Les CFF ont tiré les leçons de l’accident de Baden.

Le Service suisse d’enquête de sécurité (SESE) a publié aujourd’hui son rapport final sur l’accident tragique d’un assistant clientèle survenu en août 2019 à Baden. Depuis cet accident, les CFF ont mis en œuvre une série de mesures pour renforcer la sécurité du personnel et des voyageurs. Ils ont notamment adapté le processus de départ, soumis le système d’annonce et les processus d’entretien à des audits externes, et procédé au renouvellement des systèmes de fermeture de portes et de leurs composants.

La mort tragique d’un chef Assistance clientèle en août 2019 à Baden a ébranlé les CFF. Ce drame a mis en évidence un potentiel d’amélioration en matière de sécurité malgré les évolutions positives des dernières années. Ce mardi 9 juin, le Service suisse d’enquête de sécurité (SESE) a publié son rapport final sur l’accident. Les CFF mettent tout en œuvre pour répondre aux conditions imposées par l’Office fédéral des transports (OFT).

Immédiatement après l’accident, les CFF ont adopté une série de mesures pour renforcer encore plus la sécurité du personnel et des voyageurs. En septembre 2019, ils ont adapté le processus de départ des trains pour les assistants clientèle, en collaboration avec les partenaires sociaux. Dorénavant, les assistants clientèle donnent l’autorisation de départ au mécanicien uniquement après avoir verrouillé leur propre porte d’accès et fermé les autres portes pour les voyageurs. 

En outre, les CFF ont demandé à des experts externes de réviser leur système d’annonce. À cette fin, les experts ont organisé un sondage auprès de quelque 10 000 collaboratrices et collaborateurs et ont constaté notamment que le système d’annonce devrait être conçu de façon plus cohérente, que la communication devrait être améliorée et que les formations consacrées à son utilisation devraient être renforcées. Les CFF sont actuellement en train d’améliorer ce système dans son ensemble.

L’organisation de maintenance du trafic voyageurs a également fait l’objet d’un audit externe. Même si les experts n’ont déploré aucun défaut systématique et ont conclu que le niveau était élevé dans l’ensemble, ils ont jugé que l’orientation processus présentait un potentiel d’amélioration. Selon eux, il est également nécessaire d’agir en matière de gestion des risques, en considérant le système ferroviaire dans sa globalité. 

Sur la base de ces analyses, les CFF ont appliqué des mesures immédiates de manière ponctuelle, par exemple au niveau des procédures et des directives d’entretien. En outre, ils ont défini d’autres mesures prioritaires en concertation avec les experts et en ont ordonné l’application. La mise en œuvre de ces mesures a commencé en mai 2020 et se poursuivra jusqu’à la fin 2021. Enfin, la flotte du trafic voyageurs fera également l’objet d’un audit externe jusqu’à l’automne; les délais plus longs que prévus s’expliquent par la crise du coronavirus.

Conformément à la recommandation émanant de l’enquête du SESE, l’OFT a imposé aux CFF des mesures de sécurité en ce qui concerne les systèmes de fermeture des portes. Ainsi, les CFF vont remplacer le système anti-pincement des anciens types de voitures pour éviter que des objets ou des personnes ne restent coincés à l’avenir. D’ici à 2023, le remplacement concernera les voitures VU IV, avant d’être étendu à l’ensemble de la flotte de type EC et IC Bt4. 

À propos du rapport final du SESE du 26 mai 2020.

Dans son rapport final, le SESE relève notamment que le module de maintenance dédié au contrôle des portes et à effectuer tous les cinq jours ne prévoit pas suffisamment de temps pour procéder à tous les contrôles nécessaires. Les CFF indiquent qu’il s’agit de valeurs empiriques (valeurs de conception) et non pas de délais réels. Ils demandent à leur personnel de consacrer le temps nécessaire pour réaliser les travaux requis tout en fournissant la qualité attendue. Entretemps, les CFF ont pris en compte les conclusions du SESE pour déterminer les valeurs de conception de ces modules de maintenance.

Le SESE mentionne également que le nouveau processus de départ engendre un risque résiduel pour les assistants clientèle dans les gares équipées d’un coffret d’expédition des trains. Les CFF ont évalué ce risque lors de l’introduction du nouveau processus de départ et y ont apporté les corrections nécessaires afin de le limiter. L’installation d’un nouvel interrupteur de contrôle des vantaux constitue une mesure de sécurité supplémentaire pour prévenir le mécanicien de la fermeture effective des portes. 

Contenu complémentaire

CFF SA

Communication

Hilfikerstrasse 1

Case postale 65

3000 Berne