Service d’hiver aux CFF: Prêts à affronter la neige et le froid.

Le service d’hiver des CFF est pleinement opérationnel en des journées comme celle-ci. Le centre d’analyse CFF de Berne dirige 360 collaboratrices et collaborateurs dans toute la Suisse. Il fait en sorte que les trains circulent malgré la neige et que la clientèle arrive à destination à l’heure et en toute sécurité.

Pelleter, déblayer, saler, nettoyer: le service d’hiver prend en charge toutes ces activités. Pour que tout se passe bien dès la première neige, les CFF planifient le service d’hiver dès le début de l’été. Par exemple, les spécialistes contrôlent le bon fonctionnement des chauffages d’aiguilles et mettent à disposition des outils de dégel.

Les équipes du service d’hiver assurent une permanence de mi-octobre à fin mars. Quand les chutes de neige durent et s’étendent à tout le territoire, quelque 360 collaborateurs entrent en action. Grâce à des prévisions météorologiques précises pour chaque gare, les CFF savent exactement quand et où il faut faire intervenir les équipes compétentes. Les CFF sont particulièrement sollicités lorsque les chutes de neige durent douze heures ou plus. Il permet de réagir à des chutes de neige d’une durée allant jusqu’à trois jours, sans restriction perceptible du trafic ferroviaire.

Chauffage d’aiguilles.

Pour éviter que les aiguilles ne gèlent et permettre leur bon fonctionnement même lorsque la température descend en dessous de zéro, celles-ci sont chauffées. La moitié des aiguilles du réseau CFF, soit 7400 installations, sont équipées d’un chauffage. Quelque 38% des chauffages d’aiguilles sont actionnés au gaz, contre 62% à l’électricité. Automatiques, leur enclenchement et leur déclenchement a lieu en fonction des données de la station météorologique et des sondes de température posées sur les rails. Les chauffages des aiguilles font l’objet de modernisations constantes et leur efficacité énergétique est optimale.

Grâce au nouvel indice hivernal, le service d’hiver des CFF dispose à présent d’un système de préalerte. Cet indice est composé de facteurs d’influence tels que le froid ou le vent, susceptibles d’entraver le trafic ferroviaire. Plus cet indice est élevé, plus le risque que la météo ait un impact négatif sur le trafic ferroviaire est important. Grâce au système de préalerte, les CFF peuvent engager les machines et le personnel de manière mieux ciblée et maintenir un niveau élevé de disponibilité du chemin de fer.

L’hiver, la saison des retards?

En dépit de préparatifs consciencieux, la neige, la glace et le froid peuvent entraîner des retards. Pour réagir aux risques liés au gel, le centre d’analyse CFF ajuste la vitesse des trains à la situation. De plus, la montée et la descente des voyageurs peuvent prendre plus de temps en présence de neige et/ou de givre. Grâce aux préparatifs consciencieux des CFF, cependant, les trains restent aussi ponctuels en hiver qu’en été.

Vous trouverez de plus amples informations dans le dossier des médias sur notre site internet: http://www.cff.ch/hiver

Contenu complémentaire