Faits marquants depuis 2007.

  • En 2008, le segment Immobilier est devenu une division autonome à part entière des CFF. Les CFF se sont profilés comme un acteur important en matière d’urbanisme, proposant de nombreux logements à prix avantageux. CFF Immobilier est aujourd’hui un pilier important du groupe, contribuant au financement de l’infrastructure et de la Caisse de pensions par le biais de paiements compensatoires et allégeant ainsi la charge pesant sur le contribuable.
  • Une grève d’un mois est survenue en 2008 aux ateliers de Bellinzone, après l’annonce de mesures d’assainissement. En collaboration avec le canton du Tessin et la commune de Bellinzone, il a été possible d’assurer l’avenir des ateliers en 2018/2019: l’atelier d’entretien du matériel roulant le plus moderne, le plus efficace et le plus performant d’Europe verra le jour à Arbedo-Castione en 2026.
  • En 2008, les CFF ont lancé le plus important programme de renouvellement de leur flotte pour l’axe est-ouest (duplex grandes lignes, modernisation du parc de véhicules à un seul niveau, des IC2000 et des rames duplex Regio), l’axe nord-sud (Giruno) et le trafic régional (duplex Regio). Les achats avaient pour objectif de standardiser la flotte et de réduire le nombre de type de véhicules. L’introduction de ces véhicules se déroule bien dans l’ensemble. La livraison des trains duplex pour le trafic grandes lignes, le projet d’achat le plus important des CFF, a pris un retard considérable, et l’introduction de ce matériel roulant s’apparente à un accouchement aux forceps. 
  • En 2009, l’audit de réseau a fait pour la première fois toute la lumière sur l’état de l’infrastructure ferroviaire. Les CFF ont pris des mesures afin de réduire le besoin de rattrapage, et les acteurs politiques ont garanti la pérennité du financement des infrastructures au moyen du Fonds d’infrastructure ferroviaire.
  • De nouvelles conventions collectives de travail (CCT) ont été négociées en 2010, en 2014 puis en 2018. Elles ont permis de maintenir de bonnes prestations sociales et la protection contre le licenciement pour le personnel, tout en adaptant les conditions de travail (modèle de durée de la vie active) aux exigences actuelles du marché de l’emploi.
  • En 2011, il a été possible d’assainir la Caisse de pensions. La Confédération y a contribué à hauteur de plus de 1,1 milliard de francs; l’assainissement a aussi fortement sollicité les assurés et les CFF. Des mesures de stabilisation rendues nécessaires par l’évolution démographique sont encore à l’ordre du jour.
  • Depuis 2012, les CFF soutiennent la stratégie énergétique 2050 de la Confédération avec le programme d’économies d’énergie le plus important de Suisse. Aujourd’hui, les trains CFF sont alimentés par du courant hydraulique à 90%; d’ici à 2025, ils circuleront uniquement grâce à des énergies renouvelables.
  • CFF Cargo a renoué avec les résultats positifs en 2013, pour la première fois depuis plus de 40 ans. La fondation d’une filiale en 2019 et le partenariat signé dernièrement et portant sur une participation minoritaire de tiers posent les bases de sa érennisation.
  • Une collision frontale est survenue en 2013 à Granges-Marnand. Un mécanicien de locomotive y a trouvé la mort. D’autres accidents graves sont survenus: en février 2015, une collision latérale s’est produite à Rafz; en avril 2015, un train transportant des marchandises dangereuses a déraillé à Daillens, et le 4 août 2019, un chef Assistance clientèle a perdu la vie lors d’un tragique accident. Ces accidents ont suscité une vive émotion dans toute l’entreprise, et la sécurité a été améliorée en conséquence.
  • Entre 2013 et 2018, les CFF ont développé 11 Perspectives générales régionales, de Bâle au Tessin et de Genève à la Suisse orientale: cantons, villes et communes ont défini avec les CFF des programmes de travail garants d’un développement durable de la mobilité et de l’urbanisme. Plusieurs projets porteurs d’avenir ont ainsi été lancés dans toutes les régions du pays.
  • En 2014, dans la plus grande gare de Suisse, les CFF ont mis en service la première partie de la ligne diamétrale de Zurich et la nouvelle gare souterraine de la Löwenstrasse;la deuxième partie a suivi en 2015, après huit ans de travauxLa ligne diamétrale est le projet d’une génération; c’est l’un des ouvrages les plus importants du système ferroviaire suisse.
  • En 2014, le peuple (à 62%) et les cantons (à l’exception de celui de Schwytz) ont accepté l’ancrage dans la Constitution d’un Fonds d’infrastructure ferroviaire (FAIF) illimité dans le temps. La stabilité du financement de l’entretien du chemin de fer en Suisse est ainsi garantie, de même que le développement du réseau, en gardant à l’esprit que l’entretien prime l’aménagement.
  • En 2015, les CFF ont comblé le fossé numérique au sein de l’entreprise. L’ensemble du personnel a été équipé de smartphones ou de tablettes. Cette mesure a coûté près de 10 millions de francs. Grâce à la connexion numérique, les collaboratrices et les collaborateurs peuvent être joints plus rapidement et sans papier, et les processus sont simplifiés.
  • En 2016, les CFF ont adopté pour la première fois une vision intersectorielle de l’entreprise, développée en 2019: «Maîtriser le rail et façonner l’avenir: simple, personnalisée, intégrée». La «stratégie 2020» des CFF a également été formulée, avec ses trois axes: «Chemin de fer fort», «Prestataire de mobilité digne de confiance», «Partenaire de développement attrayant». La vision et la stratégie font partie de la transformation culturelle initiée en 2009 avec la formulation de neuf objectifs du groupe, et à laquelle viennent se greffer les valeurs CFF, la charte CFF et la formule du succès CFF.
  • En 2016, le tunnel de base du Saint-Gothard, élément clé de la nouvelle ligne ferroviaire alpine (NLFA), est entré en service. Avec ses 57 kilomètres, c’est le plus long tunnel ferroviaire du monde. Il incarne les valeurs suisses d’innovation, de précision et de fiabilité.
  • «RailFit 20/30» a été lancé en 2016. Ce programme d’efficacité dégage des marges de manoeuvre afin que les CFF puissent stabiliser les prix, voire les réduire au moyen de billet dégriffés, améliorer le taux de couverture des coûts pour les commanditaires (Confédération, cantons) et investir dans la sécurité, la qualité et l’innovation. D’ici à 2020, les coûts seront réduits de 1,2 milliard de francs.
  • En 2018, le Parlement a approuvé l’«Organisation de l’infrastructure ferroviaire» (OIF) et confirmé ainsi que le chemin de fer intégré est le modèle du succès pour la Suisse.
  • Le 21 août 2019, les CFF et BLS ont décidé de collaborer dans le cadre de la concession intégrale pour le trafic grandes lignes CFF, valable pour dix nouvelles années. À partir de décembre 2019, BLS assurera la liaison Berne–Bienne sous sa propre responsabilité; deux lignes viendront s’y ajouter à la fin 2020. En trafic grandes lignes également, le modèle de coopération à plusieurs réseaux est ainsi préservé, au sein du «RER suisse».
  • Le 30 août 2019, les CFF ont présenté leur partenaire pour CFF Cargo SA: le consortium logistique Swiss Combi AG reprend 35% de l’entreprise, sous réserve de l’approbation par les autorités en matière de concurrence. Ce partenariat renforcera le transfert du trafic de marchandises de la route vers le rail en Suisse.
  • Le Léman Express, le plus important RER transfrontalier d’Europe, entrera en service à la fin 2019, ce qui doublera l’offre de transports dans la région. 
  • La mise en service du tunnel de base du Ceneri finalisera la NLFA en 2020; le RER entre Lugano, Locarno et Bellinzone deviendra réalité.
  • La numérisation du chemin de fer a commencé ces dernières années. Le trafic ferroviaire est actuellement régulé depuis quatre centrales. Mobile CFF est l’une des applications les plus utilisées en Suisse. Voici d’autres projets de numérisation: SwissPass (carte à puce supportant les abonnements des transports publics, donnant également accès à des services de partenaires tiers tels qu’abonnements de ski), WarnApp (outil d’assistance du personnel des locomotives lors du départ en gare, destiné à renforcer la sécurité), smartrail 4.0 (programme d’innovation de la branche ferroviaire suisse, visant à renforcer la sécurité et les capacités).
     

Offre, ponctualité, prestations des pouvoirs publics

Depuis 2007, l’offre des CFF s’est notablement étoffée et la ponctualité et la sécurité ont progressé. Le nombre de voyageurs-kilomètres a augmenté depuis 2007, de plus de 15 000 à 18 600 millions en 2018. La ponctualité clientèle est passée de 86,6% en 2008 à 90,1% en 2018, et la productivité de l’entretien a progressé de 12% entre 2007 et 2018. Les prestations des pouvoirs publics influant sur le résultat et destinées à l’exploitation et à l’entretien de l’infrastructure et au trafic régional ont augmenté de 1,98 milliard de francs en 2006 à 2,72 milliards en 2018.

Contenu complémentaire