Protection contre le bruit.

Grâce à un programme complet d’assainissement phonique, les CFF sont depuis longtemps déjà des précurseurs à l’échelle européenne en matière de protection de la population contre le bruit ferroviaire.

Au-delà des nombreux avantages du train en matière d’impact sur l’environnement, l’exploitation ferroviaire s’accompagne aussi de quelques inconvénients, l’un d’entre eux étant le bruit. Les CFF travaillent activement à la réduction du bruit dans les domaines de l’exploitation et de la manœuvre, des trains en stationnement et des travaux de construction.

Assainissement phonique de la flotte. 

Dans la mesure du possible, les CFF cherchent à éliminer le bruit directement à la source. C’est ainsi qu’avec le soutien de la Confédération, l’ensemble des voitures et des wagons ont été mis à niveau et équipés de semelles de freins K en matériaux composites. Par ailleurs, CFF Cargo a fait l’acquisition de 2600 wagons peu bruyants, de sorte qu’aujourd’hui la quasi-totalité de la flotte est plus silencieuse. Environ 20% de trains de marchandises étrangers, dotés de systèmes de freinage anciens et bruyants, circulaient jusqu’à présent sur les principaux axes de transit. En partenariat avec l’Union internationale des chemins de fer (UIC), les CFF ont donc milité pour la mise à niveau technique de ces wagons étrangers. L’interdiction de circulation appliquée depuis 2020 aux wagons bruyants sur le réseau ferroviaire suisse a permis de réduire sensiblement les émissions du trafic ferroviaire de nuit.

Protections antibruit le long des voies ferrées. 

Dans le cadre d’un mandat d’assainissement de la Confédération, les CFF ont installé des parois antibruit afin de protéger les riveraines et riverains contre le bruit ferroviaire. Ils ont également recours à ces protections phoniques dans le cadre de projets d’aménagement, lorsque cela s’avère nécessaire. Les parois antibruit (y c. digues de protection antibruit) s’étendent désormais sur une distance totale de 400 kilomètres le long du réseau des CFF. Lorsque la limite sonore autorisée est dépassée malgré les parois, des fenêtres antibruit sont posées. Actuellement, le réseau ferroviaire des CFF est considéré comme assaini au sens de l’ordonnance sur la protection contre le bruit, déterminante pour les CFF. Par conséquent, des mesures supplémentaires de protection phonique le long de l’infrastructure actuelle ne sont envisagées que lorsque p. ex. une nouvelle voie, une hausse du nombre de trains ou d’autres modifications à l’infrastructure provoquent une augmentation des nuisances sonores. Les évaluations correspondantes sont réalisées par les spécialistes de l’environnement des CFF, dans le cadre de la procédure d’autorisation de construire, à l’appui des dispositions fédérales. Les résultats sont contrôlés par les services de protection de l’environnement de la Confédération et des cantons concernés dans le cadre de la procédure d’autorisation.

Un (co)financement des mesures de protection phonique par les riveraines et riverains, en dehors de projets d’aménagement concrets des CFF, n’est pas à l’ordre du jour. 

Informations complémentaires sur le programme d’assainissement phonique de la Confédération.
Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre.
Informations complémentaires sur le déroulement d’une procédure d’autorisation de construire, conf. à la loi fédérale sur les chemins de fer (terme spécialisé: procédure d’approbation des plans).Ouverture du lien dans une nouvelle fenêtre.