CFF Cargo et Hupac fondent SBB Cargo International.

CFF Cargo et l’opérateur de trafic combiné Hupac fondent ensemble une société neutre et autonome pour le trafic de transit transalpin entre l’Allemagne et l’Italie. Un système de production cadencé et des structures sobres doivent faire de cette nouvelle entreprise le leader de l’axe nord-sud en matière de coûts.

Au début 2011, CFF Cargo et HupacOuverture du lien dans une nouvelle fenêtre. fonderont une entreprise de transport ferroviaire commune qui se concentrera sur la circulation de trains complets et de trains du trafic combiné sur l’axe nord-sud, entre l’Allemagne et l’Italie. Le Conseil d’administration des CFF a ainsi confirmé sa décision de principe de février relative à la nouvelle orientation stratégique de CFF Cargo.

CFF Cargo (75%) et Hupac (25%), opérateur dominant en trafic combiné sur l’axe nord-sud, seront les actionnaires de la nouvelle société. La participation d’autres partenaires reste possible. La nouvelle société doit permettre d’approfondir le partenariat qui existe entre les deux entreprises depuis des décennies. L’objectif est de créer et de développer ensemble une entreprise de traction forte, neutre et proche des attentes du marché. Une optimisation des ressources fondée sur des relations triées sur le volet et la division par deux des frais structurels permettront d’atteindre une position de leader en matière de coûts dans le secteur du trafic combiné. Enfin, la nouvelle société, en sa qualité d’entreprise suisse, accordera beaucoup d’importance à la qualité.

La clientèle de la nouvelle société sera constituée avant tout d’opérateurs du trafic combiné, qui généreront environ 80% du chiffre d’affaires prévu, évalué à CHF 300 millions. Même si Hupac sera le plus gros client individuel, l’offre est clairement con-çue pour d’autres clients importants: des opérateurs, mais aussi des expéditeurs, d’autres réseaux et grands chargeurs. «Dans l’intérêt des deux actionnaires, il est essentiel que nous offrions nos prestations de traction entre l’Allemagne et l’Italie de manière autonome et neutre sur le marché», déclare Nicolas Perrin, directeur CFF Cargo.

L’axe nord-sud est dominé par plusieurs opérateurs du trafic marchandises. Outre CFF Cargo, plusieurs entreprises y font circuler des trains de marchandises. L’intensité de la concurrence débouche sur une forte pression sur les prix et sur un affaiblissement des marges pour les opérateurs de traction. «Le développement décidé permet de rester actif en qualité d’entreprise suisse sur l’axe européen central du trafic marchandises. Dans la perspective de l’ouverture du tunnel de base du Saint-Gothard, les deux acteurs suisses les plus importants doivent unir leurs forces. C’est la seule manière pour nous d’avoir une chance de proposer notre propre solution face à la pression des réseaux étrangers», expose Hans-Jörg Bertschi, président du Conseil d’administration de Hupac.


Une offre de traction neutre pour tous les clients, à des conditions identiques.

Le modèle commercial du nouveau transporteur constitue une nouveauté dans le trafic marchandises ferroviaire. Avec la participation de Hupac, les clients du trafic combiné seront pour la première fois coresponsables de la stratégie et du développement d’une entreprise ferroviaire. «Contrairement à la tendance qui prévaut en Europe, nous avons développé un modèle dans lequel ce n’est pas le chemin de fer qui intègre l’opérateur en trafic combiné, ce qui lui ôterait sa liberté d’action», explique Hans-Jörg Bertschi. La nouvelle société fait intervenir deux partenaires indépendants: CFF Cargo apporte ses ressources de traction et son savoir-faire ferroviaire, Hupac dispose d’une présence affirmée sur le marché européen et absorbe une grande part du volume de transport. Au niveau stratégique, Hupac marquera activement l’évolution de la nouvelle société en fonction des attentes du marché, ce qui profitera en dernier ressort à l’ensemble des clients du nouvel opérateur. La mission de transbordement sous-tend ce type de collaboration parce qu’elle encourage la proximité du marché et l’efficacité et qu’elle contribue à la libéralisation du chemin de fer. SBB Cargo International agira de manière autonome et garantira la neutralité envers l’ensemble de ses clients. L’objectif global est d’assurer une desserte fiable et une exploitation correcte, optimisée en permanence, des capacités.


Un site sur l’axe nord-sud.

La nouvelle entreprise offrira environ 480 emplois, dont 237 postes de mécaniciens et 76 autres à l’opérationnel. La planification, la régulation et l’administration représenteront environ 170 emplois. Dès le début, CFF Cargo disposera de son propre personnel des locs en Allemagne et en Italie. Dans un premier temps, le personnel des locs sera loué auprès de CFF Cargo.

En intégrant le trafic international au sein d’une nouvelle société, CFF Cargo procédera à la suppression de 157 emplois au cours des deux prochaines années; cela se déroulera conformément aux dispositions du contrat social. Dans le cadre de l’entreprise commune, les CFF proposeront des possibilités de recyclage; grâce à la croissance d’autres secteurs, ils seront en mesure d’offrir d’autres opportunités d’emploi. Pour ce faire, toutes les solutions disponibles sur le marché de l’emploi de l’ensemble du groupe CFF seront exploitées, y compris des offres dans d’autres unités, le recours aux fluctuations naturelles, les mises à la retraite anticipées et, au besoin, le placement à l’extérieur. Il n’y aura aucun licenciement de personnel soumis à la CCT.

Il est prévu que le siège de la nouvelle société se trouvera dans la région de Bâle-Olten-Lucerne. La recherche d’un bâtiment de bureaux approprié est en cours. Les dépôts suisses actuels de l’axe nord-sud seront maintenus. Les mécaniciens seront de plus en plus régulièrement affectés à un seul pays. Bâle constituera ainsi le point central du concept de production pour les axes du Saint-Gothard et du Lötschberg. Le nombre de mécaniciens par dépôts CFF Cargo au Tessin et en Suisse centrale sera maintenu dans ses proportions actuelles. En Allemagne, le site actuel du personnel d’Offenburg sera transféré à Mannheim à moyen terme. Les autres sites d’Allemagne et d’Italie sont maintenus pour l’instant. Les filiales actuelles de production en Allemagne et en Italie seront intégrées à la nouvelle société. Chemoil, filiale spécialisée dans le transport d’huiles minérales et de produits chimiques, reste rattachée à CFF Cargo SA.


Un nouveau système de production pour un succès économique durable.

La nouvelle société entrera en fonction au début 2011. A cet effet, 109 locomotives de ligne du parc CFF Cargo actuel seront louées dans un premier temps, dont 59 locomotives modernes polycourant destinées à un engagement international. L’élément central de la stratégie de l’entreprise est l’augmentation de la productivité des locomotives et des mécaniciens. Cela doit passer par un système de production cadencé avec des roulements élevés des locs et une réduction des temps d’arrêt, ainsi que la concentration sur les liaisons les plus rentables. L’entreprise doit devenir rentable d’ici à 2013 et, à moyen terme, être en mesure de procéder elle-même à des investissements. «Avec SBB Cargo International, nous créons un acteur fort, soutenons le transfert du trafic de la route au rail et contribuons à la croissance de la place économique suisse», souligne Nicolas Perrin, directeur CFF Cargo.

Offre globale CFF Cargo en Suisse. Le détachement du segment international débouche aussi sur des changements au sein de l’actuelle CFF Cargo SA. A l’avenir, celle-ci se concentrera sur le trafic intérieur suisse et sur les envois d’import et d’export, en coopération avec d’autres réseaux de trafic marchandises. Le réseau existant de trafic par wagons isolés sera maintenu dans ses proportions actuelles. Grâce au renforcement de son positionnement sur des secteurs et des grands clients, CFF Cargo souhaite mieux axer son offre sur les attentes du marché. Les 15 plus grands clients représentent d’ores et déjà 59% du chiffre d’affaires, utilisent 74% des points de desserte et 77% des types de wagons. Une part importante de l’offre actuelle constitue ainsi une base de départ. Depuis des années, l’économie suisse et les CFF ont fortement investi dans le trafic marchandises ferroviaire.

Avec son nouveau produit combinant chemin de fer et transbordement, CFF Cargo entend renforcer son positionnement en trafic combiné intérieur également. A long terme, CFF Cargo étudie également des solutions novatrices et adaptées pour les distances suisses, comparativement plus courtes. En import/export, c’est avant tout le trafic de et vers les ports de la mer du Nord qui jouent un rôle clé. Le projet de construction du nouveau terminal Gateway de Limmattal constitue ici une condition préalable essentielle.

Standardisation et orientation vers les attentes de la clientèle.

L’introduction d’un logiciel standard, l’optimisation des processus et l’amélioration de la gestion des capacités doit permettre la standardisation visée. Seuls un dimensionnement correct et une amélioration de l’exploitation des ressources par CFF Cargo rendront possible une exploitation du réseau intérieur couvrant ses coûts. Simultanément, la structure de coûts de la part suisse des activités de CFF Cargo devra, à long terme, être abaissée au niveau usuel dans le secteur. Parallèlement à l’externalisation du trafic de transit au sein d’une société séparée, CFF Cargo passera à une organisation orientée processus en Suisse. La structure organisationnelle sera ajustée en conséquence au cours du second semestre 2010.

Réalisation par étapes.

Contenu complémentaire