Les CFF attribuent leurs achats en conformité avec la protection de l’environnement.

Les CFF ont informé aujourd’hui les entreprises qui ont obtenu des comman-des de traverses en bois selon l’appel d’offres lancé en septembre dernier aux fournisseurs suisses et étrangers. Les CFF attachent une grande importance aux aspects environnementaux en matière d’exploitation durable des forêts et en matière de rejet de CO² lors du choix du mode de transport.

Dans le cadre de l’appel d’offres lancé en automne dernier, une part importante de la livraison des traverses en bois a été adjugée à une scierie du canton du Jura tandis qu’une autre part a été attribuée à une entreprise étrangère située près de la frontière suisse. En outre, la livraison de traverses de ponts et de remplissage a été adjugée à un autre fournisseur suisse. Le bois destiné aux traverses en hêtre provient à 100 pour cent de Suisse, tandis que le chêne provient à raison de 65 pour cent de l’étranger et 35 pour cent est indigène. Les entreprises concernées ont été avisées aujourd’hui de ces attributions. Les CFF procèdent chaque année à la pose de quelque 80 000 traverses en bois de voie lors du renouvellement de la voie.  

Lors de l’achat des traverses, qui se déroule en conformité de la Loi sur les marchés publics (LMP), les CFF portent leur choix sur la base de critères de qualité, de coûts, de prestations et de service, mais ils prêtent une attention toute particulière aux aspects environnementaux. Ceux-ci comprennent d’une part la garantie d’une exploitation durable des forêts d’où proviennent les bois servant à la fabrication des traverses et, d’autre part, le rejet le plus faible possible de CO² lors du choix du mode de transport. A égalité des critères et en possession des justifications écologiques nécessaires, c’est en dernier ressort le critère de prix qui est déterminant pour l’adjudication.

Contenu complémentaire