Agrandissement de la gare de Genève Cornavin: une convention garantit la mise en service en 2025.

Réunis mercredi 19 décembre 2012 à l'Hôtel Cornavin, les représentants du canton de Genève, de la Ville de Genève, de l’Office fédéral des transports et des CFF ont signé une convention concernant la conduite d’une expertise indépendante relative à l’extension de la capacité de la gare de Genève Cornavin, dont les résultats seront présentés à l'été 2013. Cette expertise devra déterminer si l’agrandissement de la gare se fera en surface ou en souterrain. En convenant ensemble des objectifs et des modalités de l'expertise, les partenaires reconnaissent unanimement la nécessité de développer la gare Cornavin d’ici 2025.

Deux fois plus de passagers dans les trains de l’Arc lémanique à l'horizon 2030, soit quelque 100'000 voyageurs quotidiens: tel est le défi que doit relever la gare de Genève Cornavin. Dès la fin 2015, elle verra passer la cadence au quart d’heure des trains RER Coppet – Lancy-Pont-Rouge, cadence étendue au RER franco-valdo-genevois dès sa mise en service à la fin 2017, avec l'achèvement des travaux de CEVA. La gare aura alors atteint le maximum de ses capacités; tout développement ultérieur de l’offre en trains ne pourra se faire qu’au prix d’un agrandissement de la gare. Les études préliminaires des CFF touchent à leur fin et aboutissent à la proposition d’une extension en surface.

Cette conclusion est cependant discutée localement, comme l'a rappelé le maire de Genève Rémy Pagani lors de la signature de la convention: «Comme à Zurich, une gare souterraine me paraît la plus judicieuse des solutions». C'est la raison qui a poussé l’Office fédéral des transports (OFT), le canton et la Ville de Genève, ainsi que les CFF à décider de la conduite d’une expertise indépendante qui devra déterminer si la gare Cornavin doit être développée en surface ou en sous-sol. Les objectifs et les modalités de cette expertise sont formalisés dans la convention que les partenaires ont signée aujourd'hui à Genève. Un accord dont s'est félicité le président du Conseil d'Etat genevois Charles Beer: «Nous nous trouvons à un moment charnière pour le développement de la mobilité de l'agglomération. Avec la signature de cette convention, les CFF, l'OFT, la Ville et le canton de Genève s'unissent pour que l'extension de la Gare de Cornavin, que nous souhaitons tous, soit décidée rapidement en toute connaissance de cause, en toute transparence.» De son côté, Andreas Meyer, directeur général des CFF, a souligné le caractère rassembleur du projet soutenu par les partenaires: «Nous voulons construire cette gare pour les Genevois et avec les Genevois.»

Une gare prête en 2025

L’expertise est commandée conjointement par le canton et la Ville de Genève et les CFF, selon des critères validés par l'OFT. La convention signée aujourd’hui à Genève en fixe les objectifs ainsi que la procédure d'exécution. «Quelle qu'elle soit, la solution qui sera retenue devra être la plus utile pour gérer l'ensemble des flux ferroviaires, la plus raisonnable au plan financier, et, enfin, la plus profitable en matière d'aménagement urbain, afin que Cornavin puisse renforcer son rôle de pôle d'échange et de convivialité», a précisé Michèle Künzler, conseillère d'Etat en charge du département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement. Une gare performante est un enjeu prioritaire pour le développement du Grand Genève. Afin d'absorber l’augmentation de la demande, l'agrandissement de la gare doit impérativement être mis en service en 2025. C'est pour garantir ce calendrier que l’expertise commandée par les partenaires démarre dès maintenant et sera terminée fin juin 2013.

Un projet de dimension nationale

Conseiller d'Etat chargé du département des affaires régionales, de l'économie et de la santé, Pierre-François Unger a insisté sur la portée du message qu'adressaient les partenaires réunis à Genève: «La signature de cette convention est la preuve de notre détermination à défendre tous ensemble les intérêts de la deuxième puissance économique du pays, une occasion de montrer la vigueur de la Métropole Lémanique.»

En effet, le Parlement fédéral examine actuellement le projet Financement et aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF). Il s'agit d'un projet essentiel pour l’avenir de l’ensemble du rail en Suisse. Lors de ses récents débats, le Conseil des Etats a décidé d’augmenter l’enveloppe financière globale afin de réaliser davantage de mesures d’infrastructure déjà à l’horizon 2025. L’extension de la gare de Genève, qui bénéficie d’une contribution fédérale de 790 millions de francs, en fait partie. «Par cette décision, le Conseil des Etats a reconnu et confirmé la dimension nationale des aménagements nécessaires à Cornavin», a souligné Toni Eder, sous-directeur de l’OFT en charge de l’infrastructure. «Le Conseil des Etats montre ainsi qu’il veut d’ici 2025 un développement cohérent et coordonné de tout l’axe ferroviaire est-ouest, de la frontière française à la frontière autrichienne.»

Genève-Cornavin

La gare de Genève Cornavin accueille aujourd’hui quelque 500 trains par jour. Avec la mise en service du RER franco-valdo-genevois, après l'achèvement des travaux de CEVA, la gare atteindra le maximum de ses capacités. Tout développement ultérieur de l’offre ferroviaire nécessitera deux voies supplémentaires en gare, permettant de fournir 40% de trains en plus: la capacité passera à 28 trains par heure, contre 20 aujourd’hui. En recourant à des trains plus longs (400m) et à deux étages, les CFF arriveront ainsi à absorber le doublement prévu de la clientèle.

Pour tout complément d'information:

  • Pour le Canton de Genève: Mme Michèle Künzler, conseillère d'Etat en charge du département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement (DIME), par l'intermédiaire de Dorothée Zarjevski, responsable de la communication institutionnelle, tél +41 (0)78 733 44 27
  • Pour l'Office fédéral des transports (OFT): M. Toni Eder, sous-directeur, par l'intermédiaire de Mme Florence Pictet, porte-parole, tél +41 (0)31 322 36 43
  • Pour les Chemins de fer fédéraux (CFF): M. Andreas Meyer, directeur général exécutif, par l'intermédiaire de M. Frédéric Revaz, porte-parole, tél (0)51 220 43 43
  • Pour la Ville de Genève: M. Rémy Pagani, maire de Genève, en charge du département des constructions et de l’aménagement, par l'intermédiaire de Mme Wiedmer-Graf, déléguée à l’information et à la communication, tél. +41 (0) 22 418 20 53 / 79 817 18 90

Contenu complémentaire