Une année 2013 délicate: Plus d’un million de passagers par jour et un résultat positif en trafic marchandises.

Malgré un contexte délicat, les CFF ont transporté pour la première fois de leur histoire plus d’un million de voyageurs par jour. La progression de la demande est due avant tout aux divers réaménagements de l’offre. Grâce à une stratégie ciblée sur les atouts du fret ferroviaire, CFF Cargo a, pour la première fois depuis plus de 40 ans, clôturé l’exercice sur un résultat positif de 14,7 millions de francs. Le résultat du groupe a reculé de 184,2 millions de francs, pour s’établir à 238,2 millions. Les charges d’exploitation ont crû de 332,1 millions de francs en raison, essentiellement, de l’augmentation des coûts liés au relèvement du prix du sillon (+163 millions) et de dépenses supplémentaires imputables avant tout à l’entretien du réseau ferroviaire (+128,6 millions). Les CFF n’ont pu compenser que partiellement ce surcroît de coûts. L’endettement net porteur d’intérêts a augmenté de 665 millions de francs à 7,5 milliards, à cause de la baisse du résultat et de la hausse des investissements. La ponctualité des voyageurs a certes atteint un niveau élevé en 2013, mais avec 87,5%, elle se situe légèrement en dessous de la valeur de l’année précédente (88,0%).

L’année 2013 a été contrastée pour les CFF. D’une part, ils ont fourni de bonnes prestations dans tous les segments: ils ont transporté un nombre record de voyageurs, affiché un résultat positif en trafic marchandises et enregistré une hausse des produits locatifs de tiers dans les gares. D’autre part, les accidents survenus en cours d’année et les travaux de construction et d’entretien ont eu des répercussions sur la ponctualité et la satisfaction de la clientèle.

Hausse du nombre de passagers, recul du résultat de CFF Voyageurs

Pour la première fois de l’histoire des CFF, le nombre de passagers par jour a franchi la barre du million pour s’établir en 2013 à 1 002 000 (+3,7%). Le nombre de voyageurs-kilomètres parcourus a également progressé de 1,3%, à 17,8 milliards. Cette croissance est liée à l’extension de l’offre, qui s’est notamment traduite par une augmentation de 30% des places assises et la mise en service de 14 trains duplex supplémentaires en Suisse romande, ou encore par l’introduction de la cadence semi-horaire sur la ligne Zurich–Schaffhouse.

En 2013, la prestation de transport a crû de 1,4% à 13,1 milliards de voyageurs-kilomètres en trafic grandes lignes (activité autofinancée) et de 1,0% à 4,7 milliards de voyageurs-kilomètres en trafic régional (activité donnant droit à des indemnités compensatoires). Dans les deux cas, la hausse de la demande concerne essentiellement les heures de pointe. Les trafics de loisirs et de tourisme sont restés stables par rapport à 2012, tandis que le trafic de pendulaires et les voyages d’affaires ont poursuivi leur progression. La part de marché du rail dans les transports en Suisse s’est quant à elle maintenue à 25% (+0,1 point de pourcentage).

Grâce aux mesures tarifaires entrées en vigueur en décembre 2012 (+5,2% en moyenne), le produit du trafic a enregistré une croissance de quelque 129 millions de francs. Ces mesures tarifaires ont permis de couvrir environ 80% de la hausse des coûts induits par le relèvement du prix du sillon (+163 millions de francs). Le relèvement du prix du sillon et le surcroît de coûts généré par l’extension de l’offre ont fortement grevé le résultat du trafic voyageurs, qui a chuté à 96,1 millions de francs. Ce résultat n’équivaut qu’au tiers de celui enregistré en 2012 (268,9 millions) et est nettement inférieur à ceux des années précédentes.

Poursuite de l’aménagement des gares et de leurs alentours par CFF Immobilier

Les CFF ont continué de développer leurs gares en de véritables centres de services au profit de la clientèle: ils ont modernisé de nombreuses gares, ouverts des commerces et proposé de nouveaux services. En 2013, ils ont notamment lancé les projets de développement des gares de Lausanne et Genève. Les objets immobiliers situés au centre-ville et bien desservis par les transports publics sont toujours aussi prisés. Le complexe de l’Europaallee à Zurich, par exemple, proposera, d’ici à 2020, 2500 places d’études, 6000 postes de travail, 400 logements, un hôtel et plus de 50 commerces et restaurants. D’autres projets de développement de sites urbains ont été mis en œuvre pendant l’année 2013, dont l’aménagement du quartier de Rösslimatt à proximité immédiate de la gare Lucerne.

