Rail 2030 désengorge le réseau ferré.

Plus que jamais, la Suisse a besoin à l'avenir de chemins de fer performants et modernes. Le projet «Rail 2030», mandaté par le Parlement, doit en créer les conditions. En collaboration avec les CFF, l’OFT élabore deux variantes portant sur des volumes d’investissements respectifs de 21 et de 12 milliards de francs. Les dominantes de ce projet sont des trains supplémentaires sur l’axe Est-Ouest, très fréquenté, ainsi que, dans la variante à 21 milliards, des améliorations du trafic régional dans les agglomérations et les zones rurales. Quant au trafic marchandises, des mesures visent entre autres les adaptations nécessaires sur l’axe Nord-Sud afin de permettre l’acheminement de fret ferroviaire à grand gabarit, dont la demande est en forte croissance.

Les 22 et 23 mars, l'Office fédéral des transports (OFT)Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre. et les CFF ont informé les cantons et les médias de l’avancement des travaux relatifs à Rail 2030. La mise en consultation du projet aura vraisemblablement lieu au printemps 2011.

Le Parlement a lancé ce projet afin d’éliminer les engorgements actuels et futurs au moyen d’une infrastructure ferroviaire moderne. De son côté, le Conseil fédéral a posé les jalons de la planification et du financement en décembre 2008: il a chargé l’OFT d’élaborer deux variantes portant respectivement sur une somme de 21 et de 12 milliards de francs. Ces moyens seraient prélevés du fonds FTPOuverture du lien dans une nouvelle fenêtre..

Rail 2030 est la clé qui permettra de couvrir la demande croissante dans le domaine ferroviaire. Les mesures de désengorgement et les aménagements ponctuels fourniront un atout déterminant pour l’attrait de la Suisse sur le plan international, à savoir l’offre dense et performante des transports publics.


Plus de capacité et une exploitation stable.

Se fondant sur une analyse détaillée de la demande pour en déduire l’offre des transports nécessaire ainsi que sur l'ordre de priorité, Rail 2030 fournira davantage de capacités aux heures de pointe quotidiennes sur les lignes à forte fréquentation, notamment entre les centres et en trafic régional (variante à 21 milliards).

Il en résultera par exemple davantage de places assises sur l'Arc lémanique, entre Genève, Lausanne et le Bas-Valais ou encore entre Berne, Zurich et Winterthur. Le nombre de trains augmentera dans les agglomérations de Berne, Bâle et Zurich.

Cela implique des investissements permettant de l’'engagement de trains plus longs, à deux étages ou l'introduction de trains supplémentaires. Citons à titre d’exemples de mesures de première priorité l’assainissement des gares de Lausanne et de Genève, l’élargissement des gabarits des tunnels et des lignes en Valais ou encore des aménagements sur les lignes à forte fréquentation (p. ex. aménagement à quatre voies continues entre Zurich et Winterthur).

Il est indispensable d’investir dans les gares et les installations pour que l’exploitation ferroviaire puisse suivre la demande croissante : en de nombreux endroits, il faudra élargir les accès aux trains et adapter l’alimentation en énergie ainsi que d’autres installations d’exploitation. Des mesures destinées au trafic marchandises sont prévues sur la ligne du Jura (tunnel de Gléresse) et entre Bâle et Zurich. Sur le corridor Nord-Sud, il est prévu d’augmenter le gabarit des tunnels (variante à 21milliards). Ainsi, des trains marchandises à grand gabarit pourraient circuler sur l’axe du Saint-Gothard, comme c'est déjà le cas sur l'axe du Lötschberg; ces conteneurs revêtent une grande importance du point de vue du transfert modal du trafic.

Selon l’état actuel des planifications relatives à Rail 2030, les mesures et projets envisagés par le Parlement dans la loi sur le développement de l’infrastructure ferroviaire (LDIF)Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre. ainsi que par les cantons et les entreprises de transport sont répartis en projets de première et de deuxième priorité. Les mesures de deuxième priorité doivent encore faire l’objet d’examens approfondis, les travaux sont en cours.


Financement par le fonds FTP.

Le point crucial du projet Rail 2030 sera son financement. Le Parlement a décidé de puiser dans le fonds FTP pour réaliser les investissements en question. Cela présuppose que le fonds FTP soit prolongé au-delà de la durée prévue jusqu’ici. Mais il faut également définir d’autres sources de financement supplémentaires et temporaires.

Les solutions actuellement à l’étude sont une redevance perçue sur les titres de transport ainsi qu’une réaffectation de la part de la RPLP due aux cantons. Les cantons et les médias ont été informés de l’avancement des vérifications concernant ces solutions et d’autres possibilités de financement, p. ex. une augmentation temporaire de la TVA.

Contenu complémentaire