Résultats semestriels 2012: Des clients transportés à l’heure et en toute sécurité – Pression sur les domaines de transports.

Lors du premier semestre 2012, les CFF ont une fois encore transporté leurs clients à l’heure et en toute sécurité. Le nombre de correspondances asssurées a atteint la valeur record de 98,3% (+0,5% par rapport au premier semestre 2011), et la ponctualité clients a atteint 89,1%, légèrement en dessous de la valeur de 2011 (91,6%). L’interruption du Gothard et les températures hivernales sont la cause de cette baisse. En trafic voyageurs, les CFF ont transporté au premier semestre 964'000 voyageurs par jour. Ce résultat est stable (-0.2 %) par rapport à l’année dernière. En trafic marchandises, les prestations de transport ont diminué de 7,8 % et atteignent 5873 millions de tonnes-kilomètres nettes. Le résultat du groupe recule à 139,5 millions de francs (-27 millions). Outre la hausse des prix des sillons et de l'énergie, c’est le résultat de CFF Cargo et le recul dans le secteur des loisirs et du tourisme qui influencent le résultat du groupe. Par contre, les chiffres de vente des demi-tarifs et des abonnements généraux augmentent. En 2012, les CFF ont initié des projets importants: les points de desserte en trafic par wagons combinés ont été redéfinis, le trafic combiné se développpe, la stratégie énergétique est établie et de nouveaux trains ont été commandés pour le trafic Nord–Sud sur la ligne du Gothard.

Les CFF ont maintenu le haut niveau de leurs prestations lors du premier semestre 2012. La vague de froid de l’hiver dernier et la fermeture de la ligne du Gothard en juin ont entraîné un léger recul de la ponctualité, qui atteint 89.1 %. Par contre, 98.3 % des correspondances ont pu être assurées. C’est 0,5 % de plus que l’année dernière et la plus haute valeur jamais obtenue par les CFF.

Résultat du groupe en recul.

Au premier semestre 2012, le résultat du groupe atteint 139,5 millions de francs contre 166,5 en 2011 (- 29,5 millions). Ce résultat s’explique par la hausse du prix des sillons et de l’énergie, mais aussi par une augmentation des coûts de personnel due à l’introduction du double accompagnement en trafic grandes lignes, et par le recul en trafic touristique et de loisirs. L’augmentation tarifaire de décembre 2011 (en moyenne 1,2 % ), qui n’a pas influencé la demande, ainsi que l’augmentation de la productivité, n’ont pas pu compenser entièrement les coûts supplémentaires.

En trafic marchandises, le résultat est en baisse (-14,8 millions). La fermeture du Gothard, le recul du volume transporté dans les secteurs de l’acier et des machines ainsi que la mauvaise conjoncture dans le nord de l’Italie expliquent ce résultat, malgré les mesures d’assainissement prises par CFF Cargo, comme la suppression de 200 postes dans l’administration ou la rationnalisation de la flotte. La division Immobilier améliore son résultat (+3,5 millions avant les payements compensatoires à l’infrastructure) grâce à la location de davantage de surfaces et à une optimisation du portefeuille. CFF Infrastructure améliore ses recettes grâce à la hausse du prix du sillon, mais celles-ci sont intégralement reversées dans l’entretien du réseau. Son résultat est négatif (- 23,4 millions).

Le flux de trésorerie disponible après financement de l’infrastructure ferroviaire par les pouvoirs publics est de 357,6 millions de francs(+ 326,8 mio.). Cela est dû, entre autres, à des livraisons tardives de matériel roulant et au report de certains projets immobiliers. L’endettement porteur d’intérêts s’élève à 7,4 milliards de francs (-164,5 Mio. CHF), mais reste élevé.

Léger recul des prestations de transport.

