Le changement de paradigme dans les transports publics suisses doit être mûrement réfléchi.

Les CFF ont pris connaissance de l’orientation de l’OFT concernant l’avenir du trafic grandes lignes et étudieront le projet en détail. Même si une grande partie des lignes devrait rester sous la responsabilité des CFF, cette orientation représente un changement de paradigme dans un système suisse de transports publics qui a fait ses preuves. Avant de prendre position sur le contenu, les CFF s’entretiendront encore avec toutes les parties prenantes.

Selon l’Office fédéral des transports (OFT), la plupart des grandes lignes devrait rester sous la responsabilité des CFF. C’est un point de vue que les CFF saluent. Dans la foulée, l’OFT propose que le BLS exploite à l’avenir les lignes Berne–Bienne et Berne–Burgdorf–Olten. Cela constituerait un changement de paradigme au sein du système suisse des transports publics, qui est actuellement très performant et bien coordonné. Cette évolution serait irréversible pour les grandes lignes en Suisse. Le réseau fait aujourd’hui office de RER à l’échelle de tout le pays. Il devrait donc être géré d’un seul tenant.

Les CFF vont à présent analyser la décision de l’OFT en détail, en ce qui concerne les éléments juridiques et de contenu. Ils considèrent qu’il est important de s’entretenir encore avec toutes les parties concernées avant de prendre position en détail. En effet, leur objectif est toujours de trouver une solution conjointe entre entreprises ferroviaires. En Suisse, c’est une tradition établie et un préalable à la réalisation du principe «Un voyage, un billet» La coopération avec le SOB se concrétisera comme prévu à partir de 2020.

Un trafic grandes lignes d’un seul tenant, au bénéfice des clients et des commanditaires.

Depuis le changement d’horaire de décembre 2017, les CFF continuent d’assurer la desserte grandes lignes dans la qualité habituelle et poursuivront son amélioration ces prochaines années, entre autres en introduisant la cadence semi-horaire dans toute la Suisse et la cadence au quart d’heure sur les lignes les plus demandées; ils prévoient aussi d’exploiter davantage de voitures-restaurant, une réception mobile optimale dans les trains nationaux et internationaux, et de faire circuler les trains les plus modernes. Ils sont persuadés qu’en Suisse, un trafic grandes lignes d’un seul tenant est le modèle le plus efficace pour les clients, les régions et les commanditaires.

C’est pourquoi les CFF ont demandé une concession pour le trafic grandes lignes dans toute la Suisse pour une durée de 15 ans. Ils ont déjà consacré 0,8 milliard de francs à l’acquisition de matériel roulant grandes lignes, et passé des commandes supplémentaires pour environ 3 milliards de francs afin de se préparer pour l’avenir. En outre, quelque 250 millions de francs sont actuellement investis dans l’aménagement des centres d’entretien pour les nouveaux trains et, par conséquent, dans la création d’emplois et la promotion de la place économique suisse. Les CFF se sont par ailleurs engagés à ne pas augmenter les prix du trafic grandes lignes jusqu’en 2020.

Contenu complémentaire