En 2013, le résultat de CFF Immobilier avant versement d’indemnités compensatoires a progressé de 9,8%, à 211,3 millions de francs. Une partie de ce bénéfice (150 millions de francs) a été reversé à CFF Infrastructure; 96,5 millions ont été affectés à l’assainissement de la Caisse de pensions CFF.

Premier résultat positif depuis plus de 40 ans pour CFF Cargo

Sur un marché difficile et très compétitif, CFF Cargo a réussi à améliorer sa prestation de transport de 1,5%, à 12,3 milliards de tonnes-kilomètres nettes. Dans le secteur d’activité Suisse, la prestation de transport a légèrement augmenté (5,2 milliards de tonnes-kilomètres nettes, contre 5,0 milliards en 2012). La réorganisation des réseaux de production, du parc de véhicules et de l’administration a permis d’améliorer sensiblement la structure des coûts par rapport à 2012. CFF Cargo a par ailleurs réussi à élargir sa clientèle, malgré une réduction du nombre de points de desserte. En trafic combiné, deux nouvelles lignes ont été inaugurées et une troisième ligne est en préparation.

Grâce à une stratégie ciblée sur les atouts du fret ferroviaire, CFF Cargo a affiché un résultat positif après plus de 40 années de pertes et a ainsi franchi une étape importante sur la voie de l’assainissement. Avec 14,7 millions de francs, le résultat a augmenté de 65,9 millions par rapport à 2012. Parallèlement, le produit du trafic marchandises a progressé au total de 4,7%. La filiale SBB Cargo International a consolidé son assise sur le marché, optimisé sa productivité et stabilisé ses finances. Opérant dans un secteur très concurrentiel, elle n’a pas encore franchi le seuil de rentabilité (2,8 millions de francs), bien qu’elle soit parvenue à améliorer son résultat annuel de 8,2 millions de francs et qu’elle ait même enregistré un résultat équilibré au second semestre 2013. La conjoncture nationale et internationale reste délicate pour le trafic marchandises, et la concurrence de la route demeure forte.

CFF Infrastructure: augmentation des fonds alloués à l’entretien

L’utilisation du réseau de CFF Infrastructure s’est encore intensifiée en 2013: le nombre de sillons-kilomètres parcourus a progressé de 2,7% à 170 millions. Dans le rapport sur l’état du réseau 2012, les CFF avaient soulevé des questions en relation avec l’état de la voie ferrée. Au cours des premiers mois de l’exercice sous revue, ils ont dû procéder à des travaux non prévus d’entretien de la voie ferrée pour un montant de 128,6 millions de francs. Ces travaux ont été entrepris notamment à la suite des résultats obtenus par un nouveau véhicule de diagnostic et de l’examen d’une rupture de rail à Schwerzenbach.

La sécurité et la qualité du réseau ferroviaire ont toujours la priorité absolue. Les CFF recherchent, avec la Confédération, des possibilités de financer les travaux d’entretien supplémentaires.

Le secteur d’activité Énergie a dégagé un résultat de 56,3 millions de francs (2012: 81,5 millions), profitant de conditions de production favorables grâce à des précipitations exceptionnelles. Le résultat global de CFF Infrastructure se chiffre à –72,3 millions de francs (2012: 37,1 millions).

Résultat du groupe en recul

Les CFF ont clôturé l’exercice sur un résultat consolidé en recul de 184,2 millions de francs, à 238,2 millions (2012: 422,5 millions). Les charges d’exploitation ont crû de 332,1 millions de francs en raison, essentiellement, de la hausse des coûts liés au relèvement du prix du sillon (+163 millions) et de dépenses supplémentaires imputables avant tout à l’entretien du réseau ferroviaire (+128,6 millions). Ce surcroît de coûts n’a pu être que partiellement compensé.

Après financement par les pouvoirs publics, le flux de trésorerie disponible est tombé en 2013 à ‑652,9 millions de francs (2012: +905,8 millions). Cette dégradation s’explique par la baisse du résultat annuel, par les investissements opérés en particulier dans le matériel roulant et le secteur immobilier (3562,2 millions de francs, contre 3206,6 millions en 2012), ainsi que par l’absence de faits uniques tels que, en 2012, la cession à la Caisse de pensions CFF de prêts hypothécaires octroyés aux coopératives d’habitation des cheminots, pour un montant de 604 millions de francs.

L’endettement net porteur d’intérêts a augmenté de 665 millions de francs à 7,5 milliards, à cause du recul du résultat annuel et de la hausse des investissements. Par rapport à 2012, les prestations versées par les pouvoirs publics pour l’infrastructure ont été réduites de 145,6 millions de francs, à 1557,2 millions. Les prestations destinées au trafic régional se sont élevées à 591,3 millions de francs (–4,9 millions) et les indemnités fédérales pour le trafic marchandises à 23,5 millions (+1,2 million).

