Bon résultat semestriel grâce au renforcement de l’efficacité et à des facteurs exceptionnels.

Les clients ont voyagé plus souvent et en toute sécurité avec les CFF tout en profitant d’une meilleure ponctualité. Sécurité et ponctualité ont caractérisé les voyages effectués au cours des six premiers mois de l’année 2011 par la clientèle des CFF. En effet, 91,6 pour cent (+2,9 pour cent par rapport à 2010) des trains sont arrivés à destination avec moins de trois minutes de retard. Les CFF ont ainsi été en mesure de garantir les correspondances dans 97,8 pour cent des cas (+0,3 pour cent). Durant la même période, un nombre inférieur d’accidents du travail, de manœuvre et de train a été enregistré. Chaque jour, quelque 960 000 personnes (+3,5 pour cent) ont voyagé avec les CFF. Grâce au renforcement de l’efficacité et à l’enregistrement de facteurs exceptionnels, les CFF clôturent le semestre sur un résultat stable (166,5 millions de francs) par rapport aux six premiers mois de l’année 2010. Au cours des années à venir, ils entendent renforcer encore leur efficacité et leur productivité à la faveur d’une série de mesures dégageant au total quelque 550 millions de francs. Ces efforts, couplés à des recettes supplémentaires, sont indispensables pour pouvoir compenser la hausse du prix des sillons, financer en propre les investissements nécessaires en nouveau matériel roulant afin de satisfaire les besoins de mobilité accrus et stabiliser l’endettement.

Développement des prestations en trafic grandes lignes et trafic régional

Les CFF ont poursuivi le développement de leurs prestations en trafic grandes lignes (p. ex. avec des liaisons supplémentaires à destination de Vienne et Paris, des trains supplémentaires entre Zurich et Coire) et en trafic régional (avec notamment un étoffement de l’offre dans la région de Zurich et de nouveaux trains en Suisse romande). Ainsi, le nombre de voyageurs-kilomètres parcourus a crû de 2,6 pour cent, à 8,7 milliards. En trafic marchandises, le nombre de tonnes-kilomètres nettes a en revanche diminué de 3,6 pour cent, à 6,4 milliards.
Les CFF sont également sur la bonne voie dans le domaine de la viabilité écologique, l’un des neuf objectifs du groupe. Avec des mesures d’amélioration de l’efficacité énergétique, ils sont en mesure de réaliser des économies d’électricité à hauteur de 133 GWh par année, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 33 250 foyers.

Stabilité du résultat consolidé par rapport au premier semestre 2010

Les CFF clôturent le semestre sur un résultat de 166,5 millions de francs, comparable à celui du premier semestre 2010 (165,9 millions). Outre un total de 121,5 millions de francs provenant de l’activité d’exploitation, le résultat s’explique par l’enregistrement de facteurs exceptionnels à hauteur de 45 millions de francs (notamment la vente anticipée de biens immobiliers pour un montant de 16 millions de francs). En trafic voyageurs, le résultat (94,4 millions) affiche une baisse de près de 60 millions de francs par rapport à 2010. Si l’augmentation des tarifs et le surcroît de trafic ont généré des recettes supplémentaires (+60 millions par rapport à 2010), le recul est largement imputable à l’augmentation des dépenses consécutive au relèvement du prix des sillons (44 millions), à l’accroissement des charges de personnel, aux amortissements et aux effets financiers. Infrastructure et Immobilier ont respectivement enregistré un résultat de 31,5 millions de francs (2010: -11,2 millions) et 32 millions de francs (2010: 64,4 millions), alors que le trafic marchandises a clôturé le semestre sur un déficit de 7,2 millions de francs (2010: -49,5 millions). CFF Cargo a amélioré son résultat de 42,3 millions de francs par rapport au premier semestre 2010, profitant d’importants facteurs exceptionnels et d’une amélioration de la productivité. Elle a réduit ses charges opérationnelles grâce à des gains d’efficacité et a pu ainsi plus que compenser la diminution des produits d’exploitation (-25 millions de francs). Le recul du chiffre d’affaires s’explique par la faiblesse de l’euro, l’abandon d’activités non rentables et la faillite de clients importants.

Poursuite du renforcement de la productivité et de l’efficacité

Afin de pouvoir répondre à la demande croissante, les CFF devront investir près de un milliard de francs par an dans du nouveau matériel roulant au cours des prochaines années. S’y ajoutent de nouvelles augmentations du prix des sillons de quelque 170 millions de francs par an à partir de 2013 et de près de 85 millions supplémentaires dès 2017. Face à cette évolution, les CFF se doivent d’améliorer leur capacité de rendement – faute de quoi ils risquent de voir s’accroître leur endettement avec intérêts, qui se monte actuellement à quelque 8 milliards de francs. Aussi sont-ils dans l’obligation de dégager des recettes supplémentaires et de poursuivre le renforcement de l’efficacité et de la productivité. Des mesures spécifiques y contribueront à raison d’environ 550 millions de francs. D’ici 2017, les CFF entendent réduire leurs coûts administratifs et structurels d’environ 220 millions de francs ou d’un cinquième. Ce programme, dont le principe a été convenu avec la commission du personnel et les partenaires sociaux, est actuellement en cours de concrétisation en étroite concertation avec les représentants du personnel. Les CFF vont également initier des mesures d’assainissement à hauteur de 80 millions de francs dans le secteur du trafic marchandises. Le renforcement de l’efficacité leur permettra en outre d’accroître de 250 millions de francs la prestation d’Infrastructure jusqu’en 2016 et, partant, de soulager les pouvoirs publics.

