RFI et CFF Infrastructure renforcent leur collaboration en vue du développement de l’axe du Gothard.

La société italienne d’infrastructure ferroviaire Rete Ferroviaria Italiana (RFI) et CFF Infrastructure renforcent leur collaboration dans les domaines de la technologie ETCS, du développement du réseau, de l’horaire et de la conduite de l’exploitation. En signant deux contrats de collaboration, Philippe Gauderon, chef CFF Infrastructure, et Michele Mario Elia, directeur de RFI, développent une collaboration qui a fait ses preuves entre les deux exploitants d’infrastructure.

Les CFF et RFI devront relever d’importants défis touchant à l’axe du Gothard. Avec l’ouverture du tunnel de base du Gothard, le nombre de trains qui transiteront entre la Suisse et l’Italie va constamment augmenter, tant en trafics voyageurs qu’en trafic marchandises. La clientèle souhaitera un raccourcissement des temps de parcours entre Zurich/Lucerne et Milan. En outre, la circulation des trains devra être plus stable et plus ponctuelle qu’à présent.

Les CFF et RFI constituent donc des groupes de travail communs chargés d’assurer l’interopérabilité technique et d’exploitation, les capacités requises et un niveau élevé de qualité. Le groupe «Horaire» élabore des concepts d’horaire coordonnés pour les trafics voyageurs et marchandises à compter de 2014. Leur objectif est d’améliorer l’exploitation du réseau et de raccourcir les temps de parcours. Le groupe «Dévelop-pement du réseau» coordonne les futurs projets d’infrastructure, tels que le corridor à gabarit de quatre mètres ou l’allongement des quais. Le groupe «Exploitation» assure la conduite de l’exploitation transfrontalière en visant le double objectif d’améliorer les flux d’information et d’atteindre les standards de ponctualité.

Le deuxième contrat de collaboration, «ETCS», définit les plans d’action coordonnés en vue de l’installation du système européen de contrôle de la marche des trains «European Train Control System» sur les lignes transfrontalières et les gares fron-tières. Ainsi, les entreprises de transport ferroviaire pourront à l’avenir profiter de systèmes de contrôle de la marche des trains unifiés et compatibles entre eux.

Contenu complémentaire