Mesures pour la clientèle: L’obligation d’avoir son billet a fait ses preuves – sa mise en œuvre doit encore être adaptée.

L’obligation d’avoir son billet dans les trains grandes lignes a fait ses preuves. Elle est acceptée par la majorité des voyageurs. Toutefois les CFF voient la nécessité de prendre des mesures dans sa mise en œuvre.

Lors du changement d’horaire de décembre 2011, les transports publics ont introduit l’obligation d’acheter son billet avant de monter dans un train grandes lignes. Cette nouveauté répondait à l’augmentation constante du nombre de voyageurs dans les trains. En effet, aux heures de pointe notamment, il n’était plus possible de vendre des billets à tous les clients. Certains voyageaient donc sans titre de transport valable. Rien que pour les CFF, le manque à gagner était estimé à 20 millions de francs par année. Après une année et demie, l’expérience démontre que la majorité des clients ont accepté ce règlement et ont assimilé l’obligation de posséder un billet valable avant de monter dans un train.

Toutefois, les CFF voient la nécessité de prendre des mesures dans la mise en œuvre. «Il est normal que nos clients achètent un billet avant de prendre le train» estime Andreas Meyer, Directeur général exécutif des CFF. «Par contre, je ne souhaite pas que nos clients fidèles soient amendés pour une simple mésaventure. Ils ont mérité une souplesse appropriée. Certaines règles sont trop compliquées, nous devons les corriger».

Mesures immédiates

Dès le 1er juin, toutes les entreprises de transports publics appliqueront ce que les CFF pratiquent déjà: les voyageurs qui ont acheté un billet en ligne ou sur leur mobile, mais qui ne peuvent pas le montrer – notamment lorsque la batterie est déchargée ou en cas d’oubli du téléphone par exemple – pourront le présenter plus tard. Ces clients recevront une facture de 30 francs. En outre, les billets peuvent désormais être achetés jusqu’au départ du train et non plus seulement avant l’horaire de départ du train. Enfin, les agents de train obtiendront une plus grande marge de manœuvre. Dans des cas particuliers dûment motivés, ils pourront faire preuve d’une souplesse accrue.

Améliorations également prévues sur le long terme

En plus de ces mesures immédiates, les CFF ont initié des améliorations sur le long terme. Celles-ci concernent une amélioration tangible de la qualité des services. Les CFF ont fondé un groupe de travail qui va étudier l’obligation d’avoir son billet et réfléchir à d’autres améliorations, en accord avec des représentants de Pro Rail Suisse et les partenaires sociaux. «Ces thèmes doivent être développés pour toutes les entreprises de transports publics et les règles complexes doivent être abandonnées» souligne Andreas Meyer. «Les mesures n'entraîneront certes pas d’améliorations tangibles tout de suite, mais elles contribueront à diminuer l'incertitude et l'insatisfaction de beaucoup de nos clients».

Contenu complémentaire