Projet pilote pour des modèles de travail flexibles: Swisscom et les CFF lancent «WorkAnywhere».

Swisscom et les CFF lancent un essai pilote nommé «WorkAnywhere». Son objectif: tester différents modèles de travail pour soulager les transports publics aux heures de pointe et améliorer la satisfaction de leurs collaborateurs. Concrètement, 250 personnes employées par les deux entreprises prendront le train en dehors des heures de pointe en février et mars. L’expérience sera accompagnée et évaluée scientifiquement.

Environ 250 collaborateurs des CFF et de Swisscom participent à l’essai pilote «WorkAnywhere». Dans la mesure du possible, ils éviteront de prendre le train aux heures de pointe en février et en mars pour se rendre sur leur lieu de travail. Les participants disposent des moyens informatiques nécessaires afin de travailler de manière mobile, que ce soit à domicile ou sur le chemin du travail.

Pour Bernhard Meier, responsable a.i. Communication & affaires publiques aux CFF, il s’agit de «savoir si la flexibilisation du quotidien professionnel permet de mieux répartir les voyageurs pendulaires sur les trains». Les CFF et Swisscom sont convaincus que le travail flexible et le travail à domicile peuvent augmenter la satisfaction des collaborateurs et leur efficacité.

Outre les données sur la fréquentation des trains, les deux entreprises espèrent également engendrer des informations sur les facteurs qui favorisent un bon environnement de travail et sur les obstacles rencontrés par les collaborateurs. «Ces dernières années, nous avons fait de bonnes expériences avec les modèles de travail flexibles. Cette étude nous offre la possibilité d’approfondir le sujet, comme par exemple les effets du travail mobile sur le travail d’équipe», selon Urs Schaeppi, responsable de Swisscom Suisse.

L’essai sera suivi et évalué par une équipe de la Haute Ecole Spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest (FHNW) et par la Haute Ecole de Lucerne. Nous voulons mesurer les effets concrets des nouvelles formes de travail sur la manière de voyager, la productivité et la satisfaction des collaborateurs, mais aussi sur la culture et la conduite des entreprises» a indiqué le Professeur Dr. Hartmut Schulze, Directeur de l'Institut pour la coopération et le développement auprès de la FHNW. «Nous obtiendrons ces indications grâce aux données transmises par les participants dans leur journal de bord en ligne, par des interviews et des comparaisons avant/après». Les premiers résultats sont attendus pour le mois de juin.

Contenu complémentaire