Economie d'énergie et extension de l'offre en énergies renouvelables: Les CFF misent sur les énergies renouvelables.

Les trains des CFF circuleront, au plus tard à partir de 2025, avec de l'électricité issue à 100 pour cent d'énergies renouvelables. Aujourd'hui, la part de l'énergie verte s'élève déjà à 75 pour cent. La part actuelle de l'énergie nucléaire sera réduite et sa diminution sera compensée par toute une série de mesures d'économie d'énergie. En outre, les CFF couvriront l'augmentation des besoins, exclusivement avec de l'énergie verte. Les CFF vont développer leurs centrales hydrauliques, acheter plus de courant issu des énergies renouvelables et optimiser leur réseau de courant de traction.

Le Conseil d'administration des CFF a décidé que les trains des CFF circuleront, au plus tard à partir de 2025, exclusivement avec de l'électricité issue de sources d'énergie renouvelables. Sa stratégie de sortie complète du nucléaire au profit de l'énergie verte, prévoit une série de mesures dans différents domaines. Les CFF vont renforcé l'application de leur programme d'économie d'énergie, mis en place en 2008, et qui vise d'ici à 2025, à réduire les besoins en énergie et en puissance de 20 pour cent ou 600 GWh. Les économies réalisées, qui correspondent à la consommation électrique de la ville de Winterthour, compenseront ainsi la perte de la part actuelle de l'énergie nucléaire dans le courant de traction qui est de 25 pour cent. Aujourd'hui, 75 pour cent du courant de traction proviennent déjà de l'énergie hydraulique. A partir de 2013, elle sera de 80 pour cent.

Sortir du nucléaire et développer les énergies renouvelables

L'augmentation des besoins en courant de traction, résultant de l'extension de l'offre de prestations ferroviaires dans les années à venir, sera couverte par les CFF avec les énergies renouvelables. Pour cela, les CFF s'approvisionneront en courant de traction issu d'énergies éolienne et hydraulique produites dans le cadre de projets offrant une sécurité élevée d'approvisionnement et un coût raisonnable. En parallèle, les CFF renouvelleront leurs centrales hydrauliques, développeront leurs capacités et les connecteront au réseau de 50 hertz (courant domestique). Ainsi, le courant pourra être produit et stocké aussi bien pour l'approvisionnement en courant de traction que pour l'approvisionnement en courant domestique de 50 hertz. En outre, le réseau de courant de traction sera renforcé grâce à la connexion au réseau de 50 hertz. Cela permettra ainsi d'améliorer la sécurité de l'approvisionnement en courant de traction et d'augmenter sa flexibilité afin de faire face aux aléas de la production éolienne.

Enfin, les CFF étudient la possibilité d'équiper les toits des bâtiments actuels et ceux des nouvelles constructions, avec des panneaux photovoltaïques. D'ici à 2014, le toit du nouveau siège des CFF à Berne-Wankdorf et celui du nouveau service d'entretien de Zurich-Herdern se verront équipés chacun de deux grandes installations de panneaux solaires.

Contribution substantielle à la stratégie énergétique de la Confédération

Grâce à ces mesures, les CFF soutiennent la stratégie énergétique 2050 de la Confédération en augmentant l'efficacité énergétique, améliorent la sécurité de l'approvisionnement du pays en réaménageant ses centrales hydrauliques et favorisent l'extension de l'offre en énergies renouvelables. Grâce à l'extension de l'offre de prestations ferroviaires, qui sera rendue possible par l'augmentation de l'efficacité énergétique, les CFF réduiront en outre les émissions de CO2 et la consommation énergétique de la Suisse. Celui qui circule en train plutôt qu'en voiture, consomme quatre fois moins d'énergie et émet 20 fois moins de CO2. Les CFF transportent 17 pour cent des personnes et 38 pour cent des marchandises de notre pays en n'utilisant que 4 pour cent de l'énergie consommée par l'ensemble des moyens de transport.

Contenu complémentaire