Études sur le contrôle de la marche des trains et l’environnement de travail du personnel des locomotives: Confirmation de la stratégie des CFF en matière de sécurité.

Début 2013, les CFF ont commandé deux études externes afin d’avoir un regard extérieur sur la gestion de la sécurité lors de cas de signaux et de prendre des mesures en cas de besoin. Ces deux études reconnaissent que la culture de la sécurité est forte aux CFF. Elles attestent globalement les constats actuels et les stratégies et mesures mises en œuvre. Les recommandations formulées concernent les champs d’action déjà traités par les CFF. Elles seront intégrées aux mesures du programme de sécurité des CFF. L’étude sur le contrôle de la marche des trains a avant tout porté sur les aspects techniques de la sécurité des trains. Celle sur l’environnement de travail des mécaniciens a mis l’accent sur le facteur humain. Ces études ont été commandées au début de l’année, après la collision de Neuhausen.

La sécurité est un objectif central des CFF. Ils lui accordent une priorité absolue. Chaque cas survenu sur le réseau ferroviaire est systématiquement analysé afin d’en tirer les enseignements et de prendre les mesures qui s’imposent. Cela a également été le cas après la collision de Granges-Marnand, survenue à la fin juillet. Les CFF ont ensuite pris plusieurs mesures, qui ont déjà été communiquées. C’est vrai aussi pour l’accumulation inhabituelle d’incidents du début 2013, lorsque notamment deux trains régionaux sont entrés en collision à Neuhausen. C’est pourquoi les CFF ont commandé deux études sur les sujets du contrôle de la marche des trains et des conditions de travail des mécanicien, en février 2013. Les résultats sont à présent connus. Les deux études relèvent que la culture de la sécurité est forte aux CFF, et que les stratégies et mesures mises en place pour renforcer la sécurité du trafic ferroviaire sont adéquates. Elles émettent une série de recommandations, qui seront intégrées à la conception de mesures dans le cadre du programme de sécurité des CFF.

Contrôle de la marche des trains: la stratégie des CFF confirmée

L’étude sur le contrôle de la marche des trains, réalisée par l’entreprise d’ingénieurs-conseils Emch+Berger, s’est concentrée sur l’équipement de contrôle de la marche des trains en fonction des risques et sur un benchmark international concernant les collisions consécutives à des cas de signaux. La conclusion des auteurs est que les CFF ont identifié les risques à temps et qu’ils ont pris les mesures appropriées pour réduire systématiquement les risques. Entre autres, le programme d’installation de surveillance de la vitesse et de contrôle de la marche des trains sur 1700 signaux supplémentaires des CFF est perçu de manière positive. Cela permettra de réduire de moitié les risques résiduels de collisions au cours des prochaines années. La mise en œuvre systématique du programme des 1700 points ne devrait donc être retardée sous aucun prétexte. Une accélération du programme n’est cependant pas recommandée, parce que la refonte de la planification aboutirait finalement à des retards. L’étude formule par ailleurs une série de recommandations telles que l’installation d’empêchements au départ aux signaux de groupe sur les tronçons à simple voie ou l’accélération de l’introduction d’un contrôle continu de la vitesse selon le standard européen ETCS 2. Les mesures supplémentaires ne doivent pas influer sur les programmes existants, mais les compléter; leur financement doit provenir de nouvelles sources.

Environnement de travail du personnel des locomotives: un standard de sécurité très élevé

L’étude sur l’environnement de travail du personnel des locomotives a été élaborée par Jürg Schmid Safety Controlling. Son but était de réaliser une évaluation complète des conditions de travail du personnel des locomotives. Elle considère que les standards des CFF en matière de sécurité sont très élevés. L’environnement de travail actuel des mécaniciens, les processus et les outils de gestion de la sécurité jouent ici un rôle très important. Durant les interviews, la charge de travail en cabine de conduite n’a pas été désignée comme un problème. Leurs auteurs conseillent un développement continu des processus et instruments déterminants pour la sécurité, en  particulier dans l’optique des développements techniques et des automatisations à venir. Des possibilités d’amélioration existent dans le traitement des cas de signaux, dans le développement d’une culture de l’apprentissage et dans le renforcement de l’intégration du personnel des locomotives dans la résolution des problèmes de sécurité.

Intégration des résultats au programme de sécurité

Les deux études démontrent que la stratégie de sécurité des CFF est la bonne. Les recommandations de leurs auteurs portent sur des champs d’action déjà identifiés par les CFF. Cela comprend par exemple le renforcement de l’évaluation systématique des mesures techniques principales en fonction du facteur humain ou la garantie d’un traitement sans lacune des annonces de mécaniciens concernant les emplacements des signaux. Les auteurs des études recommandent par ailleurs l’accélération de l’introduction du contrôle continu de la vitesse (ETCS Level 2) pour la période suivant 2018, conformément à ce qui a été prévu par les CFF après la collision de Granges-Marnand. La Direction du groupe CFF a décidé d’intégrer les résultats de ces études aux mesures du programme de sécurité de l’entreprise.

Avis aux rédactions:

Contenu complémentaire