Ponctualité et satisfaction des voyageurs élevées, malgré un léger recul

La ponctualité des voyageurs – soit la part de voyageurs arrivant à destination à l’heure ou avec moins de trois minutes de retard – a certes atteint un niveau élevé en 2013, mais avec 87,5%, elle se situe légèrement en dessous de la valeur de l’année précédente (88,0%). Au cours de l’été, des retards ont affecté en particulier le RER zurichois. Ces retards sont dus principalement aux chantiers de la ligne diamétrale de Zurich, à l’automatisation simultanée d’appareils d’enclenchement et à des travaux d’entretien du réseau non planifiés – le tout organisé sans interruption de l’exploitation. Avec un taux de correspondances assurées à 97,3% (2012: 97,4%), les CFF enregistrent leur deuxième meilleur résultat depuis les premières mesures en 2008 . En décembre 2013, la ponctualité des voyageurs s’est de nouveau améliorée, dépassant même les valeurs cibles. Depuis plusieurs années, les CFF enregistrent les meilleurs taux de ponctualité en comparaison internationale.

En 2013, la satisfaction globale des clients a accusé un léger recul de 0,3 point, à 75,7 points. L’information aux voyageurs a perdu 0,3 point pour s’établir à 80,0 points. Soucieux d’améliorer l’information à la clientèle notamment en cas de perturbation du trafic, les CFF ont d’ores et déjà pris des mesures dans ce sens.

Cap vers une plus grande convivialité

Les critiques soulevées par l’application de règles rigides en relation avec l’obligation de posséder un titre de transport et par l’utilisation des distributeurs de billets ont incité les CFF à mettre en œuvre diverses mesures afin de redonner au chemin de fer davantage de simplicité et de convivialité. Ainsi, ils ont introduit le billet de dernière minute et adapté les règles en matière de souplesse commerciale, ce qui a permis d’apaiser les tensions et de réduire le nombre des réactions de la clientèle. De concert avec les autres entreprises de la branche, les CFF ont également pris des mesures supplémentaires visant, par exemple, à faciliter l’utilisation des distributeurs de billets. En outre, les autres entreprises de transports publics et les CFF ont présenté en 2013 le SwissPass, une carte à puce qui intégrera dès mi-2015 les abonnements généraux, demi-tarif et, à terme, communautaires, ainsi que d’autres services.

Les CFF se proposent d’améliorer sensiblement la couverture réseau pour la téléphonie mobile et le transfert de données dans les trains, conformément aux souhaits de la clientèle. D’ici à la fin 2014, l’ensemble des 1018 voitures du trafic grandes lignes seront équipées d’amplificateurs de signaux. Désireux d’installer également de tels amplificateurs dans les rames du trafic régional, les CFF ont entamé des discussions avec les prestataires de téléphonie mobile et les commanditaires afin de trouver rapidement des sources de financement. Développant ce type de services dans les gares également, les CFF ont lancé l’offre «SBB-FREE» WiFi en 2013; d’ici à fin 2015, la clientèle pourra accéder gratuitement à Internet dans les 100 gares les plus fréquentées de Suisse.

En 2013, les CFF ont mis au point un projet inédit visant à planifier le développement et l’offre à long terme dans une perspective globale pour toute une région. En collaboration avec les cantons de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne, ils ont ainsi défini des objectifs en mettant l’accent sur la valorisation de l’offre, des installations et des sites ferroviaires au profit de la clientèle au cours des 20 prochaines années.

Un personnel motivé et un employeur attrayant

La satisfaction des quelque 31 000 collaboratrices et collaborateurs des CFF est restée stable en 2013, malgré les critiques et les accidents survenus en cours d’année. Fait réjouissant, la motivation du personnel a progressé d’un point, à 73 points, par rapport à 2012. Les CFF comptent toujours parmi les employeurs les plus attrayants de Suisse. Selon le top 100 publié par le cabinet de conseil Universum, ils figurent au nombre des trois employeurs préférés du pays dans plusieurs catégories professionnelles.

Des échéances importantes en 2014

Au printemps, les CFF clôtureront l’appel d’offres pour l’acquisition de 29 nouveaux trains destinés au trafic nord-sud; le marché sera adjugé en mai 2014. Au cours des prochaines années, ils continueront d’investir environ un milliard de francs par an dans l’achat et la modernisation de matériel roulant. L’année 2014 sera également marquée par la mise en service de la première partie de la ligne diamétrale de Zurich et de la gare de Löwenstrasse à la mi-juin 2014. Cet événement marquera l’achèvement, dans les délais, du plus grand projet de construction en centre urbain de Suisse. Les clients profiteront alors de relations RER plus rapides et plus fréquentes. À l’automne 2014, les CFF lanceront les travaux du grand projet «Léman 2030» afin de développer considérablement l’offre ferroviaire en Suisse romande. Ainsi, ils doubleront la capacité en places assises entre Lausanne et Genève. L’ouverture de la gare réaménagée de Genève Cornavin marquera, à l’automne, la fin d’un autre grand projet en Suisse romande.