Etoffement de l’offre en trafics grandes lignes et régional

La Confédération prévoit une augmentation de la mobilité de 50, voire de 100 pour cent dans les agglomérations urbaines, d’ici 2030. Compte tenu de ces prévisions et de la hausse continuelle du nombre de voyageurs, les CFF vont donc continuer à développer leur offre et leurs capacités au cours des prochaines années. De nouveaux trains à deux étages vont être inaugurés dès 2012 en trafic régional puis en 2013 sur le réseau grandes lignes (convois de 400 mètres). Le réaménagement de l’offre comprend également une augmentation du nombre de RER dans les grandes agglomérations ainsi qu’une intensification des liaisons en trafic grandes lignes avec l’introduction p. ex. de la cadence semi-horaire entre Zurich et Schaffhouse. La mise en service de la ligne diamétrale de Zurich, du tunnel de base du St-Gothard et des nouvelles liaisons Cornavin–Eaux-Vives–Annemasse et Mendrisio–Varese entre 2013 et 2016 va permettre non seulement de développer considérablement l’offre dans les agglomérations de Zurich, Genève et Lugano ainsi que sur l’ensemble des axes est-ouest et nord-sud, mais aussi de réduire sensiblement les temps de parcours. Le confort à bord des trains va également être amélioré, avec p. ex. l’installation de prises de courant dans tous les voitures 1re classe, l’accroissement de la qualité de réception des réseaux de téléphonie mobile, la réservation électronique de places assises, le recours à un système d’information des voyageurs visuel et l’aménagement de voitures-familles dans tous les trains InterCity. Les CFF s’emploient en outre à moderniser et à développer les gares et leurs alentours sur l’ensemble du territoire.

Soutien du fonds d’infrastructure ferroviaire de la Confédération

Dans le cadre du projet de Financement et d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF), le Conseil fédéral propose de financer l’exploitation, l’entretien et le développement du système ferroviaire via un fonds d’infrastructure ferroviaire unique. Les CFF approuvent expressément ce projet et s’engagent à éliminer les goulets d’étranglement particulièrement critiques sur le réseau ferroviaire et à accroître sensiblement l’offre de places. Selon les CFF, 5,7 milliards de francs seront nécessaires jusqu’en 2025 pour assurer la première étape d’extension prévue. L’un des objectifs principaux est la construction du tunnel du Chestenberg, un projet qui devrait permettre d’éliminer le goulet d’étranglement critique entre Olten et Zurich et qui sera bénéfique à l’ensemble du réseau ferroviaire.
Un financement solide et durable des transports publics exige un effort commun non seulement des entreprises ferroviaires, mais aussi des usagers, de la Confédération
et des cantons, qui profitent tous d’un système efficace.

Groupe CFF: chiffres semestriels du 1er janvier au 30 juin 2011

(données en millions de francs)

Compte de résultat de l’entreprise

  1er semestre 2011 1er semestre 2010 Ecart (absolu) Ecart (en pour cent)
Produits d’exploitation 3957,7 3 854,4 103,3 2,7%
Charges d’exploitation 3693,8 3 598,8 94,3 2,6%
Résultat d’exploitation 264,7 255,6 9,1 3,6%
Résultat du groupe  166,5 165,9 0,6 0,4%

Résultats par segments

Trafic voyageurs 94,4 155,6 -61,2 -39,3%
Trafic marchandises -7,2 -49,5 42,3 85,5%
Infrastructure 31,5 -11,2 42,7 381,3%
Immobilier * 32,0 64,4 -32,4 -50,3%
Unités centrales (y com-
pris éliminations)
15,9 6,6 9,3 140,9%

(*)  Après paiement des intérêts et mensualités de remboursement du prêt accordé pour l’assainissement de la Caisse de pensions CFF (24 millions de francs) et versement des indemnités compensatoires à Infrastructure (48,1 millions de francs)

Endettement

Prêts avec intérêts (dettes financières de tiers) -8065 -8112,7 -47,4 -0,6%
Prêts des pouvoirs publics  -10 343,7 -9879,1 464,6 4,7%

Prestations des pouvoirs publics

Indemnités 
compensatoires *
361,7 346,6 15,1 4,4%
Prestations de la 
Confédération liées à
l’infrastructure
760,7 721,0 39,7 5,5%
Financements 268 180 88 49%
Total 1390 1248 142 11%

(*)  Trafic marchandises régional et combiné, subventions pour le prix du sillon et contributions aux prestations d’investissement non activables (financements spéciaux)

Quantités et prestations

Trafic voyageurs
(en millions de voyageurs-kilomètres)
8726,4 8504,5 221,9 2,6%
Trafic marchandises 
(en millions de tonnes-kilomètres nettes) *
6369 6606 -237,0 -3,6%

(*)  Les données au titre de 2010 sont sensiblement supérieures aux chiffres annoncés en 2010 (6589) du fait de règlements d’arriérés (Nas, NASCH, etc.).

Les CFF en tant qu’employeur

Nombre de postes à plein temps 28 419 27 954 465 1,7%
Nombre de personnes en formation 1286 1258 28 2,2%

Contenu complémentaire