Rapport 2012 sur l’état du réseau: Le bon état des installations CFF confirmé.

Les CFF informent à nouveau en toute transparence sur l’état de leurs installations d’infrastructure, dont la valeur d’acquisition estimée s’élevait en 2012 à 84,1 milliards de francs. Selon le rapport annuel, la sécurité et la disponibilité des installations ont pu être légèrement augmentées par rapport à l’année précédente. Le rapport sur l’état du réseau montre en outre que le besoin de rattrapage est stable. Le principal besoin de rattrapage réside encore dans les accès au train. Afin d’augmenter les moyens nécessaires dans ce domaine, les CFF ont mandaté une expertise externe. Une autre expertise a été mandatée sur le besoin en rattrapage de la voie ferrée. Les résultats seront pris en compte dans le rapport 2013.

Le rapport sur l’état du réseau permet aux CFF d’informer sur le développement de l’état de leurs installations ferroviaires (réseau ferré, énergétique et de télécommunications), ainsi que sur le besoin en moyens futurs pour le maintien de la substance. L’inventaire à fin 2012 est positif: 77,9 pour cent des installations sont dans un très bon ou bon état (73,9 pour cent l’année précédente).

18,2 pour cent des installations sont classées dans un état moyen (20,3 pour cent l’année précédente). 3,9 pour cent seulement des 1,5 millions d’objets analysés est dans un état mauvais ou insatisfaisant (contre 5,8 pour cent l’an dernier), dont la plupart sont des installations qui ont atteint la fin de leur durée d’utilisation. Les mesures permettant d’améliorer l’état des installations mal notées ont été mises en place, et seront mise en œuvre selon la planification. Ainsi, en 2012 déjà, un certain nombre d’installations ont pu être assainies, permettant d’améliorer le niveau de sécurité et de disponibilité du réseau. Les améliorations les plus sensibles l’ont été dans le domaine de la voie ferrée, où les CFF ont investi 76 millions de francs de plus que prévu dans l’entretien. Les CFF prendront en 2013 et les années suivantes des mesures supplémentaires, permettant de continuer d’augmenter l’état et la sécurité des voies ferrées.

Suppression par étape du besoin de rattrapage d’ici 2032

Le besoin de rattrapage reste stable. Celui-ci demeure lorsque des installations sont utilisées plus longtemps que leur durée prévue, d’un point de vue économique et d’exploitation. Le rapport 2012 sur l’état du réseau indique un besoin de rattrapage de 1,815 milliards de francs (contre 1,78 milliards l’an dernier). Cela représente environ deux pour cent de la valeur d’acquisition de l’ensemble des installations, qui est de 84,1 milliards de francs (80,2 milliards en 2011). Ces prochaines années, davantage de moyens financiers seront à disposition pour le maintien de la substance, grâce à la convention de prestations 2013–1016, la hausse du prix des sillions, ainsi que des augmentation internes de l’efficience. Ainsi l’état des installations pourra être maintenu. Le besoin de rattrapage sera probablement supprimé par étapes d’ici 2032. Cela devrait être rendu possible grâce aux moyens financiers mis à disposition par le fonds d’infrastructure ferroviaire (projet FAIF du Conseil fédéral).

Les accès au train représentent le plus grand chantier des prochaines années

Comme mentionné dans le dernier rapport sur l’état du réseau, le plus gros besoin de rattrapage des prochaines années concerne le domaine des accès au train. L’augmentation du nombre de passagers représente un grand défi pour les CFF dans les domaines de la stabilité de l’horaire, de la sécurité et de la gestion des flux de personnes. Comme déjà annoncé, cela sera particulièrement le cas pour les douze gares de Lenzbourg, Glanzenberg, Zurich Hardbrücke, Rolle, Bâle, Zurich Altstetten, Olten, Bellinzone, Morges, Zurich Stadelhofen, Zurich Museumstrasse et Zurich Stettbach. Les CFF vont déterminer d’ici fin 2013 les moyens nécessaires et les mesures à prendre sur la base d’une expertise indépendante. Une autre expertise va en outre examiner le développement des besoins en matière de voie ferrée. Les résultats de ces analyses seront intégrés au rapport sur l’état du réseau 2013.

Transparence sur l’état du réseau grâce au rapport

Depuis l’audit externe sur l’état du réseau de 2009, les CFF publient chaque année un rapport sur l’état du réseau qui décrit la situation et l’évolution des installations de leurs réseaux ferroviaire, énergétique et de télécommunications. La substance, la sécurité et la disponibilité des installations y sont scrutées. En plus de ces analyses, les CFF intègrent au rapport sur l’état du réseau les moyens financiers nécessaires à l’avenir ainsi que d’autres données chiffrées.

Le rapport sur l’état du réseau 2012 peut être téléchargé sur www.cff.ch/nzbOuverture du lien dans une nouvelle fenêtre.

Contenu complémentaire