Le nombre de voyageurs-kilomètres parcourus a baissé de 1,7% par rapport au premiers semestre 2011, pour s’établir à 8,6 milliards. La demande dans les trafics touristique et de loisirs s’est affaiblie. En revanche, le trafic régional et les liaisons internationales ont vu la demande croître. Pour comparaison: le nombre de nuitées dans l’hôtellerie suisse a enregistré une baisse durant la même période de l’ordre de 3,7%. Les CFF vont lancer de nouvelles offres durant le deuxième semestre 2012 pour contrer la baisse de la demande en trafic loisirs et touristique. On constate par contre une augmentation du nombre d’abonnements demi-tarif et d’abonnements généraux: au premier semestre 2012, 2'361'000 demi-tarif (+0,8%) et 430'000 AG (+1,6%) étaient en circulation. Le nouveau train Duplex Regio CFF a bien commencé son service sur l’axe Genève – Lausanne, apportant plus de confort et de places assises sur une ligne très fréquentée.

En trafic marchandises, les prestations de transport ont diminué de 7,8% pour s’établir à 5873 tonnes-kilomètres nettes, pour cause de crise en Europe et de fermeture du Gothard. Grâce aux discussions intensives qui ont été menées avec les clients, un premier pas a pu être réalisé dans le remodelage du réseau du trafic par wagons complets. Malgré le redimensionnement du réseau, 98% des biens transportés par ce moyen peuvent le rester. En parallèle, CFF Cargo développe le trafic combiné en collaboration avec des entreprises de transport. Les deux liaisons quotidiennes entre Dietikon et Renens VD illustrent la naissance d’un réseau suisse de transport ferroviaire de conteneurs.

Le nombre de sillons-kilomètres a augmenté de 0,1% pour s’établir à 81,9 millions. Le réseau CFF est utilisé plus intensivement que jamais.

Au premier semestre 2012, le niveau de sécurité a pu être maintenu. Deux accidents d’exploitation mortels ont cependant eu lieu. Par ailleurs, deux collaborateurs d’entreprises tierces sont décédés pendant des travaux d’assainissement des falaises du Gothard. Les CFF vont poursuivre leurs efforts pour éviter autant que possible ce genre d’événements tragiques. Enfin, la police des transports et le service de sécurité ont été renforcés afin de limiter les agressions sur les collaborateurs. Des actions ciblées sont en outre effectuées sur la base d’analyses de la situation sécuritaire.

L’augmentation des coûts des sillons pas entièrement répercutable sur les prix.

En 2013, les CFF devront compter avec des coûts supplémentaires de 170 millions pour cause d’augmentation du prix des sillons. Ils ne peuvent être absorbés qu’aux deux tiers par les augmentations de tarifs en trafic voyageurs. Un tiers est donc pris à la charge des CFF. La baisse des revenus que cette charge supplémentaire occasionne va donc probablement remettre en question les investissements (de un milliard de francs par année) prévus dans de nouveaux trains. Les CFF vont donc fixer des priorités dans les dépenses programmées et investir dans les domaines qui apportent le plus à la clientèle. En outre, dans les domaines de l’administration, de l’infrastructure, des marchandises et du trafic voyageurs, les CFF vont continuer à augmenter leur efficacité et leur productivité d’environ 2 pourcent par année, afin de garder un système ferroviaire performant et dans un bon état.

Des jalons importants posés dans la première moitié de 2012.

Les CFF vont poursuivre la modernisation et le développement de leur offre et de leurs capacités dans les prochaines années. Les nouveaux trains duplex sont mis en service, en trafic RegioExpress notamment, dans le courant de cette année. Les anciens trains ETR470 («Cisalpino»), qui circulent sur l’axe du Gothard, seront remplacés dès 2015 par huit ETR610 supplémentaires.

En trafic marchandises, le trafic par wagons complets doit se concentrer sur les prestations rentables, et le trafic combiné doit continuer sa réorientation sur des offres durables. A cet effet, la construction des deux terminaux de Limmattal et Bâle Nord est nécessaire.

Les CFF ont réalisé un grand pas en avant également dans le domaine de l’énergie. La stratégie énergétique a été validée avec des économies d’énergie comme point fort. Les mesures prises jusqu’ici permettent une économie de 154,4 GWh d’électricité par année. D’ici 2025, les CFF veulent réduire leur consommation d’énergie de 600 GWh par rapport à la consommation prévue et compenser ainsi la proportion actuelle d’énergie nucléaire.

