des solutions techniques acceptables pour les parties prenantes en ce qui concerne les installations existantes à gérer conjointement. L’accord sauvegarde les intérêts du canton du Tessin et d’AET, en particulier grâce à leur participation à hauteur de 25% à la «Ritom SA». La société d’exploitation gérera proportionnellement les installations existantes et futures nécessaires au captage, au transport et à l’accumulation. Il donne au canton et à AET le droit de poursuivre leur politique d’investissements dans des installations de production d’énergies locales renouvelables et renforce la collaboration entre organes publics fédéraux et cantonaux.

De leur côté, les CFF préserveront leurs propres intérêts en matière d’approvisionnement en énergie électrique destinée à la traction ferroviaire au Tessin, en particulier en vue de la mise en service des tunnels de base du Saint-Gothard et du Monte Ceneri. Les trains CFF sont alimentés à 70% par de l’énergie propre, produite par des centrales hydroélectriques. L’accord de principe contribue largement à ce que les CFF puissent assurer leur exploitation en conformité à la protection de l’environnement.

Contenu complémentaire