Résultat semestriel amélioré grâce à des circonstances particulières.

Les CFF ont pu accroître leurs prestations dans tous les domaines par rapport au premier semestre 2009. La tendance positive en matière de «ponctualité des voyageurs» se poursuit: 88,7% (+0,5%) des trains ont atteint leur destination avec moins de trois minutes de retard et la garantie des correspondances entre les trains a aussi pu être améliorée (+0,3%). Outre la ponctualité, la satisfaction de la clientèle a crû, notamment dans les domaines de l’information aux passagers et de l’offre/prestations. La sécurité se situe à un haut niveau. Au cours du premier semestre, le résultat du groupe CFF a pu être amélioré de 24,9% pour s’inscrire à 165,9 millions de francs grâce à des circonstances particulières et à des gains supérieurs dans la vente d’objets immobiliers. Par contre, le niveau d’endettement des CFF s’est encore accru, notamment en raison de la prise de prêts en vue de l’assainissement de la Caisse de pensions CFF et des investissements dans le nouveau matériel roulant. Compte tenu des grands défis financiers, par exemple en vue du maintien de la capacité de production du réseau et des installations ainsi que de l’élimination urgente des goulets d’étranglement, les CFF sont dépendants de financements supplémentaires.

Dans l’ensemble, les CFF sont sur la bonne voie et affichent un bon résultat pour le premier semestre 2010. En comparaison avec la même période de l’an passé, le résultat du groupe a passé de 132,8 millions de francs à 165,9 millions de francs (+24,9%). De bons résultats en trafic voyageurs international et dans l’immobilier y ont largement contribué, de même que des circonstances particulières, à savoir l’augmentation du trafic durant l’éruption volcanique et le taux de change. Les résultats par segment du trafic des voyageurs (+10,3) et de l’Immobilier (+131,3%) ont ainsi été positifs. Le résultat de CFF Cargo reste en deçà de celui de l’an passé malgré des prestations fournies nettement en hausse (+17,5%). Ce résultat insatisfaisant (-49,5 millions de francs) est dû en grande partie au cours bas de l’Euro ainsi qu’aux coûts supplémentaires d’entretien du matériel roulant. CFF Infrastructure a pu améliorer son résultat grâce à une vente accrue de sillons-kilomètres et à des améliorations de l’efficacité. Les dépenses pour l’entretien du réseau continuent d’augmenter, afin d‘assurer des prestations de qualité en faveur de la clientèle.

La moyenne des effectifs en personnel est supérieure de 44 unités par rapport à l’année passée (+0,16%). Le groupe CFF occupe présentement 27 954 collaboratrices et collaborateurs.


Plus de passagers, trafic marchandises en cours de redressement.

Dans la période sous revue, le nombre de voyageurs transportés par les CFF a encore augmenté. Leur nombre a crû de 3% pour parvenir à 166,3 millions de personnes. Quotidiennement, ce sont quelque 910 000 passagers qui utilisent les près de 7000 trains du trafic voyageurs CFF. L’augmentation provient d’une demande indigène stable et d’une forte croissance en trafic international des voyageurs. Les CFF recensent également un nombre croissant de voyageurs fidélisés : à fin juin 2010, 405 000 abonnements généraux et 2,289 millions d’abonnements à demi-tarif étaient en circulation. Le nombre de kilomètres parcourus par les clients (voyageurs-kilomètres) a atteint 8505 millions (+4,1%). Jamais autant de voyageurs et de voyageurs-kilomètres n’ont été enregistrés.

En comparaison avec l’année précédente difficile, la demande en trafic des marchandises a de nouveau augmenté en 2010. En particulier les branches de l’acier et du transport combiné ont enregistré des progrès. Le nombre de tonnes-nettes-kilomètres a augmenté de 17,5% pour parvenir à 6590 millions. Le trafic de transit en particulier s’est développé de façon réjouissante avec une progression de 21,6% par rapport à la période de l’année précédente; la demande en trafic indigène a progressé de 4,5%.

Les trains circulant sur le réseau ferré des CFF – environ 9000 par jour – ont effectué plus de kilomètres que l’année précédente. L’augmentation est de 1,0% pour parvenir à 80,6 millions de sillons-kilomètres, soit 2,8% en trafic marchandises et 0,6% en trafic voyageurs.

CFF Immobilier clôt de nouveau sur un bon bilan semestriel. Le résultat de ce secteur atteint 36,5 millions de francs (+131,3%) après déduction des payements compensatoires à l’infrastructure et des intérêts/amortissements en faveur de l’assainissement de la Caisse de pensions CFF. La vente de biens immobiliers et les recettes croissantes provenant des loyers contribuent au bon résultat.

Pendant le premier semestre, le secteur de CFF Immobilier s’est distingué par d’importantes activités de construction. De grands travaux ont lieu dans plusieurs gares, par exemple à Genève Cornavin ou dans le ShopVille de Zurich, afin d’augmenter l’attractivité des surfaces commerciales et des prestations en faveur de la clientèle. A Olten, la transformation de la gare a été achevée tandis que les inaugurations des gares de Bienne et d’Aarau sont imminentes.


Importantes décisions prises pour l’avenir.

Les CFF ont pris d’importantes décisions dans tous les domaines durant la première moitié de l’année, afin d’être préparés pour l’avenir.

  • En trafic marchandises, les CFF et Hupac fondent une société commune et autonome pour le trafic marchandises transalpin entre l’Allemagne et l’Italie. «SBB Cargo international» vise le leadership en matière de prix et est ouvert pour d’autres partenariats. La maison mère CFF Cargo se concentre sur le trafic national ainsi que sur les transports import-export en collaboration avec d’autres chemins de fer. L’objectif consiste à se tourner en priorité sur certaines branches et sur les gros clients et ainsi de renforcer la proximité au marché.
  • Avec la signature d’un Memorandum of Understanding, les CFF et la Deutsche Bahn ont montré leur intention de développer ensemble le trafic voyageurs international entre la Suisse et l’Allemagne. La création d’une filiale commune avec siège en Suisse doit permettre d’exploiter de façon optimale l’augmentation de trafic prévue. Les CFF doivent posséder 60% de la société. De nouvelles rames modernes et bien plus nombreuses sont nécessaires pour le développement de l’offre transfrontalière, prévu pour fin 2014. En outre, il est prévu de faire circuler plus de trains CFF en Allemagne pour répondre aux besoins de clients, ce qui implique des investissements appropriés.
  • Le surveillant des prix n’a autorisé que partiellement et sous certaines conditions l’augmentation des tarifs prévue par l’Union des transports publics (UTP) et les CFF. Les ressources financières qui en sont tirées sont insuffisantes pour financer le système actuel des transports publics, pour atteindre les objectifs du Conseil fédéral ainsi que les conditions de la convention de prestations. C’est pourquoi les prix vont devoir être adaptés également dans les prochaines années. Dans le cas contraire, il faudrait renoncer à des investissements, comme par exemple dans le nouveau matériel roulant pour le trafic régional, grandes lignes ou international.
  • Les CFF et les assurés ont fait de gros efforts pour assainir la Caisse de pensions CFF. Jusqu’ici, plus de 2,5 milliards de francs ont été dépensés dans son assainissement. Selon le concept d’assainissement du Conseil fédéral, les CFF et les assurés contribuent pour quatre cinquièmes à l’assainissement, alors que la Confédération y contribuerait pour 1,148 milliard de francs, soit un cinquième. Les CFF sont confiants sur l’accord du Parlement, qui doit voter sur la contribution d’assainissement de la Confédération durant la session de printemps 2011.
    Dans le domaine de l’infrastructure, les CFF se trouvent aussi devant de gros défis financiers. Exploitée toujours plus intensivement, l’infrastructure a besoin de plus de moyens. Durant les 15 prochaines années, plusieurs centaines de millions de francs supplémentaires doivent être investis chaque année spour conserver le niveau actuel des installations et pour réduire le besoin de rattrapage dans l’entretien. C’est ce qu’ont montré l’audit du réseau des CFF et la contre-expertise de la Confédération. Les besoins supplémentaires ont été intégrés dans le message sur la convention de prestations 2011/2012 entre la Confédération et les CFF à hauteur de 160 millions de francs par an. Ce montant devra être considérablement augmenté dans la convention de prestations 2013–2016, et dans les suivantes aussi. Les CFF apportent également une contribution face à cette hausse des besoins financiers. Les domaines administratifs de CFF Infrastructure seront à l’avenir plus minces et plus efficaces à tous les échelons. Les coûts d’administration baissent ainsi de 60 millions de francs par an.
    Jusqu’ici, les 140 millions de francs nécessaires à la suppression des goulets d’étranglement les plus urgents et à la construction du Gateway Limmattal pour le trafic combiné n’ont pas été intégrés dans le message sur la convention de prestations 2011/2012. L’abandon de ce montant se répercuterait négativement sur l’offre et sur les clients. La convention de prestations 2011/2012 sera traitée par les chambres fédérales lors de la session d’automne.

Des prestations de bonne qualité et qui peuvent être développées ne sont possibles que sur une base solide. Les CFF saluent ainsi la création par la Confédération d’un groupe de travail qui va élaborer des propositions pour le financement futur des transports publics.


Développement inquiétant de l’endettement.

Le résultat semestriel réjouissant est trompeur en ce qui concerne le développement de l’endettement. Le domaine opérationnel ne génère pas assez de moyens pour financer les investissements que les CFF doivent effectuer. Le recours à de nouveaux financements est ainsi nécessaire.

Dans la première moitié de 2010, les 938 millions de francs dépensés dans l’assainissement de la Caisse de pensions CFF ont été la cause principale de la hausse de l’endettement de l’entreprise. Les CFF partent du principe que l’endettement avec intérêts augmentera de 1,5 milliards pour atteindre 9,7 milliards de francs d’ici 2013.

» Le groupe CFF en chiffres.