Fin des examens relatifs aux résidus d’amiante: La SUVA donne son autorisation sous conditions – la modernisation des Bpm 51 se poursuit.

Interrompue en février 2012, la modernisation des véhicules du type Bpm 51 peut à présent reprendre aux ateliers industriels de Bellinzone. Aucune trace d’amiante n’a pu être identifiée dans les véhicules déjà révisés aux ateliers industriels d’Olten; à Bellinzone, les valeurs mesurées sont inférieures aux seuils admis. La SUVA a donc donné son aval à la poursuite des travaux, sous conditions. Des mesures de protection et des instructions de travail supplémentaires sont applicables dès à présent. Le personnel est informé.

Les CFF accordent la plus haute importance à la sécurité de leur personnel et de leurs voyageurs. Ils protègent donc aussi la santé de leurs collaborateurs. Après la découverte, le 20 février 2012, de résidus d’amiante sur les véhicules Bpm 51 traités aux ateliers industriels de Bellinzone, les CFF ont immédiatement interrompu les travaux de modernisation sur ce matériel roulant. Des mesures du taux d’amiante présent lors des travaux ont été effectuées avec la SUVA. Des travaux sur les véhicules Bpm 51 ont aussi lieu à Olten, mais pas de la même étendue. La SUVA a confirmé qu’aucun amiante ne pouvait se dégager lors des travaux de réparation et de révision exécutés à Olten. Ceux-ci ont donc repris en mars 2012 déjà.

Des résidus d’amiante en dépit de l’assainissement

La SUVA a confirmé que l’amiante détecté aux ateliers industriels de Bellinzone constitue un résidu qui n’a pas pu être éliminé d’emplacements inaccessibles lors des travaux d’assainissement de 1989 et 1997. Le personnel est entré en contact avec ces résidus pendant les travaux exécutés sur les entraînements de portes et les freins d’urgence. Mais les valeurs de concentration mesurées se trouvaient en deçà du seuil admis de 1000 LAF/m3. C’est pourquoi la SUVA a donné son autorisation écrite à la poursuite des travaux de modernisation, à certaines conditions: à l’avenir, les travaux seront exécutés dans un secteur séparé et le revêtement contenant de l’amiante sera traité en priorité. Les collaborateurs devront porter des équipements de protection, comme des masques et des vêtements spéciaux. Le personnel concerné a été informé de ces nouvelles instructions de travail. À aucun moment les voyageurs n’ont été mis en danger de quelque manière que ce soit.

Contenu complémentaire