Risques naturels et changement climatique.

L’objectif de la stratégie des CFF en matière de risques naturels est d’offrir une meilleure protection contre ces risques et contre le changement climatique. À cet effet, les CFF exploitent des forêts protectrices et des équipements de protection et misent sur une évaluation de la situation par des collaborateurs compétents.

Les CFF misent sur un système de gestion prédictive de ces risques, ils réfléchissent en termes de scénarios et anticipent les conséquences éventuelles. À l’aide de technologies innovantes comme le géoradar ou l’imagerie par satellite, les spécialistes des CFF sont en mesure de détecter les glissements de terrain ou les mouvements rocheux dans les endroits particulièrement exposés, et de suivre attentivement ces phénomènes. Les modifications susceptibles de découler du réchauffement climatique sont notamment soumises à une analyse critique et intégrées dans le processus de planification des risques. 

La forêt comme bouclier protecteur.

Des zones boisées s’étendant sur une distance de près de 340 km protègent le réseau ferroviaire des avalanches, des chutes de pierres et d’autres dangers naturels. Sur 7300 ha de forêts protectrices, 900 sont la propriété des CFF. Seule une forêt dense et diversifiée, comprenant des feuillus et des épineux, offre une protection suffisante contre les chutes de pierres. Et seule une forêt sans trouée importante peut empêcher efficacement la survenue d’avalanches. Mais cette protection a un coût. Les CFF entretiennent régulièrement les forêts protectrices en investissant près de 2 millions de francs par an dans ces travaux.

Dans les endroits où il n’y a pas de forêt protectrice, près de 4600 équipements complètent le dispositif de sécurité: des barrages de protection, des filets pare-pierres, des confortements des parois rocheuses, des installations de détection des dangers naturels, voire la présence des spécialistes internes sur place qui évaluent la situation. Au total, les CFF investissent chaque année env. 25 millions de francs au titre de la prévention des risques naturels.

Contenu complémentaire