L’audit du réseau a montré que l’infrastructure était globalement dans un bon état. Les installations publiques telles que les quais et les passages inférieurs doivent cependant être adaptés aux fréquences de passagers dans 12 gares. Il faut donc compter à moyen terme avec des coûts de 200 millions de francs et à long terme avec des coûts de 2 à 3,5 milliards de francs.

Immobilier a travaillé intensivement durant le premier semestre 2012 sur le site de l’Europaallee à Zurich. Fin septembre, le passage de l’Europaallee sera remis en grande pompe à la population.

Les CFF soutiennent le fonds d’infrastructure ferroviaire de la Confédération.

Dans le cadre du projet de Financement et d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF), le Conseil fédéral propose de financer l’exploitation, l’entretien et le développement du système ferroviaire via un fonds d’infrastructure ferroviaire unique. Les CFF approuvent ce projet car il garantit le financement de l’exploitation et de l’entretien du réseau ainsi que son développement. Selon le message du Conseil fédéral, les entreprises de transport, la Confédération, les cantons et les utilisateurs doivent apporter une contribution. Les entreprises de transport public s’engagent pour une première étape à 6 milliards de francs – à la condition que le financement des projets soit garanti et qu’il ne se fasse pas au détriment de l’entretien du réseau et du besoin de rattrapage.

Groupe CFF: chiffres semestriels du 1 er janvier au 30 juin 2012.

(données en millions de francs)

Compte de résultat de l’entreprise.

 

1er semestre
2012

1er semestre
2011

Ecart  
(absolu)

Ecart (en
 pour cent) 

Produits d’exploitation

3 965,6

3 914,5

51,1

1,3%

Charges d’exploitation

-3 779,9

-3 693,1

-86,8

2,4%

Résultat d’exploitation

185,7

221,4

-35,7

-16,1%

Résultat financier

-78,5

-93,1

14,6

-15,7%

Résultat du groupe

139,5

166,5

-27,0

-16,2%

Résultats par segment.

Trafic voyageurs 64,9
94,4
-29,5
-31,2%
Trafic marchandises
-22,0
-7,2 -14,8 205,2%
Infrastructure
8,1
31,5
-23,4
-74,2%
Immobilier*
107,6
104,0 3,5 3,4%

(*) Avant paiement des intérêts et mensualités de remboursement du prêt accordé pour l’assainissement de la Caisse de pensions CFF (38,5 millions de francs) et versement des indemnités compensatoires à Infrastructure (53,4 millions de francs)

Flux de trésorerie disponible.

Après financement de
l’infrastructure ferroviaire par
les pouvoirs publics
357,6 30,8
326,8 1060,1%

Endettement.

Prêts avec intérêts (dettes financières de tiers) -7 774,7 -8 065,3 290,6 -3,6%
Prêts des pouvoirs publics -10 951,4
-10 343,7 -607,7 5,9%

Quantités et prestations.

Voyageurs
Voyageurs-kilomètres (mio.)
8 585 8 730
-145
-1,7%
Trafic marchandises
Tonnes-kilomètres nettes (mio.)
5 873 6 369 -497 -7,8%
Infrastructure
Sillons-kilomètres (mio.)
81,9
81,9
0,1
0,1%

Prestations des pouvoirs publics.

Indemnités  
compensatoires (*)
375,4 361,7 13,8 3,8%
Prestations de la  
Confédération liées à
l’infrastructure
756,3 760,7 -4,4 -0,6%
Financements
289,5 258,2 31,3 12,1%
Total 1 421,3 1 380,6 40,7 2,9%

(*) Trafic marchandises régional et combiné, subventions pour le prix du sillon et contributions aux prestations d’investissement non activables (financements spéciaux)

Les CFF en tant qu’employeur.

Nombre de postes àplein temps
29 037 28 419 618 2,2%
Nombre de personnes en formation
1 334 1 286 48 3,7%

Contenu complémentaire