FAIF: gage de confiance et engagement ferme pour les CFF et les transports publics

En acceptant clairement le projet FAIF en février 2014, les citoyennes et citoyens suisses ont ouvert la voie à un financement durable et transparent de l’infrastructure ferroviaire. Le résultat du scrutin représente pour les CFF un gage de confiance, mais aussi un engagement ferme, celui de fournir quotidiennement et durablement une prestation de grande qualité à l’ensemble de la clientèle et de maintenir les futures hausses de prix dans des limites raisonnables. L’entrée en vigueur, en 2016, de FAIF permettra de disposer de davantage de moyens pour l’entretien et l’extension du réseau. Les CFF pourront ainsi relever progressivement les défis qu’ils ont identifiés en relation avec le besoin d’entretien des installations ferroviaires (audit de réseau 2009) et les coûts induits par les grands ouvrages. Une première étape d’aménagement, d’ici à 2025, prévoit des projets à hauteur de 6,4 milliards de francs.

Poursuite des travaux visant à renforcer la sécurité

L’année 2013 a été assombrie par plusieurs accidents sur le réseau ferroviaire, avec notamment la collision de deux trains régionaux à Neuhausen (SH) au début de l’année et à Granges-Marnand (VD) en juillet. Ces deux événements, qui ont fait de nombreuses victimes et coûté la vie à un mécanicien de locomotive, ont bouleversé l’ensemble des CFF.

Le premier semestre a en outre été marqué par plusieurs collisions et déraillements de trains sans aucun rapport entre eux. À la suite de ces accidents, les CFF ont pris des mesures immédiates et mené des examens approfondis, qui ont permis de renforcer la sécurité ferroviaire. Ils ont ainsi décidé d’accélérer l’installation d’un dispositif de surveillance de la vitesse sur 1700 signaux supplémentaires et de rétablir le principe du double contrôle dans certaines gares. Actuellement, ils étudient également la possibilité d’avancer l’introduction d’un système de contrôle de la vitesse en continu conformément à la norme européenne ETCS Level 2.

Après la collision de Neuhausen, les CFF ont commandé deux études sur l’environnement de travail des mécaniciens de locomotive et sur l’arrêt automatique des trains. Ces études ont conclu à une forte culture de la sécurité au sein des CFF et ont largement attesté du bien-fondé des mesures adoptées. Malgré l’utilisation croissante du réseau ferroviaire, le nombre d’incidents tend à diminuer.

Le groupe CFF en chiffres

Compte de résultat du groupe (valeurs exprimées en millions de francs)

  2013 2012 Différence (en %)
Produits d’exploitation 8319,1 8168,5 +1,8
Charges d’exploitation –8009,8 –7677,7 –4,3
Résultat d’exploitation/EBIT 309,4 490,9 –37,0
Résultat financier –145,4 –121,8 –19,4
Résultat hors exploitation 80,9 65,3 +23,8
Résultat avant impôts 244,9 434,3 –43,6
Impôts et parts des minoritaires –6,6 –11,9 +44,4
Résultat du groupe 238,2 422,5 –43,6

Résultats par segment (valeurs exprimées en millions de francs)

Trafic voyageurs 96,1 268,9 –64,2
Immobilier* 211,3 192,4 9,8
Trafic marchandises 14,7 –51,2 n/a
Infrastructure –72,3 37,1 n/a

* Avant versement des indemnités compensatoires.

Quantités et prestations

Trafic voyageurs

Voyageurs par jour

Voyageurs-kilomètres (en millions)


1 002 000

17 773


967 000

17 545


3,7

1,3
Immobilier

Produits locatifs de tiers (en millions de francs)


394,5


378,8


4,1
Trafic marchandises

Tonnes-kilomètres nettes (en millions)


12 317


12 132


1,5
Infrastructure

Sillons-kilomètres (en millions)


170,0


165,5


2,7

L’intégralité du rapport de gestion 2013 des CFF peut être téléchargée gratuitement à l’adresse Internet suivante: www.cff.ch/rapport_de_gestionOuverture du lien dans une nouvelle fenêtre..

Contenu complémentaire

Contact.

CFF SA

Communication
Hilfikerstrasse 1
Case postale 65
3000 Berne