Les CFF renoncent à la climatisation des 180 Bpm51.

Les CFF procèdent actuellement à l’assainissement des voitures de 2e classe de type Bpm51. Leur exploitation est ainsi rendue possible jusqu’en 2020. Contrairement à ce qui était prévu, ces voitures ne seront pas dotées de la climatisation. Une étude de faisabilité à montré que cela n’est pas réaliste pour des raisons techniques et financières.  

L’assainissement des voitures Bpm51 est actuellement en cours dans les ateliers industriels d’Olten et de Bellinzone jusqu’en 2014, pour 58,5 millions de francs. L’exploitation de ces voitures est ainsi possible en Suisse jusqu’en 2020. Les travaux concernent la remise à neuf des essieux, une nouvelle commande des freins d’urgence, l’automatisation des portes d’entrée, l’assainissement de la structure ainsi que de nouveaux revêtements pour les sièges.

En février 2010, le Conseil d’administration des CFF a décidé de rénover 180 voitures de 2e classe de type Bpm51 et, initialement, d’y installer la climatisation. Une étude de faisabilité a montré que l’installation de la climatisation dans les véhicules, dont la moyenne d’âge est de 35 ans, implique des risques et des coûts élevés. Au vu de l’âge élevé et de la durée d’exploitation réduite de ces voitures, l’installation de la climatisation n’est pas réaliste. La grande majorité des voitures de 1e classe du trafic grandes lignes sont, aujourd’hui déjà, dotées de la climatisation. D’ici 2018, toutes les voitures de 2e classe du trafic régulier seront aussi dotées de la climatisation.

Les voitures Bpm51 seront donc encore en exploitation entre Genève et Brigue, sur la ligne Bâle–Aarau–Zurich–Ziegelbrücke–Coire, au Gothard ainsi que sur d’autres lignes selon les besoins. Ces voitures sont toujours mises en service dans des trains comprenant d’autres voitures du type VU4 et EC, dotées de la climatisation. Aujourd’hui par exemple, sur un train ordinaire de la ligne du Simplon, une voiture de 2e classe sur cinq est de type Bpm51.

Les CFF procèdent au renouvellement de leur flotte de véhicules et à l’achat de nouvelles rames pour éviter une pénurie de matériel roulant pour les prochaines années. Les CFF investissent en tout 20 milliards de francs dans des véhicules neufs et rénovés d’ici 2030.

Contenu